27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

Le dernier numéro du Journal Officiel supprimé mystérieusement par les autorités algériennes

Le numéro 11 du Journal Officiel, à savoir la dernière édition datant du 13 février dernier et qui avait été rendue publique hier jeudi 17 février, a disparu mystérieusement du site internet du Journal Officiel qui est édité et supervisé par Le Secrétariat Général du Gouvernement algérien. 

Les autorités algériennes ont tout bonnement supprimé jeudi soir ce dernier numéro très controversé du Journal Officiel qui contenait la liste officielle des entités et personnalités accusées de terrorisme par l’Etat algérien. Cette liste a été confectionnée par la commission de classification des personnes et entités terroristes, un organisme récemment créé par le régime algérien dans le cadre de l’ordonnance n° 21-08 du 8 juin 2021 modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal. Cette commission est née dans le sillage d’une nouvelle modification au code pénal élargissant la définition de l’acte terroriste.

Ces modifications apportées sont contenues dans les articles 87 bis, 87 bis 13 et 87 bis 14 et permettent de renforcer la lutte contre le terrorisme à travers notamment la mise en place d’une liste nationale et des entités terroristes.

Sur la première partie de cette liste publiée hier dans le dernier numéro du Journal Officiel figurent les noms de 16 personnes, en l’occurrence Mehenni Ferhat, Ferhouh Hanafi, Louerguioui Jugurta, Bellabbaci Brahim, Itim Mourad, Merzoug Abderrahmane, Mekhiouba Yahia, Dhina Mourad alias Ammar, Mansri Manar, Aroua Abbas, Zitout Mohamed, Mekki Daouadji Brahim, Boudraa Réda alias Takieddine, Mesli Rachid, Boukhors Amir alias Amir dz, et Aboud Hichem,

Sur la seconde liste, sont inscrites les entités classées terroristes, en l’occurrence le Mouvement d’autodétermination de la Kabylie (MAK), dirigé par Mehenni Ferhat, et le Mouvement Rachad dirigé par Zitout Mohammed.

Or, à peine quelques heures après la publication officielle de cette liste, c’est toute l’édition du Journal Officiel qui sera supprimée brusquement sans que le Secrétariat Général du gouvernement ne fournisse la moindre explication. Il faut dire qu’une très vive polémique est née rapidement sur Internet et les réseaux sociaux à la suite de la parution de ce dernier du Journal Officiel. De nombreux commentateurs ont dénoncé l’instrumentalisation du terrorisme pour s’en prendre à des mouvements politiques hostiles au régime algérien.

Notons enfin que ce dernier numéro du Journal Officiel contenait également le Décret exécutif n° 22-70 du 9 Rajab 1443 correspondant au 10 février 2022 fixant les conditions, les modalités et le montant de l’allocation chômage ainsi que les engagements des bénéficiaires. Ce décret a aussi suscité une très vive polémique sur les conditions d’application de la nouvelle Allocation Chômage. Il est probable aussi que les autorités algériennes aient procédé à la suppression de la dernière édition du Journal Officiel pour corriger certaines dispositions qui ont été mal-formulées ou maladroitement rédigées.

Rappelons en dernier lieu que le Journal Officiel est le document dans lequel sont consignés tous les ordonnances et les lois ainsi que les textes réglementaires, les déclarations officielles et les publications légales de l’Etat ainsi que ses diverses institutions.

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات