30.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Le géant canadien SNC-Lavalin a eu recours aux services du conseiller financier personnel de l’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher pour payer des pots-de-vin en Algérie

C’est un véritable pavé dans la mare qui vient d’être lancé depuis le… Canada. Et pour cause, une enquête secrète de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a découvert que le géant canadien SNC-Lavalin a eu recours aux services du conseiller financier personnel de l’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher pour payer des pots-de-vin en Algérie. Ces pots-de-vin ont permis à SNC-Lavalin d’obtenir le marché de la réalisation du projet du complexe gazier de Rhourde Nouss, gigantesque installation construite dans le désert algérien. Il a été développé en partie par SNC-Lavalin pour la société d’État algérienne Sonatrach, à partir de la fin des années 1990.

Il faut savoir que SNC-Lavalin est l’un des plus importants groupes d’ingénierie et de construction au monde, et un acteur majeur en matière de propriété d’infrastructures et de services d’exploitation et d’entretien. Basée à Montréal, SNC-Lavalin est une entreprise spécialisée en gestion de projet offrant des services professionnels entièrement intégrés et exploitant des bureaux partout dans le monde.

Durant la période 2000-2005, SNC-Lavalin a raflé pas moins de six contrats pour des marchés d’une valeur de 4 milliards de dollars. Or, le géant canadien fait l’objet de plusieurs controverses en Algérie en raison de ses pratiques de corruption qui lui ont permis de gagner les faveurs des dirigeants algériens.

En 2016, les révélations du méga-scandale Panama Papers avaient révélé que l’entreprise québécoise d’ingénierie SNC-Lavalin avait obtenu des contrats d’une valeur de 4 milliards de dollars en Algérie, grâce à une entreprise commerciale offshore enregistrée dans un paradis fiscal des îles Vierges britanniques, en l’occurrence Cadber Investments, créée grâce au cabinet d’avocats Mossack Fonseca à l’origine des fuites sur les Panama Papers. Durant la période 2000-2005, SNC-Lavalin a raflé pas moins de six contrats.
Pour ce faire, elle a engagé un intermédiaire du nom de Cadber Investments. Celui-ci a empoché 22 millions de dollars pour avoir aidé SNC-Lavalin à obtenir ses contrats en Algérie. Les honoraires ont été versés dans un compte ouvert dans une succursale de la Banque royale du Canada à Genève, en Suisse.

Cette fois-ci, c’est le média canadien La Presse qui fait de nouvelles révélations sur les scandales de corruption impliquant SNC-Lavalin dans des combines douteuses avec des dirigeants algériens.  « Aujourd’hui, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) affirme clairement que des pots-de-vin ont été versés et elle identifie un nouveau canal par lequel serait passé l’argent. Un canal qui impliquerait un lien très ancien entre un cadre de l’entreprise et un acteur important dans le monde de la finance offshore. Les allégations des enquêteurs canadiens n’ont toutefois pas subi l’épreuve des tribunaux. Elles concernent des personnes qui ne travaillent plus pour la multinationale et qui ne sont accusées de rien à ce stade », révèle à ce sujet la Presse dans son édition du jeudi 28 octobre.

La Presse, un quotidien québécois fondé en 1884 à Montréal, explique également que « ces nouvelles informations sont tirées d’une déclaration sous serment déposée à la cour par un enquêteur de la Section des enquêtes de nature délicates et internationales de la GRC ».

Il s’agit plus précisément d’une nouvelle affaire qui a été dévoilée grâce à des documents additionnels saisis lors d’une perquisition au siège social de SNC-Lavalin à Montréal menée en février 2020. « Cette perquisition n’avait jamais été rendue publique avant aujourd’hui. L’enquête a mené au dépôt d’accusations de fraude contre l’entreprise et deux ex-cadres le mois dernier (le fonctionnaire corrompu mis en cause dans cette affaire avait déjà été condamné en 2017 après avoir admis les faits) », nous explique à ce sujet La Presse.

Ces nouveaux documents ont dévoilé que le géant canadien SNC-Lavalin avait pris attache le 12 octobre 2000 avec un mystérieux conseiller financier installé dans le paradis fiscal de Jersey, petite île britannique entre la France et l’Angleterre. Ce contact avait été initié par un cadre dirigeant de l’entreprise québécoise.

« Le cadre de SNC-Lavalin aurait envoyé une ébauche de contrat qui devait permettre de faire transiter des paiements de près de 2 millions de dollars à travers une société-écran détenue par le conseiller financier », indiquent les mêmes révélations d’après lesquelles ce conseiller financier, aujourd’hui décédé, s’appelait Hugh Thurston. Économiste de renom, collectionneur d’art et d’antiquités, polyglotte, spécialiste des paradis fiscaux, il servait une riche clientèle à travers le monde et l’aidait à cacher sa fortune loin des regards indiscrets. Thurston avait été également le conseiller financier personnel de l’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher, selon plusieurs médias britanniques.

La Gendarmerie Royale Canadienne (GRC) a confirmé au cours de ses investigations que le mystérieux financier de Jersey avait déjà aidé SNC-Lavalin par le passé par l’entremise de son entreprise personnelle, qui agissait comme « représentant » de SNC-Lavalin en Algérie. « Cette compagnie de représentant a été utilisée par SNC-Lavalin International pour des paiements de pots-de-vin à certains individus en relation au projet Rhourde Nouss en Algérie », expliquent les conclusions de l’enquête de la GRC selon les révélations de La Presse.

« La GRC dit avoir saisi des documents qui montrent que SNC-Lavalin a finalement utilisé le même contrat qui avait été soumis à Thurston, mais qu’un cadre avait biffé à la main le nom de l’entreprise du financier de Jersey et l’avait remplacée par celui d’une société de consultants établie au Liban. Les comptes en Suisse de cette société auraient ensuite servi à transférer discrètement 2,2 millions de dollars au PDG de la Société des ponts fédéraux qui avait truqué l’appel d’offres pour les travaux du pont Jacques-Cartier. La dépense aurait faussement été imputée dans les comptes de l’entreprise à des frais de représentation pour des projets en Algérie et en Libye », affirment encore La Presse qui étaient ses révélations par de nombreux faits datés et des références très précises à des transactions ou des opérations financières vérifiables.

Face à ces nouvelles révélations fracassantes, les autorités algériennes n’ont pas souhaité réagir. En effet, « l’ambassade d’Algérie à Ottawa n’a pas donné suite à notre demande de commentaire », explique clairement à ce sujet La Presse.

Il est à signaler enfin qu’en mars 2020, la Cour Suprême à Alger a fait savoir officiellement que le dossier de corruption de SNC-Lavalin sera relancé et ouvert pour de nouvelles investigations.  L’affaire est liée notamment à la conclusion du marché pour la fourniture de la centrale électrique de Hadjret Ennes, à Tipasa. Là aussi, Chakib Khelil est accusé en compagnie de son successeur Noureddine Bouterfa, ancien P-DG de Sonelgaz, au moment des faits.

C’est cette entreprise qui a conclu le contrat avec la société canadienne. Les deux anciens membres du gouvernement sont poursuivis pour “acceptation, de façon directe ou indirecte, d’indus avantages et leur octroi à autrui pour services rendus lors de l’exercice de leurs fonctions” et “octroi volontaire à autrui de privilèges injustifiés lors de la conclusion de contrats, d’accords, de marchés et d’avenants, contraires aux dispositions législatives et réglementaires, à l’occasion de la préparation et de l’entame de négociations pour la conclusion et l’exécution de marchés publics et de contrats au nom de l’État et des institutions publiques économiques”, avait indiqué à l’époque la Cour Suprême.

Mais, pour l’heure, rien de concret n’a été accompli et aucune avancée majeure dans ce dossier n’a été enregistrée par la Justice algérienne.

 

dernières nouvelles
Actualités

9 تعليقات

  1. Je tiens à remercier Monsieur Abdou SEMMAR de son courrier qui a été adressé a mon Avocat : concernant Kheireddine Mostefaoui dit L ‘iman le perturbe. Ses messages sont faits d’injures et cyber harcèlement qui est une infraction pénale.

    Un grand merci à mon Avocat pour son travail. sincèrement , Je ne peux pas oublier mes frères:

    YA. DENDANI,BOUSSAD,AMARA,LOCO,ET BALOU ET D AUTRES ….MERCI BEAUCOUP

    Mais, il ne faut pas confondre la liberté de pensée avec la liberté de publier tout ce que l’on pense, au risque de porter atteinte aux autres.

    On n’a pas le droit de calomnier ou d’injurier des gens sans raison .La liberté d’expression OUI. Mais dans le respect de l’autre, chacun de nous à cette liberté, le droit, mais aussi l’obligation de partager son opinion pour aider au bien commun,. Il est légitime d’user de cette liberté mais sans offenser.

    la liberté d’expression ne donne pas le droit d insulter les gens, sachez qu’il y a des lois en Europe, nul ne peut
    s’échapper, ou ignorer les lois.

    Tanemirt ,Merci.thanks, go raibh maith agat.

  2. @Karim70
    Ton royaume d’ânes bâtés courtisans de Haroun El Poussah et son majordome chambellan Dadak Azoulay n’est pas mieux loti, je te dirai qu’il est cent fois pire que l’Algérie. A la différence que nous, nous n’épargnons pas nos dirigeants corrompus et mafieux, contrairement à vous les mokokos qui ne possédaient pas le courage de la défiance et de la résistance, ce n’est pas dans la sève de votre Histoire, contrairement à celle de chez nous. Citez-nous juste un héros dans votre Histoire trafiquée qui peut approcher, je ne dis pas égaler, je dis approcher la dimension d’un Jugurtha, d’un Tacfarinas ou d’une Dihya ? Par contre au chapitre de la trahison vous êtes au sommet de l’Olympe des trahisons.
    Alors aussi bien toi, que tes cafards semblables le désaxé Axis-denté de la tête, la chèvre de l’Atlas et autres soumis de Padalos Six, épargnez-nous de votre puante présence, ici c’est réservé aux insoumis.
    Capice ?

  3. Semar nous reprend des articles sur des enquêtes ouvertes au Canada, impliquant des personnes canadiennes et même l’ancien conseiller financier de M. Thatcher.

    Comme quoi même dans des pays dits démocrates avec une justice pas aux ordres, quoi que, il y a quand même des corrompus et des corrupteurs.

    Ceci n’exonérant pas cela. L’Algérie comme il est rappelé dans le copié-collé de Semar, a ré-ouvert le dossier et ce dernier est en cours d’instruction. Chacun sait, ou plutôt les non néophytes, que des instructions durent très longtemps et Semar en conclusion s’étonne :  » ….. rien de concret n’a été accompli et aucune avancée majeure dans ce dossier n’a été enregistrée par la Justice algérienne  » !!!

    Dites nous Semar, est-ce que vous êtes intéressé par la récupération, la condamnation ou le classement de ce dossier ? Combien cela va vous couter puisque votre inquiétude est flagrante.

    @karim70, l’autre morpion hmarocain, n’avez vous même pas un brin d’honneur pour dire des crétineries aussi grossières ? Etes vous au courant de ce qui se passe dans votre no-pays où des généraux sont envoyés au Sahara Occidental faire toutes sortes de trafics afin de les éloigner du palais par risque de renversement ? Aies au moins l’honneur de ne plus parler comme tu le fais de façon insipide, digne d’un analphabète sur tous les plans.

  4. Pour Iman PMU de la mosquée de Finsbury Park c est vendredi amuse toi bien
    https://www.youtube.com/watch?v=i4zAUo8dycg

    j ai des preuves , Tes commentaires ont être pris par des captures d écran . ce sont des preuves pleinement recevables tout a été transmis a mon avocat qui est spécialiste en droit de la presse. Va voir google c est quoi : Avocat en droit de la presse .

    je reste toujours digne et fière d être une femme, je reste et je resterai. je suis a 100/ 1OO de ce que j ai dit ,je le confirme et le reconfirme un courrier entre A.P. et mon Avocat.. j ai beaucoup de patience.🙏

  5. Bien sur qu’il y’a eu des affaires de corruption couverts par des gouvernements occidentaux…
    Qu’est ce que vous croyez on est dans le monde de bisounours?
    Affaires Saipem Orascom , Enie, SNC LAVALIN, Augusta …après qu’en première instance le PDG de Saipem ai été condamné EN ITALIE …une autre l’a rendu « innocent » …