20.9 C
Alger
jeudi, juin 13, 2024

Un rapport du Crisis Group le souligne : « l’Algérie subit des pressions occidentales pour prendre ses distances avec la Russie »

La célèbre ONG International Crisis Group vient de publier un important qui analyse  l’impact de l’invasion russe de l’Ukraine au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Et s’agissant de l’Algérie, les experts du Crisis Group ont reconnu que notre pays subit « des pressions occidentales pour prendre ses distances avec la Russie ». 

« Ces dernières semaines, les États-Unis, l’Italie et l’Espagne ont demandé aux autorités algériennes d’augmenter les exportations de gaz naturel vers l’Europe, qui cherche à réduire sa dépendance au gaz russe », soulignent les auteurs de ce rapport parmi lesquels nous retrouvons Joost Hiltermann, l’actuel directeur de programme, Moyen-Orient et Afrique du Nord au niveau de l’International Crisis Group, ou encore Dina Esfandiary, ancienne chercheur du département d’études sur la guerre du King’s College de Londres et au programme de non-prolifération et de désarmement de l’Institut international d’études stratégiques (IISS) à Londres.

Selon ces les experts de l’International Crisis Group, le régime algérien n’est pas insensible à ces pressions et semble donner des signes qu’il est prêt à revoir sa position à l’égard de la Russie. « Le président Abdelmadjid Tebboune semble enclin à accepter, mais à condition que les États-Unis et l’Europe n’interfèrent pas avec les achats algériens d’armes et d’équipements militaires russes, et que les gouvernements européens s’abstiennent de soutenir la position marocaine sur le conflit du Sahara occidental », décrypte ce rapport lequel les positions abstentionnistes ou hostiles aux récentes résolutions des instances de l’ONU sanctionnant la Russie en raison de son offensive militaire contre l’Ukraine.

Sur le plan économique, le rapport de l’International Crisis Group constate que « l’Algérie est moins exposée que d’autres pays d’Afrique du Nord à l’impact économique de l’invasion russe de l’Ukraine, car ces deux pays ne représentent que 3 % de ses importations de blé ». De ce fait, l’Algérie sera l’un des rares pays les moins gravement touchés par les conséquences économiques de cette guerre en Ukraine.

Rappelons enfin que l’International Crisis Group est l’une des plus influentes et prestigieuses organisations non gouvernementales qui œuvre pour la prévention et la résolution des conflits armés. Basée à Bruxelles, chaque année, l’ONG Crisis Group publie environ 90 rapports et briefings qui contiennent au total quelque 2 500 recommandations et  organise quelque 5 000 réunions avec des dirigeants politiques et autres personnalités importantes dans le cadre de son travail de plaidoyer tout en publiant environ 200 tribunes dans les plus grands titres de la presse internationale, dont la moitié environ dans d’autres langues que l’anglais.

 

 

dernières nouvelles
Actualités