27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

Algérie : de nouvelles peines de prison ferme pour criminaliser l’activité syndicale

Le gouvernement algérien a préparé une nouvelle qui va imposer prochainement des peines de prison ferme pour criminaliser l’activité syndicale indépendante, a déploré ce vendredi 11 février la Confédération syndicale des forces productives (COSYFOP), une organisation syndicale autonome qui tente d’exister en Algérie en dépit de la forte répression politique menée par les autorités publiques. 

Dans une lettre adressée à la Rédaction d’Algérie Part, la COSYFOP fait part de toute  son inquiétude concernant « l’annonce du gouvernement d’un projet d’amendement de la loi 90/14 relatif au droit syndical ». « Cela fait après des années de pression internationale
exercée par les différents organes de contrôle de bureau international du travail-BIT- afin de modifier certains articles qui ne sont pas conformes aux conventions internationales ratifiées par l’Algérie », déplore la même organisation syndicale laquelle explique que ce nouveau projet n’a pas été distribué aux organisations, ni à la société civile ou aux médias pour en discuter « comme l’exigent les normes et les fondements démocratiques ».

La COSYFOP juge également qu’il « est inquiétant de savoir que les textes imposent la distinction entre l’exercice syndical et la politique qui promulgue des articles criminalisant cet acte ». La même source cite pour exemple « des articles criminalisant d’une peine
d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans tout membre ou organisation qui rejette ou s’oppose à une décision de dissolution ».

« Ces articles ouvrent désormais la porte au gouvernement pour dissoudre davantage les organisations syndicales qui le dérangent sans la moindre résistance », regrette la COSYFOP. cette organisation syndicale autonome est inscrite auprès du ministère du Travail sous le numéroN°30 du 04 /02/1991,  mais elle fait l’objet d’une persécution particulière menée par les autorités algériennes. A maintes reprises, la COSYFOP avait saisi le Bureau international du travail (BIT), un organisme rattaché à l’ONU et chargé des questions générales liées au travail dans le monde, pour dénoncer les violations des droits des syndicalistes, les intimidations et les harcèlements judiciaires ou sécuritaires dont ils font régulièrement l’objet ces dernières années.

Le président élu de cette confédération est Raouf MELLAL , conformément au procès-verbal de l’assemblée générale renouvelable du 30/07/2018, pour un mandat de cinq ans qui se termine en 2023.   Actuellement, la COSYFOP compte plus de 20000 adhérents-antes à travers le territoire national.

dernières nouvelles
Actualités

5 تعليقات

  1. Longue vie à Bouteflika et son frére de combat Boumedienne , les pères du pays depuis sa création en 1962, qui ont instauré les solides bases de l’Algérie , en éliminant les traitres ( comme Chaabani et autres) et en donnant le plein pouvoir aux glorieux militaires compatriotes (comme Belkhir et Nezzar) , et longue vie aussi aux 6 millions 532 302 des chouhadas.
    TEBBOUNE et CHENGRIHA ont pris le flambeau des 2 pères de L’ALGERIE .

  2. @Karim70
    A croire que tu reviens de vacances, ce sans « nif » on l’a dans les pattes H24 sur tous les articles, avec son refrain répété à ne plus finir, empêchant les algériens qui commentent les faits sérieux et graves de leurs pays ! Serais-tu marocain pour abonder comme ça dans son sens ? Si vous êtes aussi cachiristes marocains ciblez vous semblables algériens spécifiquement, pour lâcher les baskets aux autres. Arrêtez de tout polluer ! Merci.