22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Mur en béton sur le littoral contre les Harragas : le Wali d’Oran fait marche arrière et décide d’utiliser des… « grillages »

Du nouveau dans le dossier scandaleux du mur en béton érigé sur le littoral oranais pour empêcher les harragas algériens d’accéder aux plages avec leurs embarcations de fortune dans le but de fuir illicitement le pays vers le sud de l’Espagne. Le Wali d’Oran, Saïd Saayoud, a décidé de faire marche arrière et d’abandonner officiellement l’option de poursuivre la construction de ce mur à la suite des très vives protestations soulevées par la population locale et l’ensemble de l’opinion publique nationale.

Cependant, le Wali d’Oran a décidé de remplacer ces murs en béton par… des grillages d’une hauteur ne dépassant pas un mètre, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources concordantes bien introduites au sein de la wilaya d’Oran. Ces grillages vont remplacer les murs en béton d’une hauteur de 4 mètres et éventrés par des fenêtres exiguës pour empêcher les barques des harragas algériens de jeter leurs ancres sur les rivages des plages oranaises.

Ces grillages, assurent nos sources, seront provisoires et auront pour seul but de dissuader les candidats à l’émigration clandestine d’utiliser les plages de la wilaya d’Oran pour prendre la mer clandestinement et rejoindre ainsi les côtes de l’extrême sud de l’Espagne. Par ailleurs, la première partie du mur construit au niveau de la plage de Trouville dans la commune d’Aïn El Turk ne sera pas démolie et sera maintenue. Mais ce mur ne sera pas étendu comme il était prévu initialement jusqu’aux plages des Andalouses, rassurent nos sources.

Le déploiement des grillages au niveau du littoral oranais n’est pas pour autant une nouvelle rassurante car rien ne garantit l’utilité ou l’efficacité de cette mesure inédite contre le déploiement  des zodiacs et autres semi-rigides, ramenés par des harraga. En plus, ces clôtures représentent aussi une menace dangereuse contre les sites naturels des rivages du littoral et enlaidissent dangereusement la façade maritime de l’une des régions les plus prisées par les estivants et les amoureux de la nature méditerranéenne enchanteresse.

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. « En plus, ces clôtures représentent aussi une menace dangereuse contre les sites naturels des rivages du littoral et enlaidissent dangereusement la façade maritime … ». These morons don’t give a sh.t about the environment and the preservation of the natural beauty of Algerian coastline shores. Selon « plusieurs sources concordantes bien introduites au sein de la wilaya d’Oran » ces prix Nobel de la bêtise travaillent d’arrache-pied, jour et nuit, pour la mise au point d’une technologie de pointe (de pizza) permettant de cacher le soleil au Algériens. Il s’agit là d’une entreprise prioritaire qui mobilise toutes les ressources de la wilaya, voire du pays tout entier. Ceci explique d’ailleurs les retards enregistrés dans la réalisation des sites appelés à abriter les JM et du nouvel aérogare d’Oran. En effet, quand il s’agit d’établir des priorités, les (ir)responsables algériens n’ont pas leurs pareils. 1-2-3, viva … !

  2. Les belles plages de Trouville, ca me rappele mes colonies de vacances, periode enchanteresse, quand chaque jour , on nous y amenait en marchant et en chantant, du camp de vacances fait de villas et de tentes, pour la baignade matinale.
    Et A la fin de la colonie, dans les cars qui nous ramenait vers Alger, attristés on chantait « Adieu Trouville, petite ville »…….

  3. Il faut determiner qui construits le mur et qui paye pour comprendre pourquoi un parasite tel le wali d’Oran a demander de construire un mur. C’est tous ce qu’ils savent faire les wali et chefs de daira contruire des mur, ajouter de l’asphalte sur des routes et refaire des trotoires! Ce n’est que ses projets qu’ils apprennent a l’ENA! C’est un robots basic, programmer qu’a faire cela et sans intelligence artificiel.