23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

L’ENNA : une entreprise stratégique devenue… une « boite familiale » !

C’est l’histoire d’une entreprise étatique, une institution publique névralgique, qui est en train de devenir… une « boite familiale » à cause des pratiques les plus répugnantes du népotisme et du favoritisme. C’est effectivement la triste histoire de l’Établissement national de la navigation aérienne (ENNA).  

L’ENNA, pilier de la sécurité aérienne et du transport aérien dans notre pays, est devenu une véritable machine de recyclage des carrières des dirigeants algériens et un tremplin privilégié pour leurs enfants qui se font recruter avec une facilité déconcertante au détriment de la méritocratie. Les hauts responsables de l’ENNA n’hésitent pas aussi à réserver les meilleurs postes et les promotions les plus prisées à leur progéniture.

Et les récentes décisions prises par la Direction des Ressources humaines de l’ENNA démontrent largement cette vérité esquissée à maintes reprises par plusieurs révélations et enquêtes d’Algérie Part. Citons des exemples concrets et.. éloquents.

Hanane ZEGHIR, la fille de l’ex-procureur général près la cour d’Alger, ZEGUIR MOURAD, devenu par la suite l’un des plus influents avocats de la place d’Alger, a été propulsée récemment au poste de chef de service réglementation au niveau du département juridique de l’ENNA 7 mois à peine après… son recrutement ! Et pourtant, ce poste était convoité depuis longtemps par de nombreuses compétences qui ont exercé durant des années au sein de l’ENNA sans bénéficier de la moindre considération pour la simple raison qu’ils ne sont pas les filles ou les fils de la nomenklatura.

Une autre promotion a suscité la controverse au sein de l’ENNA. A la tête du département énergie et balisage relevant de la direction technique de la navigation aérienne,  un certain Cherad Yazid a été nommé dans ses nouvelles fonctions le 1 décembre dernier. Or, ce monsieur est le gendre du directeur technique de l’ENNA ZADI Omar. Cette nomination a été validée sans hésitation par la direction générale de l’ENNA alors que plusieurs fautes professionnelles émaillent le parcours de Cherad Yazid, a-t-on pu confirmer au cours de nos investigations.

La même direction générale a procédé à la nomination à la tête du département administration et finances relevant de la direction d’exploitation de la navigation aérienne d’un certain monsieur SEFSAFI Khireddine qui est lui-aussi le neveu de la femme du directeur de la logistique de l’ENNA BOUTALEB Tahar. La nouveau cadre promu avait été recruté récemment comme acheteur-démarcheur par rapport à son niveau d’études secondaires très limité. Par la grâce de la magie du favoritisme, SEFSAFI Khireddine se retrouve élevé au rang de cher de département parce qu’il est le neveu de la femme d’un autre dirigeant important de l’ENNA. Qui dit mieux ?

La direction générale de l’ENNA a également approuvé le recrutement d’un certain Abderrahmane Abassi, âgé de plus de 55 ans, au poste de chargé de mission. La nouvelle recrue est, en vérité, l’ami du directeur de l’exploitation de la navigation aérienne monsieur Djatouf Abdelouhab.  La nouvelle recrue était un ancien directeur commercial d’une entreprise de solution informatique privée appelée MBM. Le profil intriguant de ce nouveau chargé de mission a soulevé de nombreuses interrogations et personne n’a pu comprendre le bien-fondé ou l’utilité de cette nouvelle nomination pour le fonctionnement de l’ENNA.

Ces nouvelles nominations sont clairement motivées par la défense d’intérêts purement personnels, mercantiles qui n’ont strictement aucun lien avec l’intérêt général de l’ENNA, une entreprise publique qui doit gagner des recettes et gérer les affaires de l’un des secteurs les plus sensibles du pays, à savoir la sécurité aérienne et l’organisation du trafic aérien.

Soulignons enfin que l’ENNA est une société publique quasiment méconnue en Algérie. Et pourtant, cette grosse entreprise publique est parmi l’un des premiers établissements stratégiques de l’Etat algérien. C’est l’organisme qui est chargé  de l’exploitation et de la sécurité du transport aérien algérien.  Une mission très délicate qui engage la sécurité nationale et la souveraineté de tout notre pays. L’ENNA est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) placé sous la tutelle du ministère des Transports algériens. Et en tant qu’EPIC, il doit gérer des fonds très conséquents et de nombreux marchés aux montants faramineux. De l’exploitation technique des aérodromes jusqu’à la réglementation de la circulation aérienne en passant par la sécurité de la navigation aérienne dans l’espace aérien algérien, le travail de l’ENNA lui permet de gérer des budgets de plusieurs Milliards de Da et de plusieurs Millions d’Euros et de Dollars. Algérie Part a publié de nombreuses enquêtes sur les dessous de la gestion douteuse de l’ENNA.

Algérie Part est le seul média algérien qui ose enquêter à chaque fois sur les pratiques et gestion de l’ENNA. Nous avons publié de nombreuses enquêtes et des révélations appuyées par de nombreux documents démontrant des anomalies et des irrégularités qui devraient interpeller les pouvoirs publics. Malheureusement, les autorités algériennes chargées de surveiller cette importante entreprise publique n’ont jamais voulu réagir en sévissant contre ces pratiques immorales et illégales dénoncées par nos publications.

 

dernières nouvelles
Actualités

4 تعليقات

  1. Ca se passe comme ça dans tous les pays de la zone MENA. Ce n’est pas mieux ailleurs. Même s’il faut dénoncer ce genre de pratiques scandaleuses.
    Le mal de l’Algérie c’est l’Algérien lui-même mais il préfère rejeter la faute sur l’autre! Cet autre peut prendre différentes formes. Tantôt c’est le régime, tantôt c’est les généraux, …
    Le malheur de l’Algérie, c’est que tous ceux qui dénoncent ces pratiques feront pire s’ils étaient aux postes.