22.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

L’Algérie parmi les pays présentant de grands risques de Blanchiment d’argent

L’Algérie a été classée parmi les pays présentant de grands risques de Blanchiment d’argent et financement du terrorisme dans la région MENA, nous apprend le classement du Basel Institute, basé à Bâle en Suisse et créé en 2003, qui a publié récemment la 10e édition de son classement des risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme dans le monde.

Il faut savoir à ce propos que cet institut mesure, en effet, à travers son classement, le risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Le risque, tel que mesuré par l’indice, est défini comme la vulnérabilité d’une juridiction face à ces deux fléaux et ses capacités à les contrer.

Les scores de risque sont basés sur des données provenant de sources accessibles au public telles que le Groupe d’action financière (GAFI), Transparency International, la Banque mondiale et le Forum économique mondial. Ils couvrent 17 indicateurs dans cinq domaines pertinents pour évaluer le risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme au niveau de la juridiction, à savoir la qualité du cadre permettant de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, les pots-de-vin et corruption, la transparence et normes financières, la transparence et responsabilité publiques ainsi que les risques juridiques et politiques.

Il convient de signaler à cet égard, que plus le score tend vers 10, plus le risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme est grand. L’Algérie obtient un score de 6,73 sur 10 mais n’a pas été classée à cause d’un manque de données dans certains segments étudiés soigneusement par le Groupe d’action financière ou Financial Action (GAFI)  qui est un organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme créé par les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avec pour mission l’élaboration des normes et la promotion de l’efficace application de mesures législatives, réglementaires et opérationnelles en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et les autres menaces liées pour l’intégrité du système financier international.

Avec un tel score, l’Algérie fait pire que  plusieurs pays de la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord, comme l’Arabie Saoudite, la Tunisie, le Maroc. L’Algérie récolte un score beaucoup plus inférieur que  les Emirats arabes unis (32e mondial) qui se distingue avec un score de 5,91 ou la Jordanie (41e, 5,60). L’Algérie présente aussi plus de risques de blanchiment d’argent comparé à la Tunisie (classée 57e) ou l’Egypte (classée 58e).

L’Algérie souffre ainsi d’un énorme manque de transparence au niveau de la gestion de ses organismes financiers qui sont majoritairement étatiques et l’absence d’une bonne surveillance autour de ses flux fiduciaires entrants ou sortants constitue un circuit qui alimenter facilement des réseaux terroristes ou des bandes de malfaiteurs cherchant à blanchir leur argent provenant d’activités illégales.

Notons enfin que dans le monde, les pays présentant de grands risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme restent la République d’Haïti (1er, 8,49 points), la République démocratique du Congo, la Mauritanie, Myanmar et le Mozambique (7,71 points). En revanche, les pays présents des risques minimes sont l’Andorre (110e, 2,73 points sur 10), la Finlande (3,06 points), les Îles Cook, la Slovénie et la Norvège (106e, 3,35 points).

Soulignons en dernier lieu que l’Institut de Bâle sur la gouvernance est une organisation internationale indépendante à but non lucratif voué à la prévention et la lutte contre la corruption et d’autres crimes financiers et de renforcement de la gouvernance dans le monde entier.

dernières nouvelles
Actualités

11 تعليقات

  1. Narco royaume , premier producteur et exportateur de cannabis illégale au monde
    23 % du PIB au noir du Narco royaume provient du traffic de cannabis soit 25 milliards de dollars d’argent sale
    La propre Banque de Amir El Haschaschine attijjarawfabank a été sanctionné pour blanchiment à un blâme et 500.000 $ d’amendes
    Et toi tu viens nous débiner ta science à deux balles
    Il faut faciliter les paiements par cartes bancaires virements et chèques…et interdire le dépôt et e retrait de sommes au de la d’un certain seuil : exemple 100.000 DA pour commencer
    Le change au noir est suspect et c’est normal, c’est le talon d’Achille de notre pays
    Des centaines de millions d’euros passent en dehors du circuit traditionnelle car le taux au noir est supérieur de 5 points au taux officiels de la Banque d’Algérie
    Quand les algériens pourront transférer leurs argent au taux normal , il y’aura moins de

  2. Pourquoi parlez vous de blanchissement aujourd’hui, alors que vous savez que depuis l’indépendance l’Algérie vit avec ça, et aujourd’hui on vient de nous rabâcher avec cette histoire comme si nous les algériens on est des saints et que voilà une sale affaire vient de tomber sur nous , j’ai l’impression qu’on essaie de cacher le soleil avec un tamis , l’État c’est lui mme qui a crée cette affaire ,la preuve comment ont-ils pu déplacer des milliards déposer des milliards en France et ailleurs, alors soyons sérieux et arrêtons de nous prendre pour des anges.

  3. @Ahmed
    parce que Zemmar est au service de Hammouchi et de Mansouri…..
    Voilà pourquoi il faut rappeler quelques vérités sur le royaume du hachich et de bien d’autres choses encore.
    Votre roi n’a rien trouvé de mieux à faire que de se payer une petite demeure à 80M€ près de la Tour Eiffel, pendant que son peuple agonisait.
    did you understand ?

  4. La transparence, la traçabilité, le contrôle interne, les données statistiques sont inexistantes en Algerie d’où les causes et les risques de corruptions, financements opaques d’organismes/ associations glauques, évasion fiscales,…. voulus par des minorités comme certains Generaux véreux, des oligarques, des Compradores, des politiques qui confondent leurs poches et les caisses de l’État. Au pays des aveugles, le borgne est Roi!!! C’est la raison principale qui fait que le pays n’évolue par financierement, économiquement. Une minorité, qui ont privatisé le pays, a intérêt de garder cette opacité pour mieux servir leurs intérêts pour s’assurer une corruption pérenne. Les décennies Bouteflika ont été une vrai NEKBA pour l’Algerie. Une des solutions serait que l’armée commence à nettoyer en son sein, les écuries d’Augias, ce ménage ne pourra se faire que par une nouvelle génération de cadres cultivés, instruite, patriote, éclairée et ouverte sur le monde. Ce qui redonnera confiance à la société civile avec un effet domino sur les franges de la population!!!

  5. L’ Algérie n’a besoin que de 100 à 200 « Ya qu’à, faut qu’on » pour décoller. Mais, surtout, surtout, tenir à distance, tous ceux qui appellent « un chat, un chat » ! C’est bien avant 1962 que l’armée des frontières a imposé « la Dawla Aâskaria, Matchi Madania » ! Tourner autour du pot en nous servant tout le temps « boutesrika » comme l’unique Iïssaba et que désormais tous nos problèmes seront résolus, donc, on rasera gratis, est une vaste rigolade ! On ne convaincra que ceux qui s’en sont servi ainsi que leur entourage qui se féliciteront du bon boulot de leurs chers courtisans zélés !