27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

L’Algérie doit attendre 2023 pour retrouver son ancien niveau de richesse de…. 2019

L’Algérie va patiner dans l’immobilisme et le statu-quo jusqu’à au moins 2023. Cette correspond, d’ailleurs, à la fin de l’actuel mandat présidentiel d’Abdelmadjid Tebboune arrivé au pouvoir depuis décembre 2019. Il faudra effectivement attendre 2023 pour que l’Algérie puisse retrouver son niveau de richesse dont elle jouissait… en 2019. C’est dire que notre pays ne va jamais avance et restera paralysé par une crise économique et financière permanente durant les deux prochaines années. 

Pourquoi ? Parque sa croissance économique demeurera, malheureusement, instable et très lente. En effet, le Produit Intérieur Brut (PIB) de l’Algérie, à savoir la somme des valeurs ajoutées et principale mesure de la richesse de tout notre pays, c’est-à-dire la quantité de biens et de services produits dans un pays en une année, sera en 2021 d’à peine 163 milliards de dollars. En 2022, nous apprennent les projections économiques Fonds Monétaire International, le PIB de l’Algérie atteindra les 168 milliards de dollars.

Il faudra atteindre 2023, si tout va bien d’ici là, pour que l’Algérie puisse gagner plus de 172 milliards de dollars, soit un milliard de plus par rapport à… 2019 où le PIB de l’Algérie était de l’ordre de 171 milliards de dollars. En 4 ans, l’Algérie ne va donc aucune évolution notable. Elle va peine retrouver son précédent niveau de richesse de 2019 qui ne traduit nullement son potentiel productif et ses capacités économiques réelles.

Il faut savoir à ce propos que le PIB est l’indicateur qui permet de mesurer la croissance économique d’un pays. La hausse du PIB en volume sur une longue période est la démonstration qu’un pays progresse, se développe et améliore le niveau de vie de sa population en répartissant les richesses créées. Durant les deux prochaines années, l’Algérie pourra seulement rattraper les pertes provoquées en 2020 et 2021 par la pandémie de la COVID-19, mais par les conséquences de la crise politique ayant ébranlé le pays en 2019. Or, rattraper des pertes ne signifie nullement… se développer. Et faute d’un véritable développement, la population algérienne est condamnée à subir les privations, la pauvreté grandissante et une inquiétante détérioration de son niveau de vie puisque la démographie algérienne augmente d’une année à une autre, une moyenne d’un million de bébés par an, renforçant ainsi les besoins sociaux et économiques alors que le pays ne va gagner uniquement ce qui va lui permettre de retrouver son niveau de… vie de 2019.

 

dernières nouvelles
Actualités

7 تعليقات

  1. Encore un article qui n’a ni queue ni tête. Ce n’est pas défendre Tebboune en disant que la conjoncture actuelle n’est pas propice à l’augmentation du PIB : crise Covid, ralentissement de l’économie mondiale, augmentation des prix des produits alimentaires, …
    Rares sont les pays qui arrivent à juguler cette crise et quasi-tous ont connus une diminution conséquente de leur PIB.
    Donc insinuer que l’Algérie se portera mieux après le départ de Tebboune est juste enfantin.
    De grâce, ne parle plus au nom de notre pays, tu n’as rien à a voir ni de près ni de loin avec l’Algérie que tu passes ton temps à la salir et la dénigrer.

  2. Non saber, semmar ne perd pas le nord, il veut faire perdre le nord à ses lecteurs.
    Il a une mission : l’Algérie bashing et pour lui, tous les moyens sont bons, même les plus ignobles .
    Ne sont-ils pas allés jusqu’à à trafiquer une vidéo pour montrer Chengriha avec le pantalon mouillé? Il y a une course à l’abject entre les trois pieds nickelés: semmar, abdou hichem et amirdz. Ajoute à ces tristes sbires tous les trolls marocains qui foisonnent sur ce site et tu auras une vue complète de toute l’opération de déstabilisation menée par les services de homo6.
    Ils sont en pleine panique, les prix s’envolent, le tourisme est à l’arrêt, la bonbonne de gaz est introuvable alors que l’hiver débute (pas de gaz de ville au Maroc), la rue est en ébullition, les manifestations se suivent, il y a un phénomène « boule de neige », il y a de plus en de gens dans la rue.
    La belle façade que le Maroc a voulu présenter au monde avec la complicité des médias français est en train de s’effondrer. La monarchie ne tiendra pas longtemps. Le régime du shah d’Iran, pourtant bien plus solide et riche, à été balayé par dix jours de manifestations grandioses.

  3. Le Royaume du Haschschich a réalisé en 2020 un PIB de 112,9 Milliards de $…soit une une baisse de -7,1 % par rapport à 2019
    Le Royaume du Haschisch a vu sa dette augmenter et atteindre 94 % de son PIB…les déficits sont comblés par des dettes

    Concernant l’Algérie, selon les dernières prévision du FMI, la croissance sera de 3,2 % pour l’année 2021 et 2,9 % en 2022 après une baisse de -5,5 % en 2020
    Un simple calcul de niveau CP nous donne 3,2 + 2,9 = 6,1 % donc à la fin 2022 l’Algérie aura dépassé son PIB de 2019

    Mais comme je suis un optimiste, si l’état soutient les agriculteurs et surtout les exportateurs , le PIB algérien devra croitre plus
    Les prix de l’énergie devront se maintenir à haut niveau l’année prochaine

  4. Au travers du prisme déformant du « Maroc » on occulte toutes nos réalités algériennes, oubliant parfois même de commenter les articles pour enjamber tout de suite les insultes avec les marocains qui ne devraient pas avoir leurs places sur ce site !
    J’en appelle à M. Semmar ! Que voulez-vous en ouvrant les vannes aux marocains pour venir nous insulter ?
    Est-ce pour vous venir en aide ? Ou bien pour faire débattre les algériens entre eux pour faire avancer notre schmilblic ?
    Parce qu’au delà de tirer des plans sur la comète pour noyer le poisson ou bloquer des quatre fers pour garder un statuquo morbide, il y’a de la place pour un débat saint et serein pour regarder nos réalités en face.
    En témoigne un article qui mérite d’être lu et médité, en suivant le lien ci-après :
    https://www.lematindalgerie.com/les-elections-inchallah-pour-programme-allah-ghaleb-comme-bilan