17.9 C
Alger
vendredi, juin 21, 2024

Vendeurs, commercial, chauffeur : les métiers les plus recherchés en Algérie sont les métiers… sous-payés

Les métiers les plus recherchés en Algérie sont les professions les moins bien payées, révèle une nouvelle enquête sur les bouleversements actuels du marché du travail en Algérie à la lumière de la crise financière née dans le sillage de la COVID-19.  Commercial, vendeur, chauffeur, ouvrier, etc., les métiers qui recrutent le plus en Algérie sont, malheureusement, les métiers les plus sous-payés, peut-on constater à la suite des conclusions d’une enquête menée par Emploitic, une entreprise spécialisée dans le recrutement, en collaboration avec la Chambre algérienne de Commerce et d’Industrie (CACI), auprès de 700 entreprises.

Selon cette enquête, les secteurs qui recrutent le plus de nouveaux employés en ce moment en Algérie sont le commerce-vente et la communication-marketing. Cette source nous apprend ainsi que  le métier de Commercial reste le plus convoité par les entreprises algériennes pour le second trimestre 2021 avec 36% du total des prévisions de recrutement formulées par les entreprises algériennes sondées.  Le métier de commercial est suivi par les métiers de communication-Marketing avec 24 % du total des prévisions des nouveaux recrutements qui devront se réaliser d’ici la fin de l’année 2021.

Le secteur de l’Industrie n’est que le troisième secteur qui veut recruter avec une part 22% des prévisions des nouveaux recrutements d’ici la fin de l’année 2021. Aucune indication n’est fournie sur la nature précise des métiers qui vont recruter dans le secteur de l’Industrie.

En revanche, les autres métiers qui recrutent autant que les métiers de l’Industrie sont chauffeur et ouvrier qualifié à hauteur de 21 % des prévisions des futurs recrutements opérés par les entreprises algériennes, agent de l’administration des ressources humaines et des Moyens Généraux, auditeur ou technicien financier. En revanche, les secteurs du BTP, des finances et banques ainsi que des Assurances, l’industrie pharmaceutique, l’hôtellerie ou le tourisme sont parmi les secteurs qui recrutent le moins en Algérie. Ce qui démontre l’impact très préjudiciable de la crise de la COVID-19 et de ses effets financiers désastreux sur ces secteurs naguère en pleine expansion en Algérie.

Cette enquête confirme, par ailleurs, que le secteurs productifs comme l’industrie manufacturière ou les nouvelles technologies de l’information ainsi que de la communication tout comme les télécoms ne créent presque plus de nouveaux emplois. Ce qui révèle l’ampleur dramatique de la paralysie économique et financière actuelle de l’Algérie car les secteurs les créateurs de richesses et capables de diversifier les exportations algériennes à l’étranger sont les moins créateurs de nouveaux emplois en raison du marasme général dans lequel est enfermée l’économie algérienne.

Une récente enquête de l’Office national des statistiques (ONS) a révélé que « les salaires moyens mensuels les plus élevés » sont dans les industries d’hydrocarbures et les mines. Le secteur financier et bancaire paie bien aussi ses employés. Preuve en est, dans ces secteurs le salaires moyens varient entre 59 064 DA et 40 394 DA, soit le double et 1,4 fois le salaire net moyen national lequel est évalué à à 29 507 DA.

La même source précise que le salaire moyen des cadres dans le secteur des hydrocarbures s’élève facilement à 94 947 Da. En revanche, le salaire moyen d’un cadre dans le secteur de l’éducation est de 45 755 Da, soit presque la moitié d’un cadre de Sonatrach par exemple. Quant aux secteurs de l’administration, l’éducation et la santé, le salaire moyen dans y est respectivement de 34 856 DA, 35 898 DA et 36 914 DA, Cependant, les métiers qui sont les moins bien payés en Algérie se trouvent dans le secteur des services domestiques (femmes de ménage, cuisiniers ou gardiens) et l’agriculture-pêche. C’est dans ce secteur que l’on retrouve les salaires les plus bas en Algérie avec respectivement 14 254 DA et 17 298 DA, soit 48% et 59% du salaire net moyen global (29 507 Da).

 

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. So What? Ce n’est pas specifique à l’Algerie. Tout les pays sont dans ce cas là! La raison pour laquelle on fait appelle à l’immigration pour palier a certains métiers en déficit et/ou faire pression pour baisser les salaires ( couts de structures). Franchement il y a des articles ( je dirais la plupart) qui n’apportent rien aux débats, a l’analyse, a la réflexion,… MAIS juste casser pour casser l’image de ce pays a charge par jalousie, haine, aigreur!!!