21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

L’incroyable nouveau dérapage du régime algérien : l’APS calomnie gratuitement un haut responsable de la Banque Mondiale

Le délire du régime a atteint des proportions inouïes. L’APS, l’agence de presse gouvernementale, le relai-médiatique des autorités algériennes, s’est encore une fois attaquée avec une violence inédite à la Banque Mondiale, l’une des plus importantes et stratégiques institutions financières internationales. Mais cette fois-ci, le régime algérien verse dans la calomnie en s’en prenant gratuitement à un haut responsable tunisien de la Banque Mondiale accusé, à son tour, de rouler pour le Maroc. De graves accusations colportées officiellement par les autorités algériennes contre ce haut cadre d’une institution financière internationale dont le seul tort est d’avoir publié un rapport complet et approfondi sur la situation économique et financière en Algérie. Un rapport qui a fortement dérangé les dirigeants algériens. 

La polémique a dépassé toutes les limites de la bienséance. Et le régime algérien a démontré une nouvelle fois qu’il ignore le b.a.-ba de la moralité. « Les informations qui ont servi à la Banque Mondial pour établir son rapport sur l’Algérie, sortiraient de l’imagination d’un affabulateur qui a pour nom Farid Belhaj, vice-président de la Banque Mondiale en charge de la région MENA, qui est le rédacteur de ce rapport tendancieux », a dévoilé ainsi l’APS dans une nouvelle dépêche médisante.

« Beaucoup a été dit et écrit sur le caractère mensonger de ce rapport. Mais la preuve définitive a été communiquée par des amis français de l’Algérie. Ce rapport aurait été réalisé sur orientation du palais royal marocain », a affirmé encore l’APS qui dit s’appuyer sur ds « amis français » alors que le régime algérien diabolise à longueur de journée la France et son lobbying dans le pays et la région. Cultivant les contradictions au point de friser le ridicule, l’APS a relevé aussi que « Farid Belhaj, qui est de nationalité tunisienne, avait occupé le poste de chef de cabinet du président de la Banque Mondiale, est un ami proche du prince du Maroc, Moulay Rachid et de nombreux ministres marocains ».

Pis encore, l’APS qualifie ce haut responsable de la Banque Mondiale de  « douteux personnage, mal sain est entré à la Banque Mondiale en 1996 en qualité de conseiller juridique, notamment pour le Maroc, l’Egypte, l’Iran, l’Algérie et la Thaïlande ». « De 2002 à 2007, il a été responsable des opérations de la BM pour le Maroc, ce qui justifie toute sa haine envers l’Algérie », croit savoir l’APS.

Le mensonge de l’APS n’a d’égal que la malhonnêteté de ses dirigeants. Et pour cause, les informations  avancées par l’APS n’ont jamais été communiquées par des « amis français de l’Algérie ». Ce sont des informations publiques et disponibles sur le site internet de la Banque Mondiale où chaque lectrice et lecteur peut retrouver la biographie du tunisien Farid Belhadj. Ce dernier a effectivement travaillé avec le Maroc de 2002 jusqu’à 2007 où il a « contribué à instaurer un dialogue renouvelé et diversifié avec l’un des pays à revenu intermédiaire les plus performants », lit-on ainsi sur le site internet de la Banque Mondiale.

Le Maroc fait partie de la région MENA, au même titre que l’Algérie, et il est donc totalement évident que le tunisien Farid Belhadj collabore avec les autorités marocaines comme il a traité avec les autorités de tous les pays de la région. Farid Belhadj est-il réellement pro-marocain ? Dans ses interventions médiatiques et rapports de conjoncture, cet expert tunisien n’a jamais hésité à critiquer les autorités marocaines en dévoilant leurs principales défaillances.

Preuve en est, le 4 mars 2020, dans un entretien accordé à Jeune Afrique, Farid Belhadj avait souligné que le « Maroc d’aujourd’hui me fait un peu penser à la Tunisie de 2008 : des indicateurs positifs, mais aussi des fragilités. Vu la stabilité du pays et sa forte capacité à attirer les investissements, il devrait afficher un taux de croissance de 6 % à 7 %. Or celui-ci ne dépasse pas les 3 %, ce qui ne permet pas de créer assez d’emplois pour assurer un développement soutenable ». Poursuivant ses critiques, le tunisien Farid Belhadj avait estimé également qu’il « faut donner plus d’oxygène au secteur privé, augmenter la concurrence, avec une autorité dotée d’une capacité de sanction ».

Dans le même entretien, il avait abordé également la situation économique en Algérie et il n’avait pas hésité à affirmer que « les perspectives sont très positives » en Algérie. « Le gouvernement lance une série de réformes, dont l’abandon de la règle 51/49, qui est un signal fort. Et le pays n’a quasiment pas de dette extérieure. Il a besoin de financements intelligents : des partenaires arrivant avec des fonds et des suggestions sur les moyens de les mettre en œuvre », avait analysé encore cet expert tunisien accusé aujourd’hui de tous les maux par le régime Tebboune. En vérité, Farid Belhadj est beaucoup plus tendre et conciliant avec l’Algérie par rapport au Maroc puisqu’il lance à ce pays des critiques nettement plus décourageantes et sévères.

Cet expert est donc totalement impartial et ne privilégie nullement le Maroc au détriment de l’Algérie. Le 6 février 2019, toujours dans les colonnes de Jeune Afrique, Farid Belhadj avait parlé de l’économie marocaine et algérienne. Là encore, il n’avait jamais relégué l’économie algérienne à un « rang inférieur » et n’avait pas cessé de mettre en valeur son énorme potentiel.

« Le Maroc absorbe énormément d’investissements directs étrangers (IDE). L’Algérie également, même si les IDE restent concentrés sur le seul secteur des hydrocarbures. La Tunisie n’a en revanche pas retrouvé l’attractivité qui a pu être la sienne par le passé, faute d’arriver à dépasser le tabou de l’étatisme économique. L’Égypte est, dans ce domaine, un exemple à suivre. Encore à genoux en 2015, le pays connaît des résultats spectaculaires après avoir pris des décisions courageuses en matière de fiscalité ou de tarifs subventionnés. Comme quoi, les bonnes réformes peuvent faire bouger les choses », avait ainsi décrypté cet expert tunisien en toute objectivité et impartialité.

Du 4 au 7 septembre 2018, Farid Belhadj avait séjourné à Alger en sa qualité de nouveau vice-président de la Banque mondiale (BM) pour la région MENA (Afrique du Nord et Moyen Orient), et il avait rencontré de nombreux dirigeants algériens. Les entretiens furent très cordiaux et l’expert tunisien avait reconnu que « l’Algérie entretient des relations de partenariat avec la Banque Mondiale à travers des services conseil pour répondre aux demandes d’assistance technique en soutien aux priorités du développement national dans le pays ».

Farid Belhadj n’avait pas tari d’éloges sur l’Algérie en expliquant lors de son séjour à Alger que « depuis 2010, ce partenariat s’est articulé autour de 10 opérations d’assistance technique dans six secteurs à savoir l’agriculture et le développement rural, la finance, le climat de l’investissement, la protection sociale, et la gestion intégrée des régions désertiques, apprend-on de l’institution financière ».

Lors de ce même séjour à Alger, Farid Belhadj avait insisté sur une diversification accrue de l’économie qui aiderait l’Algérie à s’engager sur une trajectoire de croissance plus durable et de la création de l’emploi.

« Troisième économie de la région MENA et l’une des locomotives du Maghreb, l’Algérie fait partie des quelques pays qui sont parvenus à faire reculer la pauvreté de 20 % en 20 ans »,  avait écrit en septembre 2018 la BM dans une présentation synthétique sur notre pays. Une présentation chapeautée par Farid Belhadj, l’homme qui est aujourd’hui diabolisée par le régime algérien et présenté comme un « pro-marocain ».

C’est, pourtant, cet homme qui avait incité la Banque Mondiale à affirmer que « l’Algérie rejoint la cohorte des pays ayant un niveau de développement humain élevé ».

Le 4 août 2020, Farid Belhadj s’est entretenu avec le ministre des Finances, l’actuel Premier-ministre, Aïmene Benabderrahmane. L’entretien s’est déroulé par visioconférence et les deux hauts responsables avaient passé en revue l’état et les perspectives de coopération entre l’Algérie et la Banque Mondiale.

« Dans son intervention, M. BENABDERRAHMANE s’est félicité de la qualité du partenariat avec la Banque Mondiale. Il a, à ce titre, indiqué que l’Algérie a engagé un processus ambitieux de réformes, selon une démarche participative incluant non seulement l’Administration et les institutions publique mais aussi les différents partenaires économiques et sociaux. Ces réformes, a-t-il précisé, concernent divers domaines à l’instar des réformes fiscale, budgétaire, bancaire et financière, ayant pour but l’amélioration du climat des affaires en Algérie », nous apprend ainsi un communiqué de presse publié à l’époque par le ministère des Finances.

« Pour sa part, le Vice Président de la région MENA a exprimé sa satisfaction quant à la qualité de la coopération engagée jusque-là avec l’Algérie. Il a réitéré la disponibilité de la Banque Mondiale à apporter son appui pour un accompagnement de notre pays dans son processus de réformes et de relance de son développement économique et social pour bâtir une économie diversifiée, résiliente et prospère », indique le même communiqué.

L’Algérie connait donc très bien Farid Belhadj. Elle a collaboré et échangé avec lui en toute courtoisie à de nombreuses reprises. Pourquoi s’en prendre aujourd’hui violemment à un simple expert technocrate ? La nouvelle sortie de l’APS indique clairement que des voyous ont pu pénétrer les institutions les plus sensibles de notre pays et instrumentalisent leurs fonctions pour imposer des prises de position très dangereuses et ridicules qui portent un énorme préjudice à la crédibilité de notre Etat.

 

dernières nouvelles
Actualités

17 تعليقات

  1. Ce qui inquiète le plus , c’est que les pouvoir arabes pour se maintenir c’est se déclaraient les guerres entre les peuples pour faire oublier leurs conneries et solidifier leurs trônes , nous savons que là où les sionistes s’installent ,ils allument le feu , c’est une sourate , pour le sionisme il ne reste que 2 pays qui soutiennent la révolution palestinienne ,il faut a tout prix les détruire en allumant une guerre, puisque les pays du moyen Orient ont abdiqué , dommage pour l’Afrique du Nord,et cette guerre entre l’Algérie et le Maroc va être faite avant la réunion du mois de mars 22 pour la saboté , afin de ne pas laisser le temps de prendre une décision qui risque de les réunir. Prions Le Bon Dieu de me démentir et que la paix reste debout.

  2. L’Algerie n’a pas besoin d’ennemis externes, elle a la 5ème colonne bien de chez nous dont l’inculte, le désœuvré, le haineux Semmar est partie prenante. Il n’est pas utile d’être un grand expert financier, économiste, gestionnaire afin de s’assurer que beaucoup de rapport sont manipulés, tendancieux à la charge de l’Algerie (tout comme ce PQ en ligne déversoir de haine appelé Algeriepart). Pour ceux qui ont quelques connaissances économiques, financières et de gestion et qui ont eu la chance de voyager à travers le monde, peuvent constater les incohérences de ces rapports et des classements concernant l’Algerie. 20 ans d’absence de présidence, d’incompétence et de corruption ont fait beaucoup de mal à notre pays. L’absence de vision, de stratégie, de réformes structurelles , de transparence et de Soft Soft Power ont laissé place aux lobbies anti Algerien , aux manipulations et aux interprétations erronées! Il suffit de regarder les fondamentaux de l’Algerie pour s’apercevoir que le pays n’est pas en faillite et que beaucoup de points positifs sont à constatés MEME si certains freins sont à constates: LA CORRUPTION endémique, LA BUREAUCRATIE, L’INFORMEL et les FREINS INTERNES AUX RÉFORMES. Cependant les choses bougent sur le plan économiques et vont dans le bon sens, il faudrait avancer plus vite et efficacement. Le marché commence à s’ouvrir, la transition énergétique se met en place, les réformes commencent à se faire (allocations chômages, fin des subventions, la règle 49/51 sur les activités non stratégiques, la réforme bancaire et financière, la bourse d’Alger, l’aide aux PME-PMI et Startups, la lutte contre la corruption et la bureaucratie…). L’avenir de l’Algerie semble prometteuse meme si les obstacles sont là et que certains lobbies internes et externes ne voient pas d’un bon œil une Algerie relevée la tête et assumer son leadership Regional!!

  3. Saber : Comme ça, il y aurait une sourate avec les sionistes !
    Les fameux sionistes existaient donc lors des pérégrinations de Mohamed, décidément tu es totalement anachronique !
    Etant donné que le pouvoir algérien et de nombreux Algeriens voient des sionistes partout que l’Algérie quitte toutes les organisations internationales !!!

  4. Y a si Lo j’ai, je ne dis pas que les juifs n’existaient pas, puisque c’est le premier peuple qui a reconnu Le Tout et les dix commandements descenduent sur Le prophète Moïse allih Salem , après ils ont étés maudit après avoir dévier, moi j’ai parlé d’une sourate dans le Saint Coran, parceque je crois a l’Éternel, maintenant si tu ne crois pas,tu es libre , d’ailleurs il y a une sourate de l’Éternel qui dit au prophète allih salât oue salam ne les force jamais a croire ,et heureusement que la croyance est un don du Bon Dieu a toute l’humanité ,libre a croire ou pas , chacun de nous ira à sa propre tombe , quand a la guerre entre nos 2 pays est très néfaste pour les 2 peuples frères ,on a assez de pauvres dans nos pays et cet argent qui servira l’achat des armes et les destructions de nos pays ,il est préférable pour qu’il aille dans le ventre de nos peuples. Salutation
    .

  5. On pourrait mettre en UNE : les incroyables dérapages de Zmar qui n’arrête pas ses fake news et autres calomnies à longueur de colonnes.

    Il n’y a pas un jour où le concerné déverse son fiel sur l’Algérie à la grande joie de ces HMARocains du genre lo ji qui un jour, pour flouer les lecteurs disait qu’il n’était pas un HMARocain.

    Si cela peut amuser zmar et ses souteneurs qu’à Dieu ne plaise. Les algériens, en dehors de traîtres, loco, boussad et autre dendani ou amara, tous des MAKakas, sont lucides et s’en fichent de ces articles à la mord-moi-le-nœud et trop souvent pris dans le caniveau.

  6. Ça commence bien la nouvelle année en Algérie, les longues queux pour de procurer des sachets du lait,pour décrocher un bidon d’huile, des centaines de harragas ont pris le bouty pour fuir le paradis sur terre le patatistane. Le Prochain sommet Arabe va être annulé et le pauvre ministre des affaires étrangères on le voit plus.Misère,Covid19, Manque des médicaments et autres produits.

  7. Je trouve ridicule qu’il se recrute encore des hommes sandwichs pour défendre un régime à la dérive qui a toujours gérer le pays par procuration, pour se perpétuer et ne jamais rendre des comptes. l’Algérie n’est pas une propriété privée.
    Que ça plaise ou non à la faune cachiristes-formatée pour aider à faire taire le peuple spolié.
    La vérité finira par éclater.
    Même l’Algérie de 1962 n’avait pas autant de tarés que celle d’aujourd’hui !
    Malgré nos richesses, sol et sous-sol, le régime n’a réussi qu’une belle faillite. Et sans gêne, on nous compare à longueur de journée au Maroc ! Quelle fuite en avant éhontée !

  8. Saber : le monothéisme n’a pas été créé par les juifs (c’est au 7eme siècle avant JC, que le roi Josias stipule que Yaveh est le seul Dieu national juif, la Tora seul livre,..)

    Celui qui a créer le monothéisme, c’est l égyptien Akhenaton avec le Dieu unique aton au 14 ème siècle avant JC !
    Akhenaton ordonne la destruction des images des anciennes divinités !
    Les caractéristiques d’aton sont :
    – le verbe ;
    – le seigneur de la création ;
    – l’unique et l’infini ;
    – la lumière opposé aux ténèbres !
    Beaucoup d’études pensent que Moïse était egyptien et un adepte d’aton !
    Quant au Décalogue c’est un mix du code d’hammourabi et des pratiques égyptiennes !

    Il ne faut confondre les juifs et les sionistes ! Le sionisme est un mouvement national créé au XIX ème siècle !

  9. En lisant les commentaires des intervenants sur un précédent post, j’apprends qu’Evangelis Confutatis Maledictis, en digne larbin du système de palefreniers grabataires nous élève au rang de prétendus Algériens qu’il a claironné sur le canard à Nezzar, nous apprend notre frère Loco ! Là où s’éditent, se publient et s’exposent en devanture Les Mémoires du Général Nabuchodonezzar, vainqueur de la Grande Bataille des Tire-Boulettes, mémorable remake des Thermopyles, de gloire et de fait historique accompli.
    Dans le tas je suis l’illuminé ! En quart de finale, demi finale ou en finale ? Evangelis ne le précise pas, mais il le sait, il tient la r’chama comme H’mida à son meilleur, en plus de distribuer les cartes de pleine citoyenneté algérienne ! Sans doute, il est celui qui remet la coupe-calice qu’on boit jusqu’à la lie, en chantant 3ellali 3ellali… au gagnant,vainqueur ayant survécu aux illuminations des tours précédents.

    Merci Evangelis Confutatis Maledictis Obscurantis, l’illumination tient du photon, c’est le parsec qui traverse le neurone qui combat l’obscurité, cette chape de dérives et d’arbitraire condamnables que fait subir le pouvoir mafieux dictatorial au peuple, particulièrement à tous ces innocents qui lui résistent par le mot, l’écrit, les actes et la bravoure, cette dictature que tu défends en bon larbin soumis.
    Il me semble que tu vis aux States, est-ce que tu reçois ta ration de cachir par DHL ou UPS ?
    Nous on s’applique au régime végétarien, vu que le pays végète à rien, et comme a dit le poète populaire : ‘’Nechorbou lbina ou Rebbi yehennina … ou tomatiche hemra khyar dissir !’’
    Bien sûr si c’est disponible… avec les pénuries rien n’est assuré !
    Toi au moins tu as McDonald quand le cachir vient à manquer, chanceux va !

  10. Le grand patriote Evangelis Confutatis Maledictis, parfois, revêt la blouse de l’éthologue, son inclination aux observations zoologiques lui ont été inspirés par les remarquables travaux de Jane Goodall, suite à ses observations sur les comportements des chimpanzés dans la jungle africaine.
    Evangelis Confutatis Maledictis a noté dans son missel à lui, que certaines individuations par les faits et les actes sont contraires aux fondements sociaux édictés par la doxa établie unilatéralement par les régents des consciences sociales et politiques, pouvoir incontestable détenu d’autorité, quasi de droit divin.
    Ainsi, dans le chapelet darwinien de Evangelis, il y a une caste identifiée qui ne cadre pas avec l’ordre animal et celui du régent, qui de fait l’intègre dans le monde parallèle de la traîtrise. Ainsi, parmi la faune observée, sont cadrés les MAKaques, des pithécanthropes voisinant les singes magots de Kabylie, suivant les remarquables observations de l’éthologue Evangelis. La publication des travaux de l’éminent éthologue lui vaudront certainement la reconnaissance de ses pairs, mais aussi le qualifieront pour une distinction au Nobel pour sa contribution à la compréhension et à l’interaction de l’ordre simien avec les humains.
    Nos institutions scientifiques ont besoin des contributions du niveau de celles de Evangelis, ce genre d’effort et d’abnégation sont à encourager.

  11. @samir
    Je rêve ! Un marocain qui critique les qques centaines de haraga algeriens , il oublie le sujet de la reine mimi 6 que dans se domaine le maroc est sur le haut du podium, et que si y avait pas la mer ce serai des millions de va nu pied qui se sauverai ( comme les enfants en mai dernier ).
    Questions pénurie en Algérie, si c est autant la misère pourquoi vos esclaves qui sont des centaines de milliers ne retourne pas dans votre royaume féerique ???
    La réalité c est que vous êtes comme les roms en Europe, votre macro vous envoi partout dans le monde pour ramener de l.argent dans votre trou à misère et par n’importe quel moyen , mendicité, vol , prostitution,drogue …
    Juste ose dire que c est faux ! D ailleurs qu’un marocain honnête si ça existe ose dire que je me trompe.

  12. « Les critiques de l’agence officielle algérienne à l’encontre du vice-président de la Banque mondiale en charge de la région MENA, peuvent s’expliquer par ses récentes déclarations sur le Maroc. «La Banque mondiale soutient le Maroc afin de l’aider à atteindre ses ambitieux objectifs climatiques», a-t-il écrit, le 10 novembre dernier, sur son compte Twitter après avoir pris part à un débat organisé par l’Université Euromed de Fès.
    Le même jour, Ferid Belhaj s’est dit «ravi de rencontrer» la ministre marocaine de l’Economie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, avec laquelle il a discuté «de la vision du Maroc et du soutien de la Banque mondiale au programme de réforme des politiques publiques».
    Un jour plutôt, le vice-président a rencontré le chef du gouvernement. Une occasion pour le responsable de l’institution financière d’évoquer, avec Aziz Akhannouch, «le soutien de la Banque mondiale aux réformes ambitieuses du Maroc, son leadership en matière d’énergies renouvelables et les Assemblées Annuelles à Marrakech pour 2022».
    le rapport contesté par le voisin de l’Est affirme, dans l’une de ses pages, que «le taux de pauvreté multidimensionnelle de l’Algérie (1,4%) est meilleur que celui de ses voisins régionaux, l’Égypte (5,2%), l’Irak (8,6%) et le Maroc (6,1%)

    …Suite : https://www.yabiladi.com/articles/details/122933/banque-mondiale-manipulee-maroc-selon.html
    « Yabladi « du 04 janvier 2022
    Avec un taux de pauvreté mutidimentielle de 1,4 % en Algérie selon cette analyste, et un taux de 6,1 %….un des taux les plus bas
    La pauvreté , toujours selon la Banque mondiale à baissé de 20% ses 20 dernières années alors que la population a augmenté de 40 %
    12 millions d’élèves scolarisés, dont 1,8 à l’université GRATUITEMENT …
    Pas d’endettement extérieur ni auprès de la BP, ni du FMI, de la BEI, ni de la BAD….
    BULLSHIT Mr l’expert de mes deux