22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Le niveau des liquidités bancaires a encore baissé en 2021 contraignant la Banque d’Algérie à débloquer plus de 205 milliards de Da

Le niveau des liquidités bancaires a fortement baissé en 2021 en Algérie. Cette baisse a contraint la Banque centrale algérienne a débloqué plus de 205 milliards de Da pour refinancer les banques algériennes en proie à une importante crise de liquidités provoquée par une rareté du cash sur le marché algérien avec l’aggravation de la crise financière née dans le sillage de la pandémie de la COVID-19. 

Selon une note de conjoncture réalisée par la Banque d’Algérie pour étudier les évolutions des tendances financières et monétaires du pays durant les 6 premiers mois de l’année 2021, la liquidité globale des banques, à fini juin 2021, s’élève à 551,3 milliards de dinars contre 632,3 milliards de dinars à fin décembre 2020, soit une baisse de 81,0 milliards de dinars.

Consulté par Algérie Part, le document de la Banque d’Algérie explique que le niveau de liquidité des banques à fin juin 2021 n’a bénéficié d’aucun refinancement auprès de la Banque d’Algérie contrairement au mois de décembre 2020 ou les banques se sont
refinancées auprès de la Banque d’Algérie pour un montant totalisant 205,7 milliards de DA, soit l’équivalent de près de 1,5 milliard de dollars USD.

La Banque d’Algérie a expliqué cette mesure par la nécessité de lutter contre « l’effet de la
contraction de la liquidité bancaire amorcée au quatrième trimestre de 2019 ».  « La Banque d’Algérie a pris une série de mesures avec pour objectifs de libérer, pour le système bancaire des marges additionnelles de liquidités et mettre ainsi, à la disposition des banques et établissements financiers des moyens supplémentaires d’appui au financement de l’économie nationale à des coûts raisonnables », se réjouit enfin cette note de conjoncture d’après laquelle la crise de liquidités a été bien gérée au bout du compte en dépit de tous les désagréments causés à la population algérienne. Il s’avère enfin que de nombreux experts ne partagent pas du tout cette vision optimiste formulée par la Banque d’Algérie. Comme il avait été révélé récemment par Algérie Part, les experts du FMI ont pointé récemment de nombreuses incohérences et faiblesses dans le dispositif mis en place par la Banque d’Algérie pour gérer la crise des liquidités. Les mécanismes employés par la banque centrale algérienne ont même fragilisé encore davantage l’économie algérienne. Nous invitons nos lectrices et lecteurs à relire l’ensemble de nos articles sur cette question.

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. La liquidité d’une banque est constituée par les billets qu’elle a dans ses coffre-forts,et surtout,son dépôt à la banque centrale.Quatre facteurs contractent la liquidité bancaire :les recettes du Trésor,les dépenses en devises,l’accroissement de la circulation fiduciaire et le relèvement du taux des réserves obligatoires.L’inverse de ces 4 facteurs élargit la liquidité bancaire.Les banques couvrent leur déficit d’abord entre elles, sur le marché monétaire interbancaire, et en cas de besoins de l’ensemble du système,la banque centrale accorde des avances aux banques déficitaires.C’est comme ça que ça fonctionne partout.C’est purement technique.Un besoin de liquidité n’est pas une « crise » et sa couverture par la banque centrale n’est pas,non plus, une » performance de gestion » !