6.9 C
Alger
dimanche, février 25, 2024

Exclusif. Les fils de Gaïd Salah en état de fuite et refusent de répondre à de nouvelles convocations

Les deux fils d’Ahmed Gaid Salah, Adel et Boumediene, sont au cœur d’un immense scandale de corruption qui défraie la chronique et alimente de nombreuses rumeurs et manipulations de l’opinion publique. Des informations circulant sur les réseaux sociaux affirment que les deux fils de l’ex-Chef d’Etat-Major de l’Armée algérienne de 2005 jusqu’à 2019 ont été kidnappés, enlevés, torturés ou victimes de disparitions forcées. Ces rumeurs sont de simples Fake News malintentionnées, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations.

En vérité, les deux fils d’Ahmed Gaid Salah ont été auditionnés une première fois par les enquêteurs de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA) à propos de leur complicité dans de multiplies affaires de corruption d’enrichissement illicite avec le général Sofiane Aouis, ex-responsable de la Direction Centrale d’infrastructures militaires et ancien responsable de Etablissement Central de Construction, une société appartenant au ministère de la Défense Nationale et spécialisée dans les Travaux d’ouvrages d’infrastructure (Bâtiments, Hydraulique, Travaux Publics), qui est en état d’arrestation et soumis à une vaste enquête depuis le mois d’octobre dernier, comme il a été rapporté par Algérie Part dans ses précédentes révélations.

Après une première garde-à-vue, les fils du défunt Ahmed Gaid Salah ont été remis en liberté, mais une deuxième convocation leur a été parvenue pour approfondir les investigations sur les aveux du général Sofiane Aouis qui les accuse ouvertement d’avoir parrainé toutes les opérations de trafic d’influence, de truquage et falsification des marchés publics dans le secteur du BTP de l’Armée en contrepartie de pots-de-vin onéreux ayant permis l’accumulation d’une considérable fortune en toute illégalité pour les parties prenantes à ce scadnale.

Cependant, cette fois-ci, les deux fils de l’ancien puissant patron de l’Armée algérienne ont refusé de répondre à cette nouvelle convocation. Ils ont préféré échapper aux services de la sécurité militaire en fuyant loin de leurs domiciles personnels et habituels à Annaba se déclarant ainsi en état de fuite. Jusqu’à l’heure actuelle, personne n’a pu identifier leur cachette secrète où ils s’abritent loin des soubresauts troublants de ce nouveau scandale où ils sont visiblement impliqués jusqu’au cou. C’est cette configuration actuellement inédite de l’affaire dite « des fils de Gaid Salah » qui a nourrit toutes les spéculations faute d’une communication transparente et officielle de la part du régime algérien. Notre directeur de publication, Abdou Semmar, apporte des précisions supplémentaires à ces révélations dans ce podcast vidéo.

dernières nouvelles
Actualités