21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Les Algériens classés plus heureux que les marocains et les tunisiens, mais beaucoup moins heureux que les émiratis et les saoudiens

Les Algériens ont été classés par un très sérieux rapport d’une instance de l’ONU comme le peuple le plus heureux du Maghreb et parmi les 10 peuples les heureux en Afrique. Les Algériens sont considérés comme étant beaucoup plus heureux que les marocains ou les tunisiens. Mais ils demeurent nettement moins épanouis et contents dans leur pays par rapport aux israéliens, saoudiens, émiratis ou bahreïnis. Explications. 

Non, ce n’est pas une blague. C’est un rapport sérieux, voire très sérieux même, qui a été rendu public le 20 mars dernier à l’occasion de  la Journée mondiale du bonheur par  le Sustainable Development Solutions Network (SDSN – Réseau de solutions de développement durable) des Nations unies. Cet organisme vient de rendre publique la 10e édition de son Rapport mondial sur le bonheur. Un classement qui a pour objectif « d’étudier la science, de mesurer et de comprendre le bien-être subjectivement ». Plusieurs critères sont pris en compte pour réaliser ce rapport : le PIB par habitant, l’aide sociale, l’espérance de vie saine, la liberté sociale, la générosité et l’absence de corruption.

Ce rapport s’appelle le World Happiness Report et il a été créé en 2012 par l’UN Sustainable Development Solutions Network (SDSN, «Réseau pour des solutions de développement durable») afin d’inciter les gouvernements à pratiquer une meilleure politique. Les chercheurs ont étudié en 2021 146 pays sur la base de faits objectifs, tels le revenu, la sécurité ou l’espérance de vie et de perceptions subjectives, comme le sentiment de liberté, la corruption perçue ou la sensation de bien-être de la population.

L’objectif de ce rapport est d’orienter les politiques économiques et publiques des Etats vers l’élément humain pour garantir l’épanouissement des populations. Les concepts de bonheur et le bien-être sont très susceptibles d’aider à guider les progrès vers le développement durable.

De nombreux pays, ces dernières années, ont atteint une croissance économique au prix d’une forte hausse des inégalités de revenus et de graves dommages à l’environnement naturel. Lorsque les pays recherchent une augmentation de leur PIB sous un mode déséquilibré, oubliant les objectifs sociaux et environnementaux, les résultats peuvent être défavorables pour le bien-être de leurs populations. Le World Happiness Report a été conçu pour aider les pays à atteindre les objectifs économiques et sociauxen harmonie avec leur développement, ce qui conduit à plus de bien-être présent et pour les générations futures. Chaque année, le réseau « Sustainable Development Solutions Network », dans ses recommandations sur le choix des indicateurs, propose l’inclusion d’indicateurs de mesures du bien-être et de l’humeur.

Pour cette édition 2022 du World Happiness Report, l’Algérie est classée 7e dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), derrière Israël (9e au niveau mondial), Bahreïn (20e), les Emirats arabes unis (24e), l’Arabie saoudite (25e), le Koweït (50e) ou la Libye (86e). L’Algérie devance ainsi le Maroc (100e place sur 146 pays étudiés dans le monde), la Tunisie (120e) et la Mauritanie (133e). Les algériens sont également considérés comme le 5e peuples plus heureux en Afrique, derrière les peuples de l’Île Maurice (52e), la Libye (86e), l’Afrique du Sud (91e) et la Gambie (93e).

Dans le monde, le podium du classement des pays les plus heureux est occupé par la Finlande , le Danemark, l’Islande, la Suisse et les Pays-Bas. En revanche, le Botswana (142e), le Rwanda, le Zimbabwe, le Liban et l’Afghanistan (146e) occupent le bas du classement et sont considérés comme étant les pays les moins heureux sur la planète.

Les données de 2021 du World Happiness Report confirment enfin « les conclusions de 2020 selon lesquelles les évaluations de la durée de vie moyenne, reflétant les effets nets de la compensation des influences négatives et positives, sont restées remarquablement résistantes pendant la crise liée au Covid-19 ». « Pour les jeunes, la satisfaction à l’égard de la vie a diminué, tandis que pour les plus de 60 ans, elle a augmenté – avec peu de changement global. L’inquiétude et le stress ont augmenté, de 8% en 2020 et de 4% en 2021 », expliquent les auteurs et rédacteurs de ce rapport  en étudiant les résultats de l’année 2021 aux niveaux du bonheur enregistrés d’avant la pandémie.

 

dernières nouvelles
Actualités