20.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

L’Algérie sollicite l’assistance de la Banque Africaine de Développement pour entamer la diversification de son économie

Pressé par l’urgence de mener une diversification réellement de l’économie nationale confrontée à une crise financière structurelle en raison des évolutions internationales complexes notamment depuis la guerre opposant la Russie à l’Ukraine, le gouvernement algérien a sollicité l’assistance technique et l’expertise de la Banque Africaine de Développement pour l’élaboration de cette étude stratégique permettant de lancer réellement le processus de la diversification de l’économie nationale, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Cette étude sera financée à hauteur de 800 mille dollars USD et elle sera prise en charge par le Fonds d’assistance technique des pays à revenu intermédiaire (FAT-PRI), un organe qui relève de la Banque Africaine de Développement et qui regroupe des pays à revenu intermédiaire (PRI) d’Afrique englobant aussi bien des nations les plus petites (Seychelles) que les plus grandes (Nigéria) en termes de population. On y trouve également plusieurs pays exportateurs de matières premières comme l’Algérie, et quelques-unes des moyennes et grandes économies les plus développées du continent, notamment l’Égypte et l’Afrique du Sud.

Ce fonds offre un dispositif appelé la Facilité d’assistance technique aux pays à revenu intermédiaire (MIC TAF) qui permet aux pays africains d’appuyer leur réforme financière ou économique pour les besoins de leur développement. Depuis début mars 2022, l’Algérie sera épaulée dans de la cadre de ce dispositif pour l’élaboration d’une étude sur la diversification de l’économie et l’identification de secteurs ou filières de porteurs de croissance.

« Le principal objectif de cette étude est d’accompagner les efforts des autorités algériennes pour favoriser la transition d’une économie de rente reposant sur le secteur des hydrocarbures vers une économie diversifiée, davantage tirée par les activités productives et moins vulnérables aux chocs extérieurs », nous apprend sur ce propos un document interne préparé par la Banque Africaine de Développement et dont la Rédaction d’Algérie Part détient une copie. « Sur la base d’un diagnostic du secteur industriel algérien et l’analyse de ses facteurs de compétitivité et des contraintes à son développement, l’étude devra dégager des recommandations visant à relancer la production », explique ainsi le même document.

L’objectif de cette étude commandée par les autorités algériennes à la Banque Africaine de Développement est renforcer la compétitivité et la diversification de l’industrie manufacturière et permettre, à terme, de positionner l’Algérie comme un pays émergeant.

« Plus spécifiquement, il s’agira de réaliser un diagnostic du secteur industriel algérien et de ses facteurs de compétitivité, d’évaluer l’efficacité et la pertinence des politiques publiques visant la promotion du secteur industriel et sa diversification, d’identifier des secteurs/filières ayant un potentiel en termes de création de valeur ajoutée et d’emplois et d’élaborer des stratégies de promotion des secteurs porteurs identifiés et de plans d’actions pour leur développement », révèle le même document consulté par Algérie Part.

Notons enfin que cette étude devra s’étendre sur une période de 18 mois et elle sera menée par des experts internationaux indépendants sélectionnés par la Banque Africaine de Développement épaulés par des cadres dirigeants du gouvernement algérien. Cette étude devra aboutir en dernier lieu à des recommandations de politiques publiques qui serviront à orienter la politique industrielle de l’Algérie. Des politiques qui contribueront à relancer la production industrielle et à favoriser, à terme, l’émergence d’un secteur industriel compétitif et diversifié.

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. Le seul impératif pour relancer l’Algérie est le départ de la junte et l’instauration d’un état civil et non militaire car au delà de la dictature sur le peuple Algerien c’est l’incompétence totale qui caracterise l’état algerien dans tous les secteurs confondus. Donc une étude ca changera rien absolument à l’avenir de l’Algérie si la junte reste aux commandes…

  2. Longue vie à Bouteflika et son ami de combat Boumedienne (Boulmakhrouba) , les 2 pères fondateurs du pays « continent » ,créé par la maudite France coloniale, et qui ont instauré les solides bases de l’Algérie en 1962
    TEBBOUNE et CHENGRIHA ont pris le flambeau des 2 pères fondateurs de L’ALGERIE nouvelle .