21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Lecture, théâtre, musée : des budgets ridicules qui traduisent le désintérêt flagrant de l’Etat algérien pour la Culture

Les activités culturelles n’ont aucun intérêt aux yeux de l’Etat algérien qui préfère miser ses budgets et des dépenses colossales sur d’autres activités ou d’autres secteurs jugés plus importants par les dirigeants algériens. Lorsqu’on ausculte les tenants et aboutissants des dépenses publiques en Algérie, nous constatons, malheureusement, que la Culture est le parent pauvre des financements publics. 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. En 2022, le ministère de la Culture va accorder seulement 2,6 milliards de Da, soit l’équivalent de moins de 19 millions de dollars USD, de subventions aux bibliothèques principales de lecture publique. Le centre national du livre va bénéficier en 2022 d’un budget dérisoire de …. 40 millions de Da ! Et pourtant, cette institution est censée jouer un rôle important dans la promotion l’industrie du livre et de l’édition en Algérie. Les musées publics nationaux en Algérie seront financés à hauteur de 965 millions de Da en 2022, soit l’équivalent d’à peine de 6,8 millions de dollars USD.

Il faut savoir que l’Algérie compte à peine une trentaine de musées publics sur l’ensemble du territoire national. Les cinémas publics vont bénéficier d’un budget encore moins important en 2022 puisque les financements qui leur seront dédiés sont d’à peine 162 millions de Da, soit même pas 1,1 million de dollars USD. Il faut savoir à ce sujet qu’à l’indépendance de notre pays, en 1962, on en dénombrait un peu plus de 450 à travers le territoire national, dont une cinquantaine dans la capitale Alger et une trentaine à Oran, dans l’ouest. Aujourd’hui, il en reste une dizaine à Alger et les salles ne sont pas exploitées de manière continue.

Le ministère de la Culture a prévu aussi seulement 771 millions de Da pour soutenir les activités théâtrales en 2022, soit à peine l’équivalent de 5,5 millions de Dollars USD. Il faut savoir que l’Algérie dispose  d’un théâtre national et de 17 théâtres régionaux en attendant l’ouverture de trois autres théâtres respectivement Jijel, Naâma et Laghouat pour devenir 20 théâtres au niveau national. Pour rappel,  quatre théâtres régionaux ont été inaugurés à Constantine, Annaba, Oran, Sidi Belabes en vertu de l’ordonnance n°70-39 du 8 Rabie II en 1390 correspondant au 12 juin 1970 et contenant la loi fondamentale générale n°73-73 du 13 Rabie Al Awal 1393 correspondant au 16 avril 1973, qui prévoit la création des théâtres régionaux. Au milieu des années 1980, les théâtres de Bejaia et de Batna ont été crées dans le cadre de l’expansion des théâtres décentralisés d’Algérie avant la période 2005-2013 qui a connu la création des théâtres de Tizi Ouzou, Skikda, Guelma, Mascara, Souk Ahras, El Eulma,Oum En Bouaghi, Saïda, Mostaganem, Djelfa et Biskra.

Au final, le budget le plus important du ministère de la Culture demeure celui des Maisons de la Culture financées à hauteur de 2,1 milliards de Da en 2022. Toutes les autres activités culturelles touchent des financements dérisoires qui ne peuvent même pas permettre leur  rayonnement dans quelques régions du pays. Pour preuve, la contribution de l’Etat au profit du centre algérien de développement du cinéma dans le cadre de l’aide de l’Etat au développement de l’industrie cinématographique ne dépasse pas les 116 millions de Da, soit l’équivalent de 830 mille dollars USD.

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. Elémentaire mon cher Abdou, a quoi bon subventionner la culture
    au risque que les cachiristes développeront une troisième neurones
    et après qui les soutiendrais ? les quarante voleurs continuent a remplir
    la caverne , pendant que les cachiristes déguiser en danseuses du ventre les applaudissent
    et le pauvre peuple l’a dans le BABA.

  2. ALGERIE POSSEDE DES ATOUTS NATURELS ET CULTURELS QUI VALENT LA PEINE POUR S AVENTURER. NOUS AVONS UN BEAU PAYS

    ETAT NE PEUT PAS METTRE LES MOYENS TECHNIQUES ET FINANCIERS A LA DISPOSITION DES PROFESSIONNELS DE LA CULTURE, LES CAISSES SONT VIDES

    DES GENERAUX CONTROLENT VIA DES HOMMES DE PAILLES, LES FILIERES D IMPORTATIONS :

    1— NOUS AVONS UN GENEAL SUCRE ET HUILE, QUI GERE L’ IMPORTATION DU SUCRE ET DE L HUILE; ET L AUTRE GENERAL QUI CONTROLE L’ IMPORTATION DES VOITURES ET L AUTRE GENERAL C EST LES FINANCES DE LA MAFIA ;

    ET LE COVID 19 EST EN HAUSSE ; SVP PRENEZ SOIN DE VOS FAMILLES EN ALGERIE.