20.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

Vives tensions à Kherrata où les forces de sécurité ont été instruites d’empêcher à tout prix le retour des marches du Hirak

Depuis mercredi 1 septembre, une atmosphère très tendue règne à Kherrata dans la wilaya de Béjaia. Des affrontements violents ont opposé hier mercredi et aujourd’hui jeudi 2 septembre des centaines de manifestants et des forces anti-émeutes déployées en grand nombre pour empêcher et réprimer la moindre tentative d’une marche populaire dans les rues de cette ville qui a donné naissance le 16 février 2019 au fameux mouvement populaire algérien, le Hirak, qui s’est opposé vigoureusement au 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika tout en réclamant un changement radical du système politique aux commandes du pays. 

Plusieurs sources sécuritaires contactées par Algérie Part ont confirmé qu’une instruction officielle a été communiqué aux forces de sécurité d’empêcher à tout prix le retour de la contestation populaire dans les rues de cette ville emblématique à partir de laquelle la flamme du Hirak a été allumée en 2019. Les consignes sont claires et précises : aucun rassemblement, sit-in ou marche citoyenne contre le régime et ses hauts responsables ne doivent être tolérés. Les manifestants doivent être dispersés, interpellés et conduits vers les commissariats. D’après nos sources, les autorités algériennes ne veulent pas faire la moindre concession face à la colère populaire et craignent un effet de contagion rapide et incontrôlable si les marches du Hirak reprennent à Kherrata.

Dans ce contexte, tout est permis pour les services de sécurité afin de quadriller Kherrata et de empêcher les activités liées au Hirak. Ces mesures sécuritaires ont provoqué rapidement hier mercredi l’exaspération de la population locale. Les manifestants désireux de se rassembler pour dénoncer la politique arbitraire actuelle du pouvoir algérien et le maintien en détention de plusieurs activistes et militants de diverses mouvances de l’opposition algérienne ont ainsi réprimés avec beaucoup de brutalité suscitant ainsi une grande colère et provoquant des affrontements qui ont duré jusqu’au début de la nuit de mercredi. De nombreuses personnes interpellées ont été relâchées ensuite à heure tardive de la nuit.

Aujourd’hui jeudi, les affrontements ont repris en début d’après-midi lorsque des jeunes habitants de Kherrata excédés par les restrictions de l’impressionnant dispositif policier étouffant leur ville ont voulu faire entendre leur colère. Les forces anti-émeutes ont réagi avec beaucoup de violences et des tirs de balles en caoutchouc ainsi que des gaz lacrymogènes ont été lancés contre les manifestants occasionnant de nombreuses blessures graves. Pour l’heure, il demeure difficile de dresser un bilan fiable des victimes de ces affrontements. Des sources policières assurent enfin que des blessés ont été enregistrés aussi dans les rangs des forces anti-émeutes. Plusieurs sources locales craignent une radicalisation de la colère des habitants de Kherrata et une escalade de violences à cause de la répression policière excessive.

La Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme (LADDH) a lancé un appel au calme et à la vigilance pour se prémunir contre les dérapages qui peuvent mener toute la région de Kherrata vers un embrasement généralisé.

 

dernières nouvelles
Actualités

14 تعليقات

  1. Avec l’arrivée à vive allure de la suppression des subventions des produits importes comme céréales/farine, carburant, médicaments, … + la perte d’emplois par certaines de milliers + disparition de l’emploi informel + … le Peuple Algerien n’a plus le choix et ce qui se passe ces jours ci a Kherrata va se reproduire un peu partout en Algérie… et les policiers commencent a paniquer après ce qui s’est passé au maryre Jimmy qu’on a présenté au peuple de LNI comme un agent du régime pyromane … les agents et alliers du régime tous identifiés savent aujourd’hui que quand le régime va tomber vont finir par être lynchés par un peuple en colère et humilié depuis 2 ans … j’aimerai pas être a leur place !!!

  2. @Karim70, Oulid el Kahba infra-humain, esclaves appartenant a un maitre homosexuel,

    Les Algeriens revendiquent plus de liberte’, de prosperite’ et vous infra-humains du Maroc, esclaves appartenant au maitre homosexuel du Maroc. Vous infra-humains vous ne pouvez meme pas parler des choses de faits divers entre vous en tant qu’esclaves. Let alone esayer de changer de status d’infra-humains a esclaves!

  3. @Karim70, Balou/Loco Oulid el Kahba infra-humain, esclaves appartenant a un maitre homosexuel,

    Les Algeriens revendiquent plus de liberte’, de prosperite’ et vous infra-humains du Maroc, esclaves appartenant au maitre homosexuel du Maroc. Vous infra-humains vous ne pouvez meme pas parler des choses de faits divers entre vous en tant qu’esclaves. Let alone esayer de changer de status d’infra-humains a esclaves!

  4. Alors les bzzzz bzzzzz … vous attendez encore vôtre rats tions ? Mais part la larve gluante qui essaye de soutenir le niveau.. en parlant de souteneur El Hadj Omar fiote du Dey.. cherche justement un souteneur pour ses proches .. il n’arrête pas de me demander si je suis un mac ..si l’imam perturbé nous entend lui qui parle couramment la prostitution.. El Hadj Omar est demandeur.

  5. Le Matin du jour !
    Même un homme handicapé n’échappe pas à cette junte.

    Abdennour Saïdi, handicapé, vient d’être arrêté par la gendarmerie nationale à côté de son domicile à Ath Zmenzer (Béni Douala, wilaya de Tizi-Ouzou).
    Abdennour Saidi, activiste connu pour ses positions en faveur de l’identité amazigh, est AMPUTÉ DE CES DEUX JAMBES À CAUSE DU DIABÈTE.
    Bien entendu, dans son aveuglement, le régime ne fait plus de distingo entre les personnes, ni dans la dentelle. Abdennour Saïdi est donc embastillé malgré son handicap. Il ne doit pas assumer son identité ni d’ailleurs s’exprimer.

    Dans la « nouvelle Algérie » de Tebboune, l’autoritarisme assumé est une démocratie. Les détenus d’opinion remplissent désormais les prisons. Les avocats et défenseurs des droits de l’homme ne comptent plus le nombre de militants pacifiques jetés en prison. Ils sont plus de 200.

    Toutefois depuis quelques mois, le régime fait de la Kabylie son obsession. De nombreuses figures politiques de cette région, comme Hamou Boumedine, Bouaziz Naït Chebib, Kamira Naït Sid,… sont arrêtés et détenus avec des chefs d’inculpation hallucinants.

    Le général à la retraite et candidat à la présidentielle croupit en prison sans le moindre procès depuis deux ans. Ses nombreux appels sont restés sans écho.

    Alors mettre une personne à mobilité réduite en prison ne doit pas faire rougir les sbires de Tebboune.

    Auteur
    Yacine K.

  6. @Karim70, Balou/Loco Oulid el Kahba infra-humain, esclaves appartenant a un maitre homosexuel,

    Les Algeriens revendiquent plus de liberte’, de prosperite’ et vous infra-humains du Maroc, esclaves appartenant au maitre homosexuel du Maroc. Vous infra-humains vous ne pouvez meme pas parler des choses de faits divers entre vous en tant qu’esclaves. Let alone esayer de changer de status d’infra-humains a esclaves!

    Les Ouled el Khab infra-humains, Esclaves consentants appartenant à un maître Homosexuel du Maroc ne trouve rien que des torchon à plaquer!

  7. Tu parles du hirak des zouaves ?
    Parce que pour ta gouverne le reste de l’Algérie se torche du hirak des zouaves… Ne prends plus les algériens pour des grands naïfs.
    Le meurtre ignoble du mar7oum Djamel a changé définitivement la donne sur la tolérance inutile envers les sangliers… Game Over.

    🙂

    Plus personne ne suivra un sanglier et son hirak sauce maroco sioniste…

  8. @u Dey Rey Rey
    Ya l’ancien Tkatki converti en trio combo GCC, agrégé en fourberies du Tariq el moustaqim, ledjouama3 soucialistes couminoutaristes, qui racle le tapis avec le museau puant et relève le luc bien haut dans sa gymnastique tartuffienne, pourquoi tu ne raconterais pas un de tes exploits de dherrab El djelda de bus, circuit rue de Tripoli, secteur Kharrouba – Lafarge ?
    Les gens aimeraient bien découvrir cette facette dissoute, aujourd’hui, dans tes tartufferies du tariq El moustaqim de fourbes, drapé gandoura – chéchia – claquettes. Sans oublier la petite barbichette de qelouache. Olé … Ahouly !
    Combien de djeldates maximum tu as tapées en une journée, intéressant à savoir, tu serais peut-être éligible au Panthéon de la renommée pour tes anciens exploits de pickpocket.
    Tu pourrais aussi faire un chapitre sur tes arnaques de rey rey réalisées à la Sablette, à Léveillé, à la Cité Mahieddine, à Bachdjarah, à PLM, à Djenane Mebrouk etc.
    Range ta derbouka que tu fais entendre à la gloire des mafieux grabataires et mets-toi à l’ouvrage. Alors raconte Tkatki… raconte ! Le sandwich merguez de chez chouwwayate Akak ne sera que meilleur en doux souvenir de tes exploits dans les bus ETUSA.
    Certes, la mémoire a, parfois, cette fâcheuse tendance à oublier, pourtant aujourd’hui tu tapes non pas la djelda mais la derbouka pour le même objectif : la misérable pitance. Réussir le même exploit du gain du bol alimentaire, cependant avec une importante variante aujourd’hui, ce n’est plus pour le savoureux sandwich merguez de chez Akak, mais pour une écuelle de cachir rance.
    Comme quoi, après la gloire des trolleys bus, la décadence du HLM.
    Ainsi va la vie du Tkatki qui rime avec Drabki !

  9. @u L3ar bin
    Non, non, non … encore du haw haw haw haw? C’est assez d déranger les pauvres voisins à toute heure.
    Qu’est ce qu’il y a ? Quoi ? la bouffe ne te suffit pas ? T’en fais pas. On s’en occupe, pas de soucis !
    Couché le tarouss… à la niche ! Vite !
    Dans l’écuelle il reste du Ralston Purina, vas finir la ration et arrête de japper. Ce n’est pas donné à n’importe quel tarouss d’avoir du R Purina!
    Une niche dans un HLM, n’est-ce pas un Palais Royal pour un tarouss inutile, une vraie patate de sofa ?
    Vive Fafa la généreuse pourvoyeuse de bien-être !
    Couché le tarouss ! Couché !