26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Pourquoi l’allocation chômage de 13 mille Da promise par Tebboune est inapplicable et irréalisable en Algérie

C’est une annonce féérique, mais qui est pratiquement irréalisable en Algérie en raison des paramètres économiques propres à l’Algérie. Hier mardi 16 février, Abdelmadjid Tebboune avait annoncé qu’une nouvelle allocation chômage de 13 mille Da sera mise en vigueur au profit des chômeurs algériens à partir du mois de mars 2022. Il a évoqué ce sujet  lors d’une rencontre avec des représentants de la presse nationale diffusée ce mardi soir par la Télévision algérienne.  Abdelmadjid Tebboune a même révélé le montant de l’allocation et la date de son entrée en vigueur.

Selon Tebboune, le montant de cette allocation chômage sera 13.000 DA mensuels. « Nous sommes le premier État en dehors de l’Europe à instituer une telle prime. Nous avons décidé qu’elle équivaudra à un présalaire qui sauvegardera la dignité des jeunes chômeurs. Elle est fixée à 13 000 dinars, à partir du mois de mars, en plus d’une couverture sanitaire », a expliqué ainsi le Chef de l’État d’après lequel le coût de cette allocation a été comptabilisé dans le budget de l’année 2022. Soit ! Mais comment elle a été comptabilisée et qui en sera réellement les bénéficiaires ?

Pour l’heure, aucune réponse précise n’a été fournie par l’Etat algérien. Tebboune s’est contenté de promettre aussi de promettre encore et toujours aux chômeurs d’autres avantages comme la carte Chifa pour l’achat des médicaments et des soins gratuits dans les hôpitaux. Abdelmadjid Tebboune a assuré que cette allocation sera versée aux chômeurs jusqu’à ce que ces derniers trouvent un emploi. Il a précisé qu’actuellement, plus de 620.000 chômeurs sont inscrits au niveau de l’Agence nationale de l’emploi (ANEM). « Ce chiffre, on ajoute ceux qui attendent l’intégration qui sont au nombre de 180.000 jeunes », a-t-il ajouté.

Il s’avère que les données d’Abdelmadjid Tebboune sont entièrement fausses. Et c’est ce qui rend le calcul ou l’application de cette allocation chômage particulièrement difficile pour ne pas dire impossible. Explications.

D’abord, il n’y a pas que 620 mille chômeurs recensés en Algérie. Ce chiffre avancé par Tebboune est totalement faux. Selon le dernier bilan de l’ANEM, à la fin du mois de novembre 2021, plus de 2,1 millions de chômeurs algériens se sont enregistrés pour chercher ou demander un emploi. Cela signifie que les chiffres de Tebboune ne correspondent à même pas 50 % de la vérité sociale du chômage en Algérie. Et encore ce chiffre de 2,1 millions de chômeurs ne reflète pas la réalité amère du chômage dans notre pays car de nombreux chômeurs algériens ne se déclarent pas au niveau de l’ANEM et recourent à leurs connaissances personnelles ou bouche-à-oreille pour trouver un emploi.

Avec la mise en place de cette allocation de 13 mille Da, de nombreux chômeurs vont ainsi prendre d’assaut l’ANEM pour espérer bénéficier de cette allocation alors qu’ils boudaient auparavant l’ANEM. Le premier effet de cette allocation sera de porter le nombre des chômeurs à un seuil vertigineuse et historique en Algérie ce qui permettra à l’Etat algérien de prendre connaissance de la véritable réalité sociale de l’emploi dans le pays.

Mais partons du principe que seuls les 2,1 millions de chômeurs recensés par l’ANEM vont pouvoir bénéficier de la nouvelle allocation de 13 mille Da. Cela contraint l’Etat algérien à leur verser chaque mois l’équivalent de plus de 162 millions d’euros. Et par an, l’Etat algérien devra sortir un budget équivalent à plus de 2 milliards d’euros pour financer cette allocation chômage. Or, comment l’Algérie va financer cette nouvelle dépense ? Tebboune ne répond pas à cette question et se contente de rassurer que le  gouvernement a pris ses dispositions.

En vérité, une allocation chômage n’a aucun mécanisme de financement précis. Si l’Etat ne la finance pas en augmentant les impôts ou des prélèvements obligatoires, des taxes sur la consommation, il sera obligé de puiser dans ses propres réserves budgétaires. Dans le cas de l’Algérie, l’Etat devra donc creuser encore davantage le déficit budgétaire record du pays en prélevant du Trésor Public une nouvelle enveloppe en Dinars de l’équivalent de plus de 2 milliards d’euros par an. Ce qui va aggraver les déséquilibres financiers du pays avec des recettes toujours insuffisantes pour couvrir les dépenses toujours élevées de l’Etat et ses administrations. Pour rappel, en 2021, le déficit budgétaire en Algérie, a dépassé les 2.784 milliards de dinars, soit l’équivalent de plus de 22 milliards de dollars USD.

Et en 2022, il est prévu que ce déficit budgétaire peut aller au-delà de 31 milliards de dollars. C’est colossal et dangereux car l’endettement public devient insoutenable en Algérie et le pays n’a pas la croissance économique suffisante pour justifier ces dépenses financées toujours par des planches-à-billets régulières qui provoquent à chaque fois la cherté de la vie (inflation), dévaluation du dinar algérien et affaiblissent les capacités de production en raison de l’augmentation des coûts pour les entreprises productives.

Une allocation chômage est une idée noble et louable. Mais il faut pour cela une économie riche, une puissance économique et des recettes  budgétaires élevées. Ce qui n’est pas le cas de l’Algérie qui va alourdir ses finances publiques déjà problématiques.

Dans les pays développés, il y a un autre système qui est une assurance chômage ou un système de protection contre le chômage qui est financé par des cotisations sociales ou patronales et non pas avec l’argent public provenant des caisses des Etats.

Il faut savoir que l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Islande, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la Suède et la Suisse sont les pays qui accordent les systèmes de protection contre le chômage les plus généreux. Ces pays ont des PIB de plusieurs milliers de milliards de dollars comme la petite Finlande, un pays de moins de 6 millions d’habitants, avec un PIB de plus de 272 milliards de dollars US alors que l’Algérie un pays de 45 millions d’habitants, son PIB est d’à peine 145 milliards de dollars.

En Australie, le Canada, les États-Unis, l’Irlande, le Japon, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni, la proportion de chômeurs qui perçoivent des allocations de chômage est moindre et l’indemnité accordée est plus faible que dans les pays de l’Europe continentale.

Dans ces pays,  les prestations versées vont de 23% des salaires en Nouvelle-Zélande à 58% au Canada et aux États-Unis. Par comparaison, les assurances chômage des pays qui se trouvent en tête de liste, comme la Finlande et l’Espagne, accordent respectivement une indemnisation équivalant à 63% et 77% des salaires nationaux moyens. Aux États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni,  la durée du versement de la prestation d’assurance chômage est courte, les allocations n’étant accordées que pour moins de 12 mois. Pratiquement aucun pays au monde n’offre une allocation chômage financée sans aucune cotisation sociale et pendant une longue durée.

 

dernières nouvelles
Actualités

6 تعليقات

  1. Minable, honteux, traitre
    Que proposes tu à la place ? que les jeunes deals? se prostituent? volent?
    On a bien compris que le royaume du cannabis et de la prostitution est un modèle pour toi
    Désolé mais un algérien ou une algérienne ont leurs dignité
    Aucun algérien , père, frère ou fils n’acceptera que sa fille sa soeur ou sa mère se prostitue pour les faire vivre
    Et devenir un pays exportateur de drogue est non seulement Haram mais illégale
    pour finir, toute aide minime soit-elle en faveur des jeunes est la bienvenue
    Le déficit est un problème économique , la pauvreté , la marginalisation et l’oisiveté un danger pour l’existence même
    nation
    13.000 DA c’est de l’argent de poche mais cela motivera beaucoup de jeunes

  2. Zakakhra agent du DRS est de retour à son poste sur Algérie Part!
    Sinon pour le cas de l’Algérie actuelle, sur une population de 45 millions, le nombre de sans emplois (et non de chômeurs) a l’âge de travailler c’est-à-dire entre 18 et 62 ans il y a au moins 5 millions d’Algeriens (hommes et femmes) qui n’ont pas de travail régulier rémunéré!

  3. Zakaria, Le déficit est un problème économique , la pauvreté , la marginalisation et l’oisiveté un danger pour l’existence même
    nation,depuis 1962 on et vous dites c’est la faute à la conjoncture actuelle arrêtez de défendre le mensonge que faire en 2022 avec 13000da puisque une boîte d’efferalgant en Algérie coûte 3000 à 3500da .sans parler des prix de l’huile, pomme de terre et autres.soit tu es égoïste ou tu fais partie de la issaba sois franc .

  4. Bien sur, c’est un problème uniquement algérien….les peuples du reste de la planète vivent dans l’opulence
    La pauvreté je l’ai vu aux USA, comme en Amérique latine ou en Asie
    Une minorité de riches, une classe moyenne et la moitié ( parfois plus) de pauvres qui survivent
    Les USA dépensent 800 milliards de $ en budget militaire et ils ont 35 millions de pauvres qui ne survivent que grace aux aides…des homeless par centaines de milliers et des dizaines de millions d’ exclus du systeme de santé
    C’est aux algériens eux même de changer leurs paradigmes
    L’Algérien veut sa part de pétrole , des prix subventionnés ( 17 milliards de $ par an) et son logement sociale
    Faut arrêtez de vivre au dessus de ses moyens pour commencer, on dépense uniquement ce que l’on gagne, mais le
    résultat est connu d’avance , une explosion sociale
    L’algérien refuse le vaccin car le Covid est une invention du pouvoir alors qu’il ya quelques mois l’algérien critiquait ses dirigeants pour le manque de vaccins
    Les autres pays et peuples subissent les augmentations des prix de l’énergie , des denrées alimentaires, des transports, des logements, du nombre de chômeurs et de la précarité…
    En Algérie les prix de l’énergie sont les plus bas au monde, et le prix n’ont pas bougé d’un centime Alors qu’en Espagne les prix ont explosé….
    On est plus riche que les espagnoles? pourquoi l’état maintien des prix aussi bas engendrant des pertes pour Sonatrach, sonelgaz, la compagnie des eaux, Naftal etc…cela dure depuis des décennies
    On est plus riche que les américains ? la bas aussi le prix du gallon a explosé, les prix des denrées alimentaires , de l’énergie …et l’inflation a dépassé les 7%….jamais il n’ya une telle inflation depuis 45 ans
    on dit El hamdoullah