25.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Confidentiel. Ould Kablia et Lahbiri, les protecteurs de l’oligarque Abdelmalek Sahraoui

L’oligarchie algérienne a toujours des racines solides au sein de l’establishment politique du pays. C’est la leçon que nous pouvons tirer des nouvelles révélations d’Algérie Part sur la toile d’araignée tissée par le député milliardaire et oligarque Abdelmalek Sahraoui pour s’offrir une impunité totale face à la justice algérienne. En effet, malgré le Hirak, la chute du clan des Bouteflika et l’emprisonnement de nombreux oligarques algériens, le milliardaire Abdelmalek Sahraoui, impliqué officiellement dans de nombreux scandales de corruption qui font l’objet d’enquêtes sécuritaires et judiciaires, a pu échapper à toutes les poursuites judiciaires grâce à deux parrains très haut placés et influents au sein du sérail algérien. 

Il s’agit de Daho Ould Kablia, l’ex-ministre de l’Intérieur de 2010 à 2013 et président de l’association des anciens du MALG (ministère de l’arment et des liaisons générales), l’ancêtre des services secrets algériens, et du colonel Mustapha Lahbiri, l’ancien directeur général de la Protection civile et ancien patron de la DGSN, à savoir la police algérienne, entre juin 2018 et février 2019. Daho Ould Kablia est le père spirituel de l’oligarque et député véreux Abdelmalek Sahraoui. C’est lui qui lui as permis de de se lancer dans le monde des affaires au début des années 2000 avant d’accéder à la fortune à partir de 2010 pour ensuite intégrer ensuite le club fermé des oligarques richissimes de l’ère Bouteflika à partir de 2014.

Lorsque les déboires judiciaires d’Abdelmalek Sahraoui ont commencé en été 2019 avec sa convocation par les enquêteurs de la Gendarmerie Nationale et l’enclenchement des premières enquêtes sur les dessous de son immense fortune dont la valeur des actifs dépasse le 1 milliard de dollars, Daho Ould Kablia a pesé de tout son poids pour protéger son fils spirituel qui lui garantit de nombreuses sources de revenus conséquents en contrepartie de ce parrainage précieux. Encore récemment, Daho Ould Kablia a sollicité au mois de septembre dernier l’entourage du Président Abdelmadjid Tebboune pour plaider la cause de son protégé le député milliardaire Abdelmalek Sahraoui. Ce dernier commençait à se sentir orphelin depuis la perte de plusieurs de ses alliés comme l’ex-patron de la gendarmerie nationale, le général-major Abderrahmane Arrar ou le Procureur Principal près le tribunal de Chéraga, Alaeddine Bouchiba

Apeuré et terrifié par une descente en enfer qui lui semble inévitable, Abdelmalek Sahraoui a prié Daho Ould Kablia d’intervenir auprès de l’entourage du Chef de l’Etat pour lui obtenir une « grâce ». Mais le député milliardaire originaire de Mascara ne se contente pas d’un seul parrain. Il s’appuie aussi sur le très vieux colonel Mustapha Lahbiri qui dispose encore de plusieurs entrées au sein du sérail algérien.

Et cet ancien patron de la police algérienne n’a pas du tout intérêt de voir le milliardaire Abdelmalek Sahraoui trébucher. Et pour cause, son beau-fils, Brahim Medad, est le principal manager des entreprises du député milliardaire de Mascara. Il est tout simplement le bras-de-droit d’Abdelmalek Sahraoui et il est son seul collaborateur qui est autorisé à occuper son bureau personnel. Bénéficiant de sa confiance totale, Brahim Medad est devenu en quelques années le principal cerveau et boite noire de l’empire Abdelmalek Sahraoui. Cette relation a été tissée par le colonel Mustapha Lahbiri qui avait l’habitude de venir passer toute une journée dans le bureau d’Abdelmalek Sahraoui au niveau de la direction générale de son groupe qui était située à Chéraga.

Il faut savoir que fille du colonel El-Habiri, Dalila el-Habiri, a investi en été 2018 les marchés de  la sécurité privée et de la gestion de bases-vies au côté du député-businessman Abdelmalek Sahraoui grâce à une société appelée Hista services spécialisée dans « le gardiennage et à la gestion d’hébergements collectifs non touristiques ». C’est Dalila el-Habiri qui assure la gestion de cette entreprise, mais le capital est en partie détenu par une myriade de sociétés liées à Sahraoui, avait révélé à ce sujet Algérie Part dans ses précédentes publications. C’est dire que l’ancien patron de la Police algérienne est fortement lié à ce milliardaire corrompu cité dans plusieurs scandales de dilapidation et détournements de deniers publics. C’est ainsi que le milliardaire Abdelmalek Sahraoui arrive à survivre en narguant ses victimes et en méprisant les institutions de son propre pays.

Rappelons enfin que le milliardaire Abdelmalek Sahraoui est le seul qui a survécu à la purge menée par la justice algérienne et les services de sécurité. En effet, le milliardaire Abdelmalek Sahraoui a conservé en impunité toute son immense fortune qui avoisine les 1 milliard de dollars alors qu’il s’est enrichi illicitement durant les 20 dernières années en profitant des mêmes largesses ou mécanismes de corruption qui ont permis l’enrichissement d’Ali Haddad, Mourad Oulmi, Mahieddine Tahkout, Mohamed Laid Benamor ainsi que tous les autres richissimes oligarques incarcérés à El-Harrach depuis la chute des Bouteflika le 2 avril 2019.

Comme tous ces oligarques emprisonnés et sous enquête, Abdelmalek Sahraoui s’est enrichi grâce à des lignes de crédits évaluées à plusieurs milliards de Da, des concessions agricoles qui lui ont permis d’exploiter des milliers d’hectares à Mascara, Saida, El-Bayadh ou Adrar, ou des facilités déconcertantes qui lui ont permis de fonder la première chaîne privée de stations-service. Il s’agit effectivement de Petroser qui a raflé des parts de marchés importants à NAFTAL, la société nationale de distribution des carburants et filiale de Sonatrach, notamment dans les wilayas de l’ouest du pays. Petroser est l’entreprise la plus prospère du groupe privé dirigé par Abdelmalek Sahraoui et ses frères appelé le groupe Promo Invest.

 

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. En effet ce corrompu de Sahraoui a des milliers d’hectares du coté d’El bayad depuis 2016, par contre les habitants de cette région sont marginalisés
    Il y a encore un autre oligarche du nom de LECHEHEB qui a bénéficié lui aussi de milliers d’hectares dans la même région (El bayadh) , ça bouillonne du coté des populations locales de voir ces oligarches s’accaparer des terres de leurs ancêtres
    Qu’ils dégagent tous avant que ça n’éclate: c’est un conseil