23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Les salaires des Algériens ont évolué de seulement 2 % alors que le dinar algérien a chuté de plus de 17 %

Ce sont des chiffres qui démontrent de façon implacable pourquoi les salaires perçus par les Algériennes et Algériens n’ont jamais permis aux consommateurs de faire face à la cherté de la vie et aux augmentations galopantes des prix de produits de large consommation. Ces chiffres concernant l’énorme écart entre les augmentations très lentes et insignifiantes des salaires perçus en Algérie avec la chute continuelle et incessante de la valeur de la monnaie algérienne, à savoir le dinar algérien. 

En effet, une vaste enquête menée par l’Office National des Statistiques (ONS) en 2019 auprès de plus de 700 entreprises, a montré que l’évolution globale des salaires entre 2018 et 2019 a connu une hausse de 2%.

Cette évolution est « relativement plus importante » dans le secteur privé avec 2,28% contre +1,8% pour le secteur public. Globalement et par qualification, cette évolution est de +1,28% pour les cadres, +1,46% pour les agents de maîtrises, et de près de +3% pour le personnel d’exécution, nous apprend encore cette enquête.

Toujours selon la même source, dans le secteur public, la hausse de salaire en 2019 par rapport à 2018 est de 1,17% pour les cadres, 1,62% pour les agents de maîtrises et 2,67 pour les agents d’exécution. En revanche, dans le secteur privé, la hausse est de 1,41% pour les cadres, 1,26% pour les agents de maîtrises et enfin 3,07% pour les agents d’exécution.

Ces hausses salariales sont insignifiantes par rapport aux coûts de plus en plus élevés de la vie en Algérie. Pourquoi ? Parce que la forte dévaluation du dinar algérien et la chute permanente de sa valeur ont non seulement cassé la dynamique de ces petites augmentations, mais aussi détruit la véritable valeur marchande des salaires perçus en Algérie qui sont régulièrement tirés vers le bas dans le sillage de la chute de la valeur du dinar.

Et pour cause, depuis 2019, le dinar algérien a perdu plus de 17 % de sa valeur face au dollar américain. Entre 2020 et 2021, le même dinar algérien a perdu presque 8 % de sa valeur face au dollar américain. Il s’agit-là naturellement des évaluations du marché officiel du taux de change car, en réalité, le dinar dans le marché parallèle, régi par la loi de la demande et de l’offre, s’est davantage effondré face au dollar américain.

Face à l’Euro, le dinar algérien a perdu plus de 16,8 % de sa valeur. Entre 2020 et 2021, le dinar algérien a reculé en moyenne de 1,6 jusqu’à 2 %. Ces taux de change ont directement saboté les évolutions salariales en Algérie car il ne sert à rien d’augmenter le salaire d’un travailleur algérien s’il est payé avec une monnaie faible, régulièrement en chute et en dépréciation permanente.

En clair, entre 2019 et 2021, la véritable valeur d’un salaire de 50 mille Da a baissé de 15 jusqu’à 17 % voire 20 % en raison de la dévaluation du dinar algérien. Cela signifie malheureusement que les augmentations légères de 2 % au niveau des salaires des Algériens n’ont produit aucun impact sur l’amélioration du pouvoir d’achat des consommateurs algériens. Au contraire, ces augmentations ne sont pas du tout visibles dans le porte-monnaie des Algériens puisque si le salaire augmente en volume de 2 %, il perd en valeur plus de 15 % !

Cette réalité amère s’explique par la forte dépendance de l’Algérie vis-à-vis des importations pour couvrir les besoins de sa population. Avec une production nationale quasi-inexistante, le pays doit toujours importer en euro ou en dollar alors qu’il paie ses employés en dinar. C’est ce qui explique la permanente cherté de la vie et les poussées dangereuses de l’inflation dans notre pays. Face à ce cercle infernal, aucune augmentation salariale ne pourra produire de l’effet sur le niveau de vie et le pouvoir d’achat des Algériens.

dernières nouvelles
Actualités