18.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Voici ce que contient réellement ce nouveau « partenariat privilégié » signé par Tebboune et Macron à Alger

Le samedi 27 août 2022, Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune ont scellé la réconciliation entre Paris et Alger, en signant une déclaration qui « renouvelle leur engagement à inscrire leurs relations dans une dynamique de progression irréversible », 60 ans après la fin de la guerre d’Indépendance. Selon cette déclaration, il est question d’un « nouveau partenariat privilégié » qui est « devenu une exigence dictée par la montée des incertitudes et l’exacerbation des tensions régionales et internationales ». 

Ce nouveau partenariat apporte plusieurs nouveautés dans les relations algéro-françaises. A titre d’exemple, pour « rehausser leurs concertations politiques », Paris et Alger vont instaurer un « Haut conseil de coopération » au niveau des chefs d’État, afin « d’approfondir dans un esprit de confiance et respect mutuels, des réponses adaptées aux questions bilatérales, régionales et internationales », prévoit ainsi la Déclaration d’Alger.

« Il fournit un cadre pour concevoir une vision commune et une démarche étroitement concertée pour faire face aux nouveaux défis globaux (crises globales et régionales, changement climatique, préservation de la biodiversité, révolution numérique, santé…) », dit la Déclaration.

La Déclaration d’Alger évoque aussi en filigrane la question des visas qui a également empoisonné la relation bilatérale ces derniers mois après une division par deux de leur nombre par la France pour les Algériens, au motif d’un manque de collaboration pour l’expulsion des indésirables. Paris et Alger ont décidé de renforcer la lutte contre l’immigration clandestine tout en « encourageant la mobilité pour les étudiants, entrepreneurs, scientifiques, artistes, responsables d’association, sportifs » et les familles de binationaux.

Alger et Paris vont aussi donner « un nouvel élan » à leur relation économique dans « un partenariat équilibré dans l’intérêt des deux pays », notamment dans le numérique, les énergies renouvelables, les métaux rares, la santé, l’agriculture et le tourisme.

Des coopérations multiples sont prévues aussi sur le plan culturel et sportif avec beaucoup de projets pour la jeunesse, dont un incubateur de startups, des aides aux jeunes entrepreneurs sur les deux rives, un développement conjoint de filières cinématographiques.

Il est à signaler que le Président Abdelmadjid Tebboune a qualifié la visite, de trois jours, du Président français Emmanuel Macron, de « très réussie », relevant qu’elle était « excellente, nécessaire et utile pour la relation entre les deux pays » et qu’elle avait « remis beaucoup de choses à leur place ».

Cette déclaration du président de Tebboune a eu lieu au salon d’honneur de l’aéroport international Houari-Boumediene, en présence du Président Macron et des délégations des deux pays, à l’issue de la signature de la « Déclaration d’Alger pour un partenariat renouvelé » entre l’Algérie et la France et de quatre autres accords de coopération bilatérale dans plusieurs domaines.

De son côté, Emmanuel Macron affirmé que la signature de la Déclaration d’Alger pour un partenariat renouvelé « jette les bases d’une coopération nouvelle » entra l’Algérie et la France, sur plusieurs questions. Il a, par ailleurs, annoncé la « décision commune de compléter les dispositifs déjà existants, entre les deux pays, par un Haut Conseil, que nous tiendrons, l’un et l’autre, permettant de suivre la relation et son évolution », ajoutant qu’une réunion des premiers ministres et des membres des deux gouvernements se tiendra, en Algérie, « dans les prochains mois », ainsi que de nombreuses autres réunions et visites bilatérales pour fixer l’agenda de coopération entre les deux pays.

Outre la « Déclaration d’Alger pour un partenariat renouvelé », quatre autres accords de coopération bilatérale ont été signés, lors du troisième et dernier jour de la visite, dans les domaines de la santé, la recherche scientifique et le développement technologique, l’enseignement supérieure, ainsi que celui de la jeunesse et des sports. Mais les contenus de ces accords n’ont pas été encore officiellement rendus publics.

 

dernières nouvelles
Actualités