26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Confidentiel. Nouveau malaise au ministère de l’Energie à cause du sempiternel faux… colonel

Bouzidi Lakhdar, le directeur de la sécurité au niveau du ministère de l’Energie, est victime depuis plusieurs jours d’une véritable manoeuvre de déstabilisation  orchestrée par son prédécesseur, Mourad Khaldi, qui ne digère toujours pas son limogeage et sa mise à l’écart, a pu confirmer Algérie Part auprès de plusieurs sources concordantes. 

Bouzidi Lakhdar rencontre en ce moment énormément de difficultés à gérer ses effectifs d’agents de sécurité déployés au sein du ministère de l’Energie. De nombreux agents provoquent sciemment des disputes et des tensions au sein de leur service pour « compliquer la vie » à leur nouveau chef Bouzidi Lakhdar qui peine à imposer son autorité en raison du lobbying actif de Mourad Khaldi. Ce dernier milite dans les coulisses du ministère de l’Energie pour obtenir sa réhabilitation et retrouver ses privilèges perdus à la suite de son limogeage décidé au cours du mois de décembre 2021.

Et ce lobbying se traduit essentiellement par des manipulations et des complots internes dressés par Mourad Khalid avec la complicité de plusieurs agents de sécurité qui lui sont encore fidèles en raison de nombreux intérêts mercantiles qu’ils partagent encore et toujours avec leur ancien chef.

Cette situation indélicate a suscité un climat délétère au sein du ministère de l’Energie et de nombreux cadres de ce département gouvernemental très sensible puisqu’il gère les hydrocarbures, première source des recettes en devises pour l’Algérie, ressentent des tensions persistantes à chaque fois qu’ils se rendent à leur lieu de travail encadré par des agents de sécurité divisés et lassés par des conflits fomentés par certains de leurs collègues indisciplinés.

Pour rappel, Mourad Khaldi, l’ex-chef de sécurité interne au ministère de l’Energie a été récemment relevé de ses fonctions à la suite d’une enquête diligentée sur la base des multiples révélations d’Algérie Part concernant les abus de pouvoir caractérisés et les dérapages immoraux de ce haut responsable qui parlait au nom de plusieurs « généraux » puissants du renseignement algérien ou de l’armée algérienne pour intimider les cadres du ministère de l’Energie et les persuader de lui confier des informations confidentielles sur des dossiers secrets de ce département sensible de l’économie algérienne.

Quelques semaines après la mise à l’écart de ce personnage controversé qui prétendait être un colonel alors qu’il n’a strictement aucun lien avec l’uniforme ni l’institution militaire, un puissant lobbying a été déployé pour lui obtenir une prometteuse réhabilitation. En effet, Mourad Khadli continue d’actionner rapidement ses relais au sein du sérail algérien pour espérer revenir au ministère de l’Energie en tant que… Conseiller du ministre. Conseiller de quoi et en quoi ? Nul ne le sait d’autant plus que « le faux colonel » est diplômé en… sociologie. Un domaine académique, certes, respectable, mais qui n’a nullement le moindre rapport avec les enjeux et les questions de l’énergie en Algérie, le secteur pourvoyeur de 97 % des recettes en devises du pays.

dernières nouvelles
Actualités

4 تعليقات

  1. Le pouvoir a toujours fonctionné de cette façon , diviser pour régner et ce n’est pas aujourd’hui qu’il va changer, vous avez vu qu’à chaque réunion il y a un officier de police ou gendarme ,ou militaire présent ,donc le pouvoir n’a confiance a personne , l’essentiel que ça marche comme ils le veulent, et puis ils demandent au peuple de leurs faire confiance , c’est vrai et il faut le reconnaître tebbou-nia nous a dit que ça va être la nouvelle Algérie mais il a oublié de nous dire ça va être le nouveau clan, les personnes ont changés mais pas les méthodes .

  2. Zemmar excelle dans la diffamation et de la fake news….
    Il prétend que c’est grace à lui et lui seul que des enquêtes sont menées et des hommes dégommés de leurs postes
    Pauvre mec prétentieux, imbu de lui même et traitre à son pays
    Tes amis oligarques et hauts fonctionnaires sont en prison c’est un fait mais tu n’arrives pas à le digérer