23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Arrestations, disparitions et perquisitions : le régime algérien poursuit sa répression contre le militants du Hirak

Pas de répit pour les activistes et militants du Hirak en Algérie. La répression menée tambour battant par les autorités algériennes n’a connu aucune pause. Pis encore, elle ne cesse de prendre des formes alarmantes et inquiétantes. Preuve en est, depuis maintenant 5 jours, l’administrateur d’une page Facebook favorable aux revendications du Hirak est porté disparu alors qu’il avait été interpellé violemment sur la voie publique à Alger. 

Il s’agit effectivement de Boubekeur Hagoug, administrateur de la Page Facebook Bob Hirak, qui est activement recherché par ses proches et sa famille depuis le lundi 31 Mai 2021. D’après le Comité National de Libération des détenus d’opinion (CNLD), Boubekeur Hagoug été interpellé au niveau d’un « rond-point » à Birkhadem  dans la banlieue d’Alger. Cette arrestation a été opérée le lundi après-midi 31 mai dernier. Ce sont des agents en civil des services de sécurité qui ont embarqué violemment ce militant du Hirak à bord d’un véhicule « 4×4 noir », attestent les témoignages récoltés par le CNLD. 5 jours à la suite de cette arrestation brusque, Boubekeur Hagoug n’a toujours pas été retrouvé. Pas la moindre trace dans un commissariat de Police, dans un hôpital ou même dans un tribunal.

Plusieurs sources sécuritaires laissent entendre que ce hirakiste est entre les mains des « services secrets » algériens ! Pourquoi ? Parce qu’il est soupçonné d’appartenir au mouvement Rachad, classé récemment comme  » organisation terroriste » par les autorités algériennes.

Cette disparition inquiète énormément. Elle nous rappelle les pratiques sombres de la décennie noire où les services de sécurité pouvaient orchestrer le « kidnapping » de plusieurs activistes ou militants opposants pour les auditionner, les interroger et les soumettre à des pratiques humiliantes comme des actes de torture. Ces disparitions soulèvent effectivement des interrogations légitimes sur les intentions malsaines des autorités algériennes. Ces disparitions peuvent ouvrir la porte aux dérives les plus violentes.

En parallèle, plusieurs arrestations musclées ont été également signalées dans plusieurs villes et régions en Algérie comme à Alger et Tizi-Ouzou où le jeune militant Mustapha Krim a été placé en garde-à-vue par la Police. Le mode d’emploi opérationnel est toujours le même : des policiers en civil interviennent en pleine rue pour « cueillir » des militants et des activistes du Hirak. Ces derniers disparaissent plusieurs jours avant de réapparaître sur le banc des accusés de divers tribunaux algériens. Et pendant ce temps-là, des perquisitions sont menées à leurs domiciles pour confisquer tous les outils informatiques ou des documents qui contiennent des indices d’appartenance à une « mouvance suspecte » !

Soulignons enfin qu’au moins 3 militants du Hirak ont été incarcérés aujourd’hui lundi 7 juin par des tribunaux à Alger et Bouira où le militant Sofiane Rouaki a été placé sous mandat de dépôt.  La liste des détenus politiques s’allonge de jour en jour et rien ne semble indiquer que cette vague des incarcérations va s’arrêter dans les jours à venir.

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Vous n’avez que ce que vous meritez bande de clown . Un pays riche depourvue de ses richesses naturel et humaines . Abondonnes par ses fils , ses elites . gouvernes par des ignards , senile . Donne en pature a une France qui ne l’as jamais quitte . Abdou , tu peux aboyer tant que tu veux , tu fais et tu as toujours fais parti de ce systeme pouri . Pauv Algerie .