19.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

COVID-19. Le rapport de l’INSP confirme que les marches du Hirak n’ont produit aucun impact négatif sur la situation de l’épidémie

C’est une information qui ne manquera pas de réjouir l’opinion publique algérienne notamment les partisans du Hirak. Les adversaires de ce mouvement favorable au changement démocratique et réclamant le départ de l’actuel pouvoir accusé d’illégitimité, d’incompétence et d’oppression ont fait croire ces derniers jours que le retour des marches populaires va relancer activement la circulation du virus SARS-CoV-2, à savoir le coronavirus COVID-19. Ces reproches et accusations sont totalement infondées puisque le dernier bulletin épidémiologique de l’Institut National de la Santé Publique (INSP) a confirmé que les marches du Hirak n’ont produit aucun impact particulièrement négatif sur la situation sanitaire du pays. 

En effet, jusqu’au 6 mars dernier, la situation épidémique restée stable dans les plus importantes wilayas du pays. Au centre du pays qui abrite les wilayas ayant connu les marches les plus imposantes du Hirak depuis le 22 février, aucune vague de nouvelles contaminations à la COVID-19 n’a été déplorée par les spécialistes de l’INSP, un organisme scientifique relevant officiellement du ministère de la Santé et chargé de mener des enquêtes sanitaires au sein de la population pour cerner l’évolution des épidémies les plus dangereuses.

Le dernier bulletin épidémiologique de l’INSP explique ainsi que les nouveaux cas confirmés de COVID-19 ont augmenté d’à peine 0,5 jusqu’à 0,9 % dans les wilayas du centre du pays entre le 27 février et le 6 mars. Pendant cette période, de nombreuses imposantes marches regroupant des milliers de manifestants les vendredi ou même pendant les mardi, ont été organisées dans des wilayas fortement peuplées comme la capitale Alger, Béjaia, Tizi-Ouzou ou Bouira.

Le même rapport de l’INSP prend soin de noter qu’au cours des deux dernières semaines, à savoir du 21 février jusqu’au 6 mars dernier, le nombre de nouveaux cas confirmés est respectivement de 478 et de 442 cas dans toutes les wilayas du centre du pays. Ces régions enregistrent ainsi une  diminution des nouvelles infections au COVID-19  estimée à 7,5 %.

D’après les données de l’INSP, cette diminution des nouvelles infections est encore plus forte et importante dans les wilayas de Chlef, Tipaza et Aïn Defla avec un recul des cas confirmés de 40,9 %. Les wilayas de Bejaïa, Bouira, Tizi Ouzou, Bordj Bou Arreridj et Boumerdes ont connu également un recul de moins de 20,5 % des nouvelles infections. Le retour des marches du Hirak n’a donc pas ralenti le recul remarquable de l’épidémie de la COVID-19 dans les plus importantes wilayas du pays.

Le dernier rapport de l’INSP souligne enfin que du 28 février au 06 mars, seule la wilaya d’Alger a connu une augmentation de 20,8 % des nouvelles infections au COVID-19. Mais les chercheurs de l’INSP n’ont établi aucun lien entre cette augmentation et la reprise des marches et des manifestations populaires du Hirak.

 

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. 95% des contaminations ont lieu à l’intérieur d’après une étude récente qui confirme le constat mondial qu’aucun cluster n’a immergé suite à des rassemblements ou manifestations à l’extérieur!

    Donc Algérien(ne)s sortez, marchez, et scandez « DRS terroristes », « Généraux assassins », « Istiqlal »….

    Extrait de l’étude de Pasteur
    « Après quatre mois d’enquête, d’octobre 2020 à janvier 2021, sur une cohorte de 77.208 personnes, l’Institut Pasteur vient de publier les résultats de sa dernière étude sur les modes de contaminations au Covid-19. Sans grande surprise, on y apprend que les contaminations ont lieu en majorité dans des lieux clos et mal ventilés.
    « L’analyse de plus de 10.000 contacts uniques (…) à l’origine de l’infection au Covid-19 montre que ce contact a eu lieu à l’intérieur, fenêtre fermée dans 80% des cas » précise l’étude. Dans 15% des cas, la fenêtre était ouverte et dans 5% le contact infectieux a eu lieu à l’extérieur. «