26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Le Bureau International du Travail s’inquiète de la détention du syndicaliste Ramzi Derder

Le Bureau international du Travail (BIT), le secrétariat permanent de l’Organisation internationale du Travail, est très inquiet de la détention du syndicaliste algérien Ramzi Derder. Le BIT est même intervenu auprès du gouvernement algérien pour exiger des éclaircissements et des clarifications concernant les graves accusations dont fait l’objet Ramzi Derder, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Le dossier de Ramzi Derder est particulièrement suivi par Karen Curtis, Cheffe, Service de la liberté syndicale au sein du Département des normes internationales du travail relevant du BIT. Il est à signaler que Ramzi Derder est membre du bureau national de la Fédération nationale des travailleurs-euses de l’informel, affiliée au syndicat autonome la Confédération syndicale des forces productives (COSYFOP).

Ramzi Derder a été arrêté le 30 juin 2021 et placé sous mandat de dépôt à Batna pour des motifs dangereux et troublants, qualifiés de « fallacieux » par ses collègues et proches.  En effet, il est accusé d’appartenance à une organisation terroriste, d’atteinte au moral de l’armée et d’atteinte à l’unité nationale à travers ses publications sur les réseaux sociaux.

Le 18 juillet 2021, la chambre d’accusation auprès de la Cour de Justice de Batna a confirmé les dispositions de l’ordonnance pénale du juge incriminant Ramzi qui a été ainsi maintenu en détention à la prison de Batna.  Le 2 août 2021, Ramzi Derder a été transféré vers le quartier des condamnés à mort et des accusés de terrorisme ! Un traumatisme indescriptible pour ce militant syndicaliste dont le seul tort est d’avoir publié des publications hostiles au pouvoir algérien sur les réseaux sociaux.

Soulignons enfin que jusqu’à aujourd’hui, aucune date n’a été fixée pour son procès prolongeant ainsi la détention arbitraire de ce syndicaliste dont l’état physique et moral ne cesse de se détériorer et d’inquiéter ses proches.

 

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Mais qui est épargné dans ce pays en dehors des cachiristes et des baltaguis détenteurs du marché de l’évacuation des harragas ? Il se déroule une forme de nettoyage ethnique en règle dans une passivité totale. Certains pays et machins internationaux (organisations) habituellement aux premières loges pour dénoncer ce genre de forfaitures, sont curieusement, s’agissant de l’Algérie, aux abonnés absents !