26.9 C
Alger
dimanche, juin 23, 2024

Plusieurs brûlés des feux de forêt de Kabylie décédés dans l’indifférence générale

Le bilan des victimes des feux de forêt de Kabylie continue jusqu’à aujourd’hui encore de s’alourdir. Et pour cause, plusieurs blessés souffrant de graves brûlures sont décédés récemment dans les hôpitaux de Douéra à Alger ou le CHU Nadir Mohamed de Tizi-Ouzou, a pu confirmer Algérie Part auprès plusieurs sources concordantes. 

Un homme âgé de 53 ans, une dame âgée de 48 ans et une autre jeune femme âgé d’à peine 27 ans ont succombé récemment à leurs graves blessures. Il s’agit selon plusieurs sources  concordantes de Rachid Dahoun du village Ikhlidjen, Radia Mammeri épouse Mourad Imerzoukene du village Taourirt Mokrane, et Ighmouracene née Henia Mesbah du village ikhlidjen, tous de la commune de Larbaa Nath Irathen dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Depuis le début de cette semaine, au moins 4 autres brûlés sont décédés à l’hôpital de Douéra où sont hospitalisées au moins 22 victimes, dont 18 patients originaires de Larbaâ Nath Irathen.

Plusieurs dizaines autres blessés et brûlés à des degrés divers sont encore hospitalisés au sein du CHU Nadir Mohamed de Tizi-Ouzou, l’hôpital d’Azazga ainsi que la clinique privée Slimana située à Tizi-Ouzou. Selon des sources locales, au moins 12 jeunes filles grièvement brûlées se trouvent au sein de ces trois centres hospitaliers de la wilaya de Tizi-Ouzou. Les familles de ces victimes des incendies du mois d’août dernier crient leur détresse et supplient les autorités locales d’offrir à leurs proches de meilleures prises en charge médicales pour sauver leurs vies grandement exposées à la mort.

Mais c’est la situation des brûlés de l’hôpital de Douéra qui suscite davantage d’inquiétude car leur état de santé est jugé très préoccupant par les médecins et leurs graves brûlures ne peuvent pas être traitées par le très défaillant système de santé algérien. Leur évacuation à l’étranger vers des hôpitaux beaucoup mieux équipés et plus sophistiqués est jugée plus que jamais nécessaire.

Lors de la visite du Président Abdelmadjid Tebboune aux premiers brûlés hospitalisés à l’hôpital des grands brûlés à Douera, le 14 août 2021, des promesses aux familles des victimes des incendies ont été annoncées sur place et devant la presse, pour le transfert prochainement des brûlés les plus touchés vers des hôpitaux étrangers afin de suivre les soins nécessaires avec prise en charge de l’État. Malheureusement, plus d’un mois s’est écoulé depuis ces promesses et rien n’a été encore concrétisé. Selon diverses sources proches de l’entourage de ces victimes infortunées, les procédures sont bloquées au niveau de la Direction Générale de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS). Les familles de certaines victimes gravement brûlées ne cessent d’interpeller le Wali de Tizi-Ouzou pour le prier d’intervenir auprès du gouvernement afin de demander la levée de ces blocages. Pour l’heure, aucune réponse n’a été fournie à ces appels incessants. Ce qui aggrave terriblement le désespoir des brûlés des incendies de forêt en Kabylie.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Les pauvres.. ils font de la peine… en Occident mêmes les animaux sont mieux traités .
    Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne
    certains ont le droit aux meilleurs hôpitaux
    Européens comme le président de la république démocratique et populaire sahraoui…alors que les algériens crèvent en silence dans des troues à rats
    Insalubre qui leurs sert d’hôpitaux.
    C’est le monde a l’envers.