23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Plus de 11 mille Harragas algériens accueillis et interceptés par les autorités espagnoles depuis le début de l’année 2022

En Algérie comme en Espagne, cette année 2022 est une année qui portera le sceau de la tragédie des Harragas. C’est du moins ce que dévoilent les chiffres officiels recueillis par le ministère espagnol de l’Intérieur d’après lesquels plus de 11 mille Harragas algériens ont été interceptés et accueillis par l’Espagne depuis le début de l’année 2022. Un chiffre effrayant et inédit qui vient d’être révélé par le quotidien espagnol El Mundo, l’un des médias espagnols les plus influents et prestigieux qui a été fondé en 1989 et qui se revendique du modèle du journalisme d’investigation à l’américaine avec une ligne éditoriale penchant du côté conservateur. 

D’après cette source, au moins 11048 harragas algériens ont été effectivement interceptés par les garde-côtes espagnols au niveau de trois zones côtières qui sont devenues depuis 2021 les repères stratégiques pour les arrivées des embarcations en provenance des côtes algériennes. Il s’agit des îles Baléares qui ont accueilli depuis le début de l’année 2022 pas moins de  8 702 personnes dans 192 bateaux. Almería est l’autre province espagnole qui est ciblée particulièrement par les réseaux des passeurs algériens ou les groupes de harragas autonomes qui rallient le littoral espagnol sans recourir aux réseaux mafieux structurés équipés de bateaux pneumatiques et semi-rigides très rapides et sophistiqués. Depuis le début de 2022, 1 649 Harragas algériens ont été interceptés au niveau de la province d’Almeria et 170 bateaux ont été saisis ainsi que de « nombreux jet skis » dont le chiffre précis n’a pas été précisé par la source espagnole citée par El Mundo.

La province de Murcie a enregistré de son côté l’arrivée de 697 migrants clandestins à bord de 64 petites embarcations repérées et saisies par les garde-côtes espagnols. Ces données démontrent que l’année 2022 est en train de connaître une expansion dramatique du fléau de la harga. Un fléau qui est essentiellement porté en Espagne par les harragas algériens dont le nombre ne cesse d’augmenter d’un mois à l’autre. D’après El Mundo, les autorités espagnoles sont débordées face à la forte affluence des migrants algériens qui arrivent à atteindre les eaux territoriales espagnoles en dépit des dispositifs de surveillance accrue mis en place par les forces navales.

A ce propos, El Mundo a cité des sources sécuritaires espagnoles lesquelles affirment enfin que les autorités algériennes ont « assoupli » nettement la surveillance des côtes des wilayas les plus proches du littoral espagnol offrant ainsi des brèches aux centaines de Harragas tentés par l’émigration clandestine et un aller sans retour vers l’Europe. Les sources citées par El Mundo indiquent que ce « relâchement » des autorités algériennes intervient dans le cadre du conflit politique opposant Alger à Madrid depuis la mi-mars 2022 à propos de l’alignement officiel de l’actuel gouvernement espagnol sur les positions marocaines dans le délicat dossier du Sahara Occidental.

 

 

dernières nouvelles
Actualités