13.9 C
Alger
vendredi, février 23, 2024

Confidentiel. L’effondrement inquiétant de la production algérienne du gaz naturel en 2020

En 2020, la production du gaz naturel a marqué une inquiétante chute libre, a appris Algérie Part au cours des ses investigations. L’Algérie a perdu plus de 10 milliards de M3.

Cette perte de production du gaz naturel est l’un des gros échecs de Sonatrach, la compagnie nationale des hydrocarbures. Un échec que les dirigeants de Sonatrach se gardent de reconnaître puisqu’aucune donnée n’a filtré sur les bilans précis de la production des hydrocarbures de l’année 2020.

Selon nos investigations, toute la production du gaz naturel en 2020 a atteint un niveau de 122 milliards de M3. Un niveau très bas  car la production habituelle du gaz naturel dépassait pendant les dernières années les 132 milliards M3 par an. Au lieu de renforcer la production du gaz pour compenser la réduction de la production du pétrole de 23% conformément à l’accord de l’OPEP+ entré en vigueur depuis le 12 avril 2020, la très mauvaise gestion de Sonatrach, les très mauvaises décisions de ses managers ainsi que les divers incidents industriels ou les arrêts prolongés des installations de production faute d’une rigoureuse et efficace maintenance, ont fini par porter un énorme préjudice financier au secteur des hydrocarbures du pays.

Pour rappel, l’accord Opep+ a été décidé le 12 avril dernier, alors que le marché pétrolier vivait des jours sombres, les prix s’effondraient sous l’effet du fort recul de la demande provoqué par les mesures sanitaires imposées par la pandémie de la Covid-19, alors à ses premiers mois. Les pays de l’alliance regroupant les pays de l’OPEP ainsi que la Russie, les Etats-Unis et d’autres gros producteurs de pétrole, s’étaient entendus sur des coupes volontaires de 9,9 millions de barils par jour entre mai et juin (avec prolongation sur juillet), de 7,7 mbj entre août et décembre 2020, alors que la troisième phase de l’accord sur une réduction de 5,8 mbj à partir de janvier 2021 jusqu’à avril 2022.

L’Algérie est un pays essentiellement gazier et ses réserves en gaz naturel sont beaucoup plus importantes que ses réserves de pétrole. Malheureusement, le top management de Sonatrach n’a pas profité de cet atout stratégique de notre pays pour renforcer la production gazière et exploiter de nouveaux marchés afin de compenser les pertes colossales encaissées à cause de la baisse de la production pétrolière et les perturbations constatées au niveau du marché mondial à cause des conséquences de la pandémie de la COVID-19.

Selon nos sources, la Sonatrach aurait pu compter sur les exportations du gaz naturel pour gagner jusqu’à 25 milliards de dollars en 2020. Au lieu de cela, la Sonatrach a terminé l’année 2020 avec des exportations avoisinant à peine les 20 milliards de dollars. La très mauvaise gestion actuelle de Sonatrach a causé une perte pour l’Algérie de l’ordre de 4 milliards $ à 5 milliards de dollars ce qui représente tout de même une perte avoisinant les 20 % des revenus potentiels en devises de l’Algérie pour l’année 2020. Un triste gâchis.

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق

  1. Chaque jour qui passe « la mamelle de l’Algérie « sonatrach est au plus mal, dirigé une compagnie comme la sonatrach, c’est comme diriger un pays La politique doit être ouverture sur l’autre afin que le citoyen d’un pays bénéficie de l’intérêt de celui qui le gouverne, et tout entrepreneur sait que pour diriger ses équipes, il lui sera nécessaire d’acquérir des données pour répondre aux différents besoins de l’entreprise et des services , moralité faire de la politique où diriger une entreprise par manque de connaissance peut se révéler dangereux pour la pérennité d’un pays et de l’entreprise, et malheureusement l’incompétence, manque de connaissance, corruption fait que nous allons percuter le mur à la vitesse d’un TGV.pauvre Algérie et pauvre de nous.