22.9 C
Alger
jeudi, juin 20, 2024

Les capacités des forces navales algériennes impressionnent les militaires et députés français

Les forces navals algériennes ont connu une transformation impressionnante. C’est effectivement la conclusion à laquelle a abouti un rapport sécuritaire rédigé par des parlementaires français en conclusion des travaux d’une mission d’information sur les enjeux de défense en Méditerranée.

Ce rapport enregistré auprès de l’Assemblée Nationale française le 17 février 2022 a été présenté par les députés Jean-Jacques Ferrara et Philippe Michel-Kleisbauer. Ces deux rapporteurs chargés de confectionner ce rapport résumant les actuels enjeux sécuritaires en Méditerranée ont auditionné de nombreux officiers militaires français pour étudier le rôle l’Algérie et sa place réelle dans les futurs enjeux militaires du bassin Méditerranéen. L’un des axes de ce rapport concernait les nouvelles capacités militaires des forces navales algériennes et leur nouvelle force de frappe en Méditerranée Occidentale.

Les deux auteurs de ce rapport Jean-Jacques Ferrara et Philippe Michel-Kleisbauer ont constaté ainsi que depuis 2006, « l’Algérie promeut une politique de modernisation massive de son armée, comme en témoigne la part conséquente du PIB qu’elle consacre à l’effort à l’effort de défense, à hauteur de 6, 5 %, soit plus de 10 milliards d’euros ». Auditionné par les parlementaires français,  le colonel Stéphane Richou, attaché de défense de l’ambassade de France en Algérie, avait indiqué que l’Algérie constitue le 5ème importateur d’armes du monde et le 1er en Afrique, ainsi que l’a souligné le colonel.

Le même rapport a souligné aussi que dans le domaine naval, le développement capacitaire de l’armée algérienne est particulièrement significatif. L’amiral Pierre Vandier, chef d’état-major de la marine française, avait indiqué  à l’automne 2021 devant la commission de la défense que « l’Algérie est en train de construire deux porte-hélicoptères d’assaut. Elle possédera bientôt dix frégates et quinze corvettes. En outre, elle vient d’acheter à la Russie quatre sous-marins supplémentaires, capables de tirer des missiles de croisière navals (MdCN) ».

D’après le même rapport sécuritaire remis au parlement français, la modernisation des capacités militaires navales a notamment permis la constitution de capacités offensives hauturières, notamment avec les forces navales concentrées à Mars El Kébir dans la région d’Oran et des capacités de frappes dans la profondeur, y compris en Europe, avec ses six sous-marins Kilo dotés de missiles SS-N30 de type Kalibr, et ses avions de chasse Su30MKA et Mig 25 PDA, ainsi que de capacités de tirs quasi-balistiques, avec les missiles russes SS26 Iskander.

Mais ce sont les nouvelles capacités navales qui ont impressionné les officiers militaires français interrogés dans ce rapport d’après lequel l’Algérie est dotée aujourd’hui « des capacités de déni d’accès et d’interdiction de zone en Méditerranée occidentale, à travers un dispositif de défense anti-aérienne composé de S-300 et prochainement S-400 et des systèmes perfectionnés de radars (notamment de type Rezonans), de brouillage et de guerre électronique ».

A ce propos, le général Philippe Moralès, commandant de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), a mis en exergue « que l’Algérie pourrait constituer une véritable bulle de déni d’accès dans le détroit de Gibraltar et jusqu’au sud de l’Espagne, dans une logique de sanctuarisation de la Méditerranée occidentale ».

Si ’ampleur de ce réarmement, malgré la sévère crise économique, interroge sur les objectifs poursuivis par l’armée algérienne, plusieurs officiers du renseignement français auditionnés dans le cadre de ce rapport parlementaire ont estimé que l’Algérie n’a pas à ce stade de volonté de projection de puissance.

Le réarmement massif opéré par l’ANP obéirait à des intentions principalement dissuasives, notamment à l’égard du rival marocain à qui il faut envoyer un signal stratégique, la protection du territoire algérien dans un contexte régional très perturbé (Mali et Libye) et avant tout la préservation du prestige de l’armée et l’illustration de l’influence de cette dernière sur le pouvoir politique, analysent les rapporteurs français.

« J’ai également été frappé par la qualité de sa marine, vantée par nombre d’interlocuteurs. Les capacités maritimes de l’Algérie sont très élevées, comme l’ont montré les exercices conjoints menés avec la Marine française. En comparaison, le Maroc est très loin derrière dans le domaine naval », a confié encore à ce sujet Philippe-Michel Kleisbauer.

Rappelons enfin que les deux rapporteurs qui sont à l’origine de ce rapport parlementaire et sécuritaire français sont des membres influents de la Commission de la Défense et des Forces Armées de l’Assemblée Nationale en France. Jean-Jacques Ferrara est l’actuel député de la première circonscription de Corse du Sud, il siège à la commission de la Défense et a été nommé Rapporteur du Budget de l’armée de l’air pour l’année 2017-2018. Actuellement Député de la cinquième circonscription du Var, Philippe Michel-Kleisbauer siège au sein de la commission de la défense nationale et des forces armées et est également membre de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN).

 

dernières nouvelles
Actualités

5 تعليقات

  1. Monsieur le grand reporter n’est en fait qu’un petit tricheur. Il pompe ses articles à gauche et à droite sur des sites internet pour les présenter ensuite comme le résultat d’un travail journalistique auprès, excusez du peu, ses sources bien introduites.
    L’article original est à lire sur le site « Zone militaire » à l’adresse :
    http://www.opex360.com/2022/02/21/lalgerie-aurait-les-moyens-dinstaller-une-bulle-de-deni-dacces-dans-le-detroit-de-gibraltar/
    Les ayachas vont se mettre en branle pour tenter d’atténuer la porté d’un tel article (qui ne vient pas de chez nous) et nous faire croire que la vielle corvette Mimi6 et les quelques patrouilleurs SIGMA suffisent à contrer la marine Algérienne.
    L’auteur de l’article évoque la capacité de la marine nationale à anéantir les bases aérienne dans le sud de la France.
    Les ayachas, restez à votre place, on ne joue pas dans la même court.

  2. Ouhlala les Français ne doivent plus dormir de peur.
    La marine nationale peut anéantir les bases Françaises du sud ,rien que ça ?
    Ce n’est plus du cachir, c’est du saucisson, à ce stade.
    C’est vrai que les sous marins Français fonctionnent aux lentilles.
    Franchement l’icoule foundamountale à fabriquer des aghyouls à la chaîne.
    Je pense qu’avec tout les satellites Français et de leurs alliés,il suffit d’un seul bouton pour plonger l’anjiri dans le noir complet, sans armes ni munitions.
    Mais bon comme depuis 62 nous sommes les meilleurs.