26.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

COVID-19. Le nombre des nouvelles contaminations comme des décès double ou triple d’une semaine à l’autre dans plusieurs régions en Algérie

Après avoir longtemps négligé la menace sanitaire et sous-estimé le danger de l’épidémie de la COVID-19, l’Algérie est aujourd’hui confrontée à une terrifiante 3e vague de nouvelles contaminations et de nouveaux décès provoqués par un pic épidémique. Depuis le début du mois de juillet, cette 3e vague s’est nettement aggravée faisant ainsi sombrer les hôpitaux algériens les plus importants du pays dans une forte turbulence avec une saturation totale des services dédiés à la prise en charge des cas graves de COVID-19. 

Les rapports sanitaires les plus sérieux et approfondis communiqués par le ministère de la Santé notamment par l’Institut National de la Santé Publique (INSP), l’organisme scientifique officiel relevant du ministère de la Santé et chargé de mener des enquêtes sanitaires sur le terrain pour déterminer l’ampleur d’une quelconque épidémie menaçant la santé publique, ont démontré que le nombre des nouvelles contaminations  double ou triple d’une semaine à l’autre tout comme le nombre des décès provoqués par les formes les plus graves de la COVID-19.

Les wilayas qui enregistrent une hausse élevée et dramatique de leurs notifications des nouvelles contaminations au coronavirus COVID-19 sont Alger, Blida, Boumerdes, Tizi Ouzou au Centre, Batna, Sétif et Constantine à l’Est, Relizane, Mascara et Tlemcen à l’Ouest et, Ouargla, Laghouat et Biskra au Sud. Toutes ces wilayas connaissent depuis le début de ce mois de juillet un taux d’augmentation des nouvelles contaminations dépassant les 50 % par semaine ! Par ailleurs depuis le 9 juillet dernier, le nombre de patients hospitalisés dans une structure de santé pour Covid-19 a dépassé les 5 000 cas par jour.

Le mois de juillet a commencé en Algérie avec une une hausse de plus de 25 % du
nombre de patients hospitalisés et de patients en Unités de soins Intensifs (USI). Cette hausse s’est accentuée pour dépasser les 40 % depuis la mi-juillet, ont constaté de nombreuses sources proches du ministère de la Santé lesquelles soulignent que dans certaines wilayas stratégiques et très peuplées comme Alger, Oran ou Sétif, cette augmentation des patients nécessitant une admission en USI a dépassé en moyenne les 50 % durant les deux premières semaines de ce mois de juillet.

Face à cette situation chaotique, les autorités algériennes se réveillent enfin de leur torpeur. Le ministère de la Santé a appelé ses directions de Santé au niveau des wilayas d’actualiser « les informations sur les besoins de chaque wilaya en oxygène, à travers la plateforme électronique de la Cellule d’oxygène , créée récemment par le Premier ministère, afin de faciliter leur approvisionnement en cette substance vitale en temps opportun et de préserver la santé et la vie des malades.

Le ministère de la Santé a également fait savoir qu’un opérateur privé allait se lancer « prochainement » dans la production de cette substance vitale, ajoutant que l’Algérie avait acquis les concentrateurs de Chine et devront être réceptionnés « vendredi ou samedi prochains ». Par ailleurs, un grand hôtel » sera réservé dans chaque wilaya touchée pour la prise en charge des malades souffrant de manque d’oxygène. Le ministère de la Santé a fait savoir enfin que l’Armée nationale populaire (ANP) dotera le secteur d’un hôtel sis à Ben Aknoun, d’une capacité de 120 lits et équipé de respirateurs. Des mesures d’urgence ont été donc adoptées dans l’espoir de rattraper les maladresses commises dans un passé récent où les autorités algériennes ne cessaient de minimiser la menace sanitaire.

dernières nouvelles
Actualités

4 تعليقات

  1. Le chiffre officiel des contaminations et décès il fault les multipilier par dix,au niveau d’alger il ya plus de 400 cas par jours et 20 décès. Les citoyens ne respectent pas le protocole sanitaire et le gouvernement ne fait rien pour faire face au covid19. Ce ministre de la santé est un incompétent et faudra le limoger et tracer un nouveau plan de vacination, confinement et gestion de la situation.

  2. @Kabylos
    Le grand temple de l’absurdité ou grande mosquée avec son inénarrable symbole ithyphallique n’a pas coûté 2 milliards seulement, mais plus de 10 milliards de dollars. Un projet d’une telle envergure qui malheureusement ne génère aucune plus value, mais que des dépenses supplémentaires à considérer pour le fonctionnement de cette inutile institution budgétivore, pour son entretien et pour le budget de son carnet de commissions sur toutes ses opérations quotidiennes à venir.
    Des hôpitaux au lieu de cette absurdité ? c’est ce que l’esprit rationnel et pragmatique aurait commandé. Or, EUX, la pègre gouvernante n’en éprouve pas le besoin, puisqu’a chaque mal de troufignon qu’ils éprouvent ils se précipitent a l’étranger pour se soigner aux frais du bon peuple ! Ce à quoi celui-ci n’a pas droit, il va sans dire.
    Les sommes colossales dépensées pour réaliser cette absurdité est l’expression absolue de l’irrationnel qui gouverne en seigneur dans ce pays malade et dépourvu de toute mesure pragmatique.
    C’est aussi l’image et le symbole de la nullité de nos gouvernants, ce temple exprime au mieux ce qu’ils exhibent de ce pays qu’ils ont mis à terre : nuls sur toute la ligne. Cette absurdité est réfléchie, pensée et créée par des étrangers (des Allemands), construite par des étrangers (des Chinois), dont la planification et la gestion du chantier furent assurées par des étrangers (Allemands, Français, Chinois), ses matériaux de construction importés pour une bonne partie, ses équipements techniques et composantes électroniques également importés, les tapis des salles de prières importés deux fois d’Iran, les premiers furent rongés par les rats en entrepôt etc.
    En réalité, cette mosquée ne fait que démontrer l’incapacité des fausses institutions qui gouvernent à réaliser quoi que ce soit avec leurs moyens propres. Ce n’est pas une œuvre nationale dont il y a lieu de tirer quelque fierté que ce soit, mais plutôt l’expression de ce qu’il y a de plus honteux, car c’est un produit conçu et réalisé par des étrangers et non par un quelconque effort ou génie national.
    C’est déplorable pour le moins. Or, malheureusement ce n’est pas l’unique dérive ou gaspillage de fonds publics. Et la révolution continue … celle de la famille révolutionnaire FLN/RND couplée aux clowns bigots en gandoura ou coustima-grabata e tutti quanti.

  3. Ya dendani : La mosquée d’Alger a un minaret plus haut que celui de Casablanca ! Cela démontre la haute virilité algérienne ! 👍

    Pour un pouvoir où l’État n’est pas opérant ! Il est préférable de construire des mosquées que des hôpitaux !
    Le fameux concept de la puissance divine devient un recours, une explication !
    Mektoub ! Allah est omnipotent, omniscient,….

    C’est sûr que cela a un coût, le ministère et tous les imams ! Mais, cela est rentable, les religieux sont peu revendicatifs !