23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Exclusif. Les autorités canadiennes ouvrent une enquête sur un réseau d’espionnage algérien au Québec

Les relations algéro-canadiennes connaissent de très vives tensions ces derniers jours. Les autorités canadiennes ont lancé très discrètement une enquête approfondie sur un réseau d’espionnage algérien au Québec, la province francophone du Canada, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations.  

Cette enquête a été diligentée officieusement par le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) qui est le principal service de renseignements du Canada. L’enquête a débuté il y a de cela trois semaines à la suite de l’intervention du député canadien Stephane Bergeron, l’un des membres les plus importants du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement (CPSNR). Ce député a reçu de nombreuses informations concernant les agissements suspects et troublants d’au moins 4 ressortissants algériens établis au Québec et titulaires de la nationalité canadienne. Ces 4 personnes sont soupçonnées d’entretenir des liaisons avec le bureau de sécurité des services secrets algériens relevant de l’Ambassade d’Algérie à Washington.

Ces 4 personnes auraient été embrigadées et recrutées pour former un « cellule dormante » dont la principale mission est de filmer, photographier et de collecter des informations détaillées sur les militants les plus actifs du Hirak au Québec et à Montréal tout particulièrement, la ville abritant la plus grande communauté algérienne au Canada. Les informations documentées sur l’identité et la vie privée des « hirakistes » sont ensuite rassemblées et envoyées par cette cellule au bureau de sécurité de l’Ambassade d’Algérie à Washington. Les responsables des services secrets algériens se servent plus tard de ces informations pour dresser des fiches d’identité qui permettent aux services de sécurité déployés au niveau des aéroports algériens de procéder aux arrestations des militants du Hirak qui résident au Canada.

C’est à travers ce circuit que le militant Lazhar Zouaimia a été arrêté le 19 février dernier alors qu’il s’apprêtait à prendre son vol de Constantine vers Montréal (via Alger) pour rentrer chez lui au Canada. Il a été ensuite placé en détention à partir du 22 février par un tribunal basé à Constantine. Algérie Part a pu confirmer également qu’une autre ressortissante algéro-canadienne a été aussi retenue arbitrairement sur le territoire Algérien par les services de sécurité. Il s’agit d’une certaine Hadjira Belkacem, militante associative au Québec qui travaille comme directrice d’une garderie. Cette citoyenne s’est retrouvée elle-aussi soumise à une enquête pour participation au financement d’une « organisation terroriste ». Elle a été soumise à une interdiction de quitter le territoire national (ISTN), mais sans faire l’objet pour autant d’un mandat de dépôt.

Le triste sort de ces deux ressortissants algéro-canadiens conjugués aux informations recoupées concernant les agissements suspects d’une cellule québécoise affilée aux services secrets algériens préoccupent fortement les autorités canadiennes lesquelles risquent de réclamer prochainement des comptes aux autorités algériennes au sujet de ces pratiques inamicales et liberticides menaçant l’intégrité morale et physique de nombreux citoyens algériens vivant au Canada et naturalisés canadiens.

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. L’etaut va se resserrer de plus en plus sur la junte car elle n’a plus d’allier a l’extérieur : plus de poutine et plus de FAFA… qui les protègeaint jadis!
    Désormais ils vont devoir affronter les 45 millions d’Algeriens en Algérie affamés et les 2 millions d’Algeriens qu’ils ont exilés à l’étranger… leur sort est binaire : soit le TPI pour les hauts gradés de l’armée soit etre lynchés et brûlés vifs sur les places publiques des villes algériennes.

    Généraux criminels
    DRS TERRORISTES