19.9 C
Alger
vendredi, juin 21, 2024

Un ouvrage stratégique explique pourquoi la France et l’Occident craignent l’effondrement du régime algérien

L’effondrement du régime algérien est un scénario qui est craint par de nombreux stratèges des pays occidentaux. Un nouvel ouvrage paru en France explique clairement cette vision et donne les raisons, ou tenants et aboutissants, d’un scénario catastrophe qui pourrait émerger si le régime venait à s’effondrer. Explications.

Cet ouvrage est l’édition 2022 de l’Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient qui a été publié par La Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégiques (FMES), un organisme français basé à Toulon qui produit de l’information à caractère stratégique et de susciter la réflexion sur les enjeux de sécurité et de défense.

Cet institut est spécialisé essentiellement dans les études, recherches et prospectives sur les enjeux du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient. Il bénéficie du soutien de plusieurs organismes très sensibles du gouvernement français. A titre d’exemple, l’édition 2022 de l’Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient qui a été publié par La Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégiques (FMES) a été publiée grâce au soutien de la Direction Générale des Relations Internationales et de la Stratégie (DGRIS) du Ministère des Armées.

En France, la DGRIS pilote officiellement l’action internationale du ministère des Armées en y associant l’Etat-major des armées (EMA), la Direction générale de l’armement (DGA) et le Secrétariat général pour l’administration (SGA). La DGRIS conduit également les travaux de prospective stratégique et coordonne, pour le ministère des Armées, ceux nécessaires à la préparation du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale et à son actualisation régulière.

Dans cet ATLAS, des chapitres importants ont été consacrés à l’Algérie et aux caractéristiques de sa gouvernance actuelle notamment en ce qui concerne ses capacités militaires et ses implications dans les enjeux de la Défense au niveau du bassin méditerranéen.

« L’armée nationale populaire (ANP) reste la mieux équipée d’Afrique du Nord. Politisée aux échelons supérieurs et peu motivée aux échelons inférieurs, elle reste d’abord et avant tout l’assurance-vie, voire l’incarnation d’un régime à bout de souffle », explique ainsi cet ATLAS lorsqu’il analyse la nature du régime algérien.

« Bien que ses capacités offensives soient réelles, elle reste structurée pour la défensive selon une doctrine rigide d’emploi des forces calquée sur l’ancien modèle soviétique. Nul doute que l’armée serait performante dans la défense du territoire algérien si celui-ci venait à être attaqué, même si elle reste aujourd’hui tournée vers la lutte anti-insurrectionnelle et la chasse aux groupes armés djihadistes », souligne la même source pour mettre en exergue les grandes qualités militaires de l’Armée algérienne.

Cependant, cet ATLAS n’hésite pas à pointer des faiblesses chroniques et des dérives qui peuvent être inquiétantes pour l’avenir de l’Algérie.  « Pour faire diversion d’une situation intérieure très dégradée et justifier ses dépenses militaires disproportionnées, le régime algérien n’hésite pas à instrumentaliser depuis l’indépendance les tensions avec le Maroc, Israël, et avec la France sur un registre différent », détaille ainsi l’édition 2022 de l’Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient.

Le même ouvrage analyse également les risques régionaux liés à l’effondrement du régime algérien.  « Si le régime venait à s’effondrer, le risque serait : de voir l’ANP reprendre les commandes du pays comme il l’avait fait en 1992 en trouvant un compromis avec la mouvance islamiste », estiment ainsi les auteurs de cet ATLAS qui jugent ce scénario « le plus probable ». La même source reconnait que le scénario d’une guerre opposant l’Algérie au Maroc est aussi un risque élevé si le régime algérien est déstabilisé et dans ce contexte, il est possible « de voir l’armée se lancer dans une aventure militaire contre « l’ennemi héréditaire » marocain pour faire diversion des difficultés intérieures ».

Enfin, le pire scénario serait selon cet ouvrage de « voir l’ANP se déliter au profit de groupes armés autonomes et d’unités militaires en rupture de ban susceptibles de puiser dans son arsenal d’armes ultramodernes, déstabilisant la Méditerranée occidentale et la région du Maghreb ». C’est, décidément, le scénario cauchemardesque pour les observateurs français et occidentaux. L’édition 2022 de l’Atlas stratégique de la Méditerranée et du Moyen-Orient publié par La Fondation Méditerranéenne d’Etudes Stratégiques (FMES) est un document qui traduit clairement la vision internationale des lobbys les plus influents de l’establishment français. Les experts qui ont été associés à la rédaction de cet ATLAS entretiennent tous des relations très approfondies avec les institutions militaires, sécuritaires et politiques françaises ou européennes.

Le premier responsable du FMES est l’Amiral Pascal Ausseur, l’ancien commandant de la zone maritime Manche et mer du Nord, commandant de l’arrondissement maritime de Cherbourg, préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord en France.

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. C’est pour cela que chaque pays doit se doter des armes nucleaires et des moyens pour les propulser la ou il le faut! Comme la Russie, les USA, la GB, la Chine, etc. c’est la seule maniere pour survivre a des crapules racistes et colonialistes Francais ou autres. Les USA et les Europeens ont pousser les Ukreniens au suicide collectif. Les Americains et les Europeens sont les seules responsables de ce qui se passe en Ukrain et sur les scenarios future, pas Poutine.

    Des fils de pute fait des milliers de kilometres pour detruire un pays et l’ont renvoyer a l’age de la pierre juste parceque ils ont soupconner l’Irak d’avoir un programme nucleaire! Que dire des createurs du terrorisme pour coloniser des pays comme au Mali, Niger, Tchad, Libye, Afghanistan, etc, etc. Alors, c’est bien que les fils de pute aient aussi peur d’etre aussi desintegrer.

  2. Voila d’autres extraits du livre Monsieur Zemmar
    Les confessions de Xavier Driencourt ( ancien ambassadeur de France à Alger) : «Les Algériens savent nous faire plier !»
    « Les Algériens «savent faire plier leurs interlocuteurs, dont nous sommes évidemment», admet-il, en faisant sienne la déclaration d’un ministre algérien – dont il tait le nom – qui lui faisait savoir que les Algériens connaissent les Français bien mieux que les Français ne connaissent les Algériens. «Cela fait leur force, ils sont capables de nous mener où ils veulent, car eux connaissent nos usages, s’approprient nos codes, lisent nos pensées, anticipent nos réactions», appuie-t-il, avant de renchérir : «La relation avec eux est une épreuve permanente, seul compte le rapport de force.» «Cela, je l’ai appris parfois à mes dépens», confesse-t-il. «Je connaissais la difficulté de ce pays, la vie austère de la capitale, la très grande complexité de la situation politique interne depuis l’AVC du président Bouteflika en 2013 et, bien sûr, l’immense solitude d’un ambassadeur de France en Algérie», écrit Xavier Driencourt qui a dû quitter l’Algérie à la demande expresse des autorités algériennes en raison de son implication «assumée» dans le mouvement de contestation populaire du 22 février 2019.

  3. L’histoire des 8000 sans papiers est du bullshit
    Ils sont entre 400.000 et 800.000 sans papiers qui sont installé illégalement en France.
    Macron a des élections a gagner et il doit satisfaire ses électeurs de droite qui pensent que les problèmes de leurs pays ont pour origine la forte immigration Algérienne.
    Oui, les algériens bénéficient toujours des fameux accords devin amendés en 1968, qui permet la libre circulation ( régit depuis la fin des années 80 par des quotas de Visas) la possibilité d’un changement de statut ( étudiant à salarié ou commerçant) mais aussi au regroupement familiale plus avantageux que nos voisins du maghreb.
    C’est pour cela que la communauté algérienne en France est la plus importante et le restera.
    La France n’osera jamais mettre fin aux accords d’Evian sans se tirer une balle dans le pieds.