26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Tabagisme, mauvaise hygiène alimentaire : les mauvaises conditions de vie des jeunes algériens provoquent des maladies dangereuses

Les jeunes algériens évoluent dans des conditions de vie de plus en plus précaires, voire déplorables qui provoquent des maladies dangereuses menaçant leur santé. C’est le principal enseignement que l’on peut tirer de l’édition 2021 de l’étude N-MODA Algérie consacrée par l’UNCEF, le Fonds des Nations unies pour l’enfance, à la jeunesse algérienne. Cette étude approfondie  a planché sur la qualité de l’instruction des jeunes algériens, leur participation à la vie économique et les problèmes sanitaires auxquels ils sont confrontés. Cette révèle ainsi des données alarmantes sur les diverses maladies qui mettent en péril la santé des jeunes algériens. 

Ainsi, nous apprenons que pas moins de 8,5 % des jeunes adultes (18-29 ans) en Algérie, souffrent d’hypertension, les hommes étant plus touchés (10,1%) que les femmes (6,9%). Par ailleurs, au moins 4% des jeunes algériens souffrent du diabète ou de l’hyperglycémie alors que 12 % d’entre eux souffrent d’hypercholestérolémie totale, et cette maladie est nettement plus répandue chez les femmes, met en garde ce document stratégique de l’UNICEF dédié à la situation de la jeunesse algérienne notamment lors de la phase du passage de la vie d’enfant à la vie d’adulte.

Mais d’autres données font encore plus froid dans le dos. Les principales maladies menaçant les jeunes algériens sont provoquées par la consommation quotidienne du tabac, un régime alimentaire trop peu diversifié et une activité physique insuffisante.

Ainsi, le taux de tabagisme en Algérie s’élève à 37% pour les hommes de 18 à 29 ans. Les jeunes algériens représentent la catégorie d’âge qui fume le plus dans le pays, soit environ 15 cigarettes par jour et ont en moyenne commencé à 16,4 ans, déplore ainsi l’étude de l’UNICEF. Celle observe également que les jeunes algériens ne font guère attention à leur
hygiène alimentaire qui est, pourtant, centrale pour un bon état de santé.

Les jeunes algériens ne consomment pas suffisamment de fruits et légumes ce qui ne permet pas de garantir un apport quotidien suffisant en fibres alimentaires, tandis que le surpoids est un facteur de risque important. L’OMS recommande une consommation d’au moins 400 g, soit cinq portions, de fruits et légumes par jour. Cependant, 85,3% des jeunes Algériens de 18- 29 ans ont déclaré qu’ils n’ont pas suivi cette recommandation et ne mange donc pas assez de fruits et légumes pour garantir leur équilibre alimentaire.

Les jeunes algériens souffrent aussi d’une inquiétante inactivité physique. Il faut savoir à ce propos que l’OMS recommande à ce propos 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue, et des exercices de renforcement musculaire devraient être pratiquées au moins deux jours par semaine, dans le cadre des activités de loisirs. Toutefois, 67% des jeunes ne font pas d’activité physique. C’est un taux alarmant qui pourrait porter préjudice à la santé de la frange la plus importante de la population algérienne.

Ces données recueillies par l’UNICEF démontrent que les jeunes algériens évoluent dans un environnement social et économique de plus en plus malsain. Ce qui compromet malheureusement leur épanouissement et leur évolution vers horizons socio-économiques prometteurs.

dernières nouvelles
Actualités