22.9 C
Alger
jeudi, juin 20, 2024

« Il n’y a eu que 17 Algériens expulsés vers leur pays de nationalité sur toute l’année 2021 »

Les expulsions des migrants algériens en situation irrégulière sur le territoire français est un processus qui s’est soldé par un échec cuisant en 2021 en raison des tensions politiques ayant miné profondément les relations franco-algériennes. Preuve en est, durant toute l’année 2021, la France a réussi à expulser à peine… 17 algériens. 

« Il n’y a eu que 17 Algériens expulsés vers leur pays de nationalité sur toute l’année 2021. Ce qui représente 3 % des personnes algériennes enfermées », a révélé à ce propos, Paul Chiron, chargé du soutien et des actions juridiques en rétention pour La Cimade, une célèbre association française de solidarité active et de soutien politique aux migrants, aux réfugiés et aux déplacés, aux demandeurs d’asile et aux étrangers en situation irrégulière.

Dans une déclaration au média français d’investigation Mediapart, Paul Chiron a expliqué qu’en dépit de l’impossibilité d’expulser les migrants algériens vers leur pays natal en raison du refus obstiné des autorités algériennes à délivrer les laissez-passer consulaires qui permettent d’organiser ces opérations d’expulsion, les autorités françaises continuent de maintenir le placement des migrants algériens dans des centres de rétention administrative (CRA), où les étrangères et étrangers sans papiers sont enfermé·es en attendant l’exécution de leur mesure d’éloignement.

Selon Mediapart, la Cimade dénonçait déjà l’enfermement en rétention malgré la fermeture des frontières depuis 2020.  Le même média français cite également un rapport datant de 2020 portant sur la rétention rédigé par toutes les associations intervenant dans les CRA. Ce rapport révèle que « 970 personnes de nationalité algérienne ont été placées en rétention entre cette date [le 17 mars 2020] et le 31 décembre [2020] », mais « seulement quatre ont été éloignées en fin d’année, soit moins de 0,5 % ». Ces chiffres démontrent encore une fois l’échec cuisant de la politique migratoire française basée sur les expulsions massives des migrants irréguliers. Et cet échec risque de nourrir encore davantage les frustrations qui entourent les très complexes relations franco-algériennes.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Si les jeunes avaient le droit a une bonne instruction dépourvue d’idéologies charlatanesques.
    Si ensuite les jeunes avaient droit à la libre entreprise.
    Si les jeunes avaient droit à un environnement sain sans parasites.
    S’ils avaient droit à une justice libre et indépendante.
    jamais ils auraient laissé leurs parents et leur Pays.
    Que cherchent ils ? La réponse à cette question nous renseigne sur l’étendu de la régression du Pays, et les coupables sont connus.
    On peut dresser une liste nominative de ces coupables depuis l’indépendance à ce jour, et elle est longue.