15.9 C
Alger
lundi, mars 4, 2024

Plus de 3 milliards de dollars pour les entreprises turques dans le BTPH : la colère des entrepreneurs algériens

L’Etat algérien algérien vient de concéder plus de 3 milliards de dollars projets dans le secteur des travaux publics, bâtiment et hydraulique à plusieurs entreprises turques, a appris Algérie Part. Les autorités algériennes ont accordé ces marchés publics pour terminer des chantiers de l’AADL ou pour construire de nouveaux ouvrages d’art ainsi que des infrastructures publiques dédiées à l’hydraulique. 

Selon nos sources, les sociétés turques ont négocié ces marchés publics avec les autorités algériennes à la fin du mois de janvier passé à la suite de la visite officielle du Président truc Recep Tayyip Erdoğan à Alger. Les entreprises turques ont candidaté à plusieurs marchés dans le BTPH et le gouvernement algérien a commencé d’ores et déjà de rendre public les avis d’attributions.

Preuve en est, les groupes de BTP turcs ont signé 3 contrats de logements sociaux avec l’AADL pour un montant de 171 Millions de Dollars. Il s’agit des sociétés Atlas Génie Civil et Dekinsan, qui connaissent bien l’Algérie pour avoir raflé des contrats en gré à gré avec le Ministère de l’Habitat entre 2012 et 2017.  Filiale algérienne du groupe turc Atlas Grup et fruit d’un partenariat Algéro-turc, Atlas Génie Civil est une Spa dotée d’un capital social de 4 milliards de dinars, fondée au mois de mai 2003 à Bir Mourad Rais et dont le Directeur Général est Yilmaz Barin.

La société, spécialisée dans l’activité du Bâtiment, réalisait en Algérie un chiffre d’affaires de 30 Millions de Dollars, avant de voir booster son carnet de commande à un montant dépassant les 350 Millions de dollars ! Le 14 Juillet 2020, elle a ainsi signé 2 contrats de 52 et 57 Millions de dollars, pour la construction de 1800 et 2000 logements au profit de l’OPGI, organisme sous la tutelle du Ministère de l’Habitat. De son côté, Dekinsan a été titulaire d’un contrat, pour la réalisation de 1800 Logements à Ouled Fayet, signé le 13 Juillet 2020 pour la somme de 60 Millions de Dollars. Installée en Algérie depuis 2007, la société Dekinsan, très présente à l’ouest du pays, avait déjà réalisé 15000 logements sociaux à Oran pour l’AADL.

Ces attributions de marchés ont été validées le 13 et le 14 juillet. Elles n’ont pas manqué de susciter une vive émotion au sein des entrepreneurs algériens. Plusieurs professionnels du secteur du BTPH ont contacté Algérie Part pour leur faire de leur intense colère.

Et pour cause, des entreprises turques qui raflent des marchés publics au moment où des entreprises algériennes sont en faillite et cherchent désespérément de quoi payer leurs salariés ! Il faut savoir qu’au début du mois de mars dernier, près de 20.000 à 25.000 entreprises activant dans le secteur du BTP sont paralysés par la crise économique et financière survenu en Algérie depuis le début du Hirak en février 2019. Une crise qui s’est beaucoup aggravée avec le début de la pandémie du COVID-19 à partir du mois de mars dernier.

Le président de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA), Mouloud Kheloufi, avait tiré la sonnette d’alarme en faisant savoir que plus de 200 mille salariés sont au chômage et privés de leurs salaires. Un nombre qui a beaucoup augmenté durant ces derniers mois en raison des impacts négatifs de la crise financière. Aujourd’hui, selon plusieurs professionnels du BTPH, depuis le mois de juin dernier, plus de 4000 entreprises sont, désormais, à l’arrêt et plus de 300 000 travailleurs au chômage technique, a confié à ce sujet Abdelhamid Boudaoud, président du Collège national des experts architectes (CNEA).  

Face aux effets catastrophiques de la crise sanitaire, les professionnels du BTPH ont réclamé une amnistie générale fiscale et parafiscale pour l’année 2020 dans leur secteur. Mais certains réclament haut et fort l’application de la préférence nationale dans l’attribution des marchés publics. Pourquoi accorder des projets dans le secteur du BTPH à des sociétés étrangères lorsqu’il s’agit de chantiers qui peuvent être dirigés facilement par des entreprises locales et nationales ?

Aujourd’hui, avec les nouveaux privilèges accordés aux entreprises turques, les entrepreneurs algériens envisagent, ont-ils affirmé amèrement à Algérie Part, de faire entendre leur colère. Dés la semaine prochaine, des pétitions seront adressées aux autorités algériennes et d’autres entrepreneurs envisagent de se rassembler pacifiquement avec leurs ouvriers pour réclamer des marchés publics afin de pouvoir faire vivre leurs familles et empêcher la disparition de leurs entreprises.

 

 

 

dernières nouvelles
Actualités