22.9 C
Alger
jeudi, juin 20, 2024

Le NASDAQ affirme que l’instabilité politique et le sous-investissement ont plombé la production du gaz naturel en Algérie

Le NASDAQ a publié une analyse approfondie sur les enjeux de la crise gazière qui s’aggrave en Europe dans le sillage de la guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine. Et dans cette analyse, le NASDAQ a affirmé que l’Algérie a plombé sa production du gaz naturel avec sa politique de sous-investissement dans le domaine de la recherche, l’exploration et la mise en service de nouveaux gisements gaziers. Pis encore, le NASDAQ a fait intervenir des experts qui mettent en exergue les dégâts de l’instabilité politique en Algérie sur la production du gaz naturel.

« Il y a des capacités dans les pipelines, mais le problème est qu’il n’y a pas assez de gaz pour exploiter ces capacités en raison du sous-investissement chronique dans l’industrie gazières ces dernières années en Algérie », a expliqué dans cette analyse publiée par le NASDAQ l’expert italien Davide Tabarelli, responsable du groupe de réflexion sur l’énergie NE Nomisma Energia. Basé à Bologne en Italie, ce cabinet est spécialisé dans l’étude des marchés économiques et la collecte de données statistiques et d’informations qui permettent de prévoir et d’évaluer les dynamiques évolutives des secteurs de l’énergie.

Depuis 2006, NE Nomisma Energia se distingue en Italie en s’occupant de tous les thèmes relatifs au marché de l’énergie en allant du pétrole ou le gaz jusqu’au nucléaire ou les énergies renouvelables.

S’agissant de l’industrie du gaz en Algérie, Davide Tabarelli, fondateur de NE Nomisma Energia, a fait savoir dans la même analyse publiée par le NASDAQ que « l’augmentation de la consommation intérieure et l’instabilité politique, y compris la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe vers l’Espagne en raison d’un différend avec le Maroc, ont plafonné les exportations algériennes ». « L’Algérie a beaucoup de gaz et il est facile de le sortir du sol mais il faudra des années pour le mettre en service », a relevé encore à ce propos Tabarelli.

Le NASDAQ a reconnu tout de même que les exportations de gaz algérien vers l’Italie ont augmenté en 2021 « bondissant de 76% à 21 milliards de mètres cubes » représentant ainsi jusqu’à 28% de la consommation globale du gaz naturel en Italie. Mais le gaz russe est toujours la première source de consommation en Italie avec pas moins de 29 milliards de m3 fournis en 2021. En dépit de plusieurs accords signés par des compagnies italiennes comme l’ENI avec Sonatrach, l’Algérie semble incapable de répondre aux besoins du marché italien en raison des faiblesses inquiétantes de sa production nationale.

Rappelons enfin que le NASDAQ est une bourse de valeurs ouverte en 1971, actuellement le deuxième plus important marché d’actions des États-Unis, en volume traité, derrière le New York Stock Exchange. Il est le plus grand marché électronique d’actions du monde. Depuis début 2008, la bourse appartient au groupe européano-américain Nasdaq.

dernières nouvelles
Actualités