30.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Ces ambitieux objectifs ratés par l’agriculture algérienne

L’agriculture algérienne avait nourri de prometteuses ambitions ces dernières années. Mais, malheureusement, faute de bonne gouvernance, d’une véritable stratégie efficace, elle a échoué magistralement à concrétiser ses objectifs ambitieux.  

Tout avait, pourtant, bien commencé en 2016 lorsqu’un plan appelé Plan Fellaha a été initié en 2016 par le Ministère de l’agriculture et du développement rural. Il visait une meilleure productivité et la sécurité alimentaire. Trois piliers soutenaient ce plan d’action : l’agriculture et l’élevage, les forêts et les bassins versants et la pêche et l’aquaculture.

Pour le premier pilier, il s’agissait de poursuivre les efforts entrepris dans le programme quinquennal 2010-2014 d’intégration des filières et de modernisation des exploitations agricoles. Pour les forêts et les bassins versants, il s’agissait de mettre en place une économie forestière organisée autour de la mise en valeur du domaine forestier, la valorisation des produits forestiers et de la promotion de l’éco-tourisme.

Et pour le troisième pilier, la pêche et l’aquaculture, il s’agissait de protéger les ressources halieutiques en vue d’une production accrue pouvant dégager des surplus à l’exportation.

L’objectif global de ce plan était d’arrivé à l’horizon 2020 en réalisant une production valorisée à 4300 milliards de Da, soit l’équivalent de plus de 27 milliards d’euros et plus de 30 milliards de dollars USD. Il était prévu aussi d’atteindre dés 2020 un taux de boisement de 13 % ainsi qu’une réduction des importations de plus de 2 milliards de dollars USD. L’Algérie espérait même réaliser des  exportations de plus d’un milliard de dollars USD.

Malheureusement, cet ambitieux « Plan d’action Fellaha 2019 » n’a pas pu être concrétise. Preuve en est,  la valeur de la production agricole en Algérie s’est élevée à plus de 3491 milliards de DA en 2021, soit près de 25,6 milliards de dollars, nettement en deçà des objectifs fixés par les autorités algériennes en 2016.

La production agricole globale a baissé de 3,4 % durant la saison 2020/2021, y compris la pomme de terre dont la production a reculé de 6,4 %. La production des tomates industrielles a cependant augmenté de 27 % durant la saison 2020/2021 par rapport à 2019/2020, ainsi que les dattes de 3,9 % pendant la même période.  La production des viandes rouges a connu une hausse de 5 %, alors que celle des viandes blanches a baissé de 27 % en raison de la hausse de la valeur des intrants de l’aviculture au niveau du marché mondial et la propagation de certaines maladies touchant cette filière.

Quelques acquis ont été réalisés comme les  750.000 hectares récupérés dans le cadre du programme de mise en valeur des terres, ainsi que de 150.000 hectares recensés dans le cadre de l’opération du recensement des exploitations sans titres en vue de régulariser leur situation juridique. Mais l’agriculture algérienne a déçu les espoirs placés en elle alors que de nombreuses actions ont été menées dans l’objectif d’améliorer le niveau de compétence de la main d’œuvre, par une meilleure formation.

L’Agriculture algérienne est demeurée artisanale, archaïque et largement sous-développée en dépit des actions de « vulgarisation agricole » qui ont été menées par les instituts techniques de l’agriculture pour accompagner les agriculteurs et leur apporter un service de conseil pour un meilleur usage des engrais, des techniques nouvelles de semis, de plantation, et de respect des parcours et d’irrigation. Il reste encore beaucoup à faire pour que l’Algérie dispose d’une agriculture capable de lui garantir sa « souveraineté » alimentaire.

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. C’est bien d’avoir lutter contre le colonialisme mais il y a un domaine où les colons étaient bons c’était l’agriculture !
    Il fallait garder leur système ! Étant donné que peu de personnes veut travailler dans l’agriculture, il faut faire comme en Espagne ou en France, utiliser de la main d’oeuvre étrangère !

  2. Longue vie aux 6 Million 5343309777592 moudjahids et aussi à notre Bouteflika et son ami de combat Boumedienne (Bou L’ makhrouba) , les 2 pères fondateurs du pays « continent » ,créé par la maudite France coloniale, et qui ont instauré les solides bases de l’Algérie en 1962
    TEBBOUNE et CHENGRIHA ont pris le flambeau des 2 pères fondateurs de L’ALGERIE