24.9 C
Alger
jeudi, juillet 18, 2024

Pétrole et Gaz : les véritables chiffres et données sur l’explosion incroyable de la consommation interne qui a totalement bouleversé les exportations de l’Algérie

L’Algérie est un pays pétrolier et gazier qui va bientôt perdre son statut de pays exportateur des hydrocarbures en raison de l’explosion incroyable de la consommation interne du gaz et du pétrole. Une consommation interne qui a bouleversé définitivement les capacités d’exportation de Sonatrach provoquant ainsi un amenuisement des recettes en devises de notre pays. Et ce constat amer remonte à 2019, à savoir bien avant la pandémie de la COVID-19. Explications. 

Algérie Part a pu confirmer au cours de ses investigations que la production commercialisée des hydrocarbures de l’Algérie était en 2020 de l’ordre DE 140 Millions de tonnes d’équivalent pétrole (TEP).  Les exportations du pays ont atteint en 2020 81 Millions TEP alors que le marché national a consommé pas moins de 59 Millions TEP. Cela signifie que les volumes de la consommation nationale de tous les hydrocarbures et leurs dérivés sont en train d’égaler petit à petit les volumes des exportations du pays.

Mais si on approfondit encore davantage nos recherches, nous constater que sur certains segments, la consommation nationale en Algérie a d’ores et déjà doublé les exportations du pays.

Prenons l’exemple du pétrole brut. 24 Millions tonnes ont été livrés en 2020 aux raffineries
du Nord du pays pour les besoins de la consommation nationale alors que seulement 17 Millions tonnes ont été livrés au ports pétroliers pour exportation directe. La consommation nationale du pétrole brut est, en réalité, deux fois plus élevée que les exportations vers l’étranger. C’est une situation inédite dans l’histoire de notre pays qui démontre clairement que bientôt le pétrole algérien suffira à peine pour satisfaire la demande nationale en produits pétroliers comme les produits raffinés à l’instar des carburants.

Prenons maintenant le cas du gaz naturel. En 2020, l’Algérie a exporté vers l’étranger l’équivalent de 25,6 millions de TEP de gaz naturel  alors que ces exportations avaient atteint les 26,7 millions de TEP en 2019. Cela signifie clairement que l’impact de la pandémie de la COVID-19 a marqué légèrement les exportations gazières du pays qui étaient d’ores et déjà en recul depuis 2019.

Il est à signaler en outre que la demande mondiale en gaz naturel s’est redressée au cours du second semestre 2020, bénéficiant de la reprise économique graduelle et la baisse record de la production du charbon, ce qui a favorisé l’utilisation du gaz dans le secteur
de l’électricité. C’est dire qu’en dépit de cette relance, l’Algérie n’a pas pu exporter davantage de gaz naturel vers l’étranger. Pourquoi ? Parce que la consommation intérieure est en train d’engloutir l’essentiel du gaz nature qui est produit par notre pays.

En 2020, le marché national et interne a consommé pas moins de 44,8 millions de TEP de gaz naturel alors qu’en 2019, cette consommation était de l’ordre de 46,1 millions de TEP, une légère baisse expliquée par les dirigeants de Sonatrach par la diminution de la consommation du gaz naturel due à la douceur du climat et aussi à la récession de l’activité
économique nationale engendrée par les mesures de confinement prises pour la lutte contre la pandémie de la Covid-19.

Cependant, un constat s’impose : les volumes du gaz naturel consommés par les Algériens sont de plus en plus élevés au détriment des volumes exportés vers l’étranger. Bientôt, la quantité du gaz naturel consommé par le marché national représentera le double des quantités du gaz naturel dédiées aux exportations pour engranger des recettes en devises.  A ce rythme, d’ici 2030, l’Algérie aura à peine suffisamment de gaz naturel pour satisfaire son marché national. Les exportations deviendront un souvenir lointain !

En 2020, la valeur des exportations de Sonatrach était de 20 Milliards US. Une baisse de plus de 13 milliards de dollars par rapport à 2019 où l’Algérie avait exporté plus de 33 milliards de dollars d’hydrocarbures. Cette baisse ne s’explique pas uniquement par la pandémie de la COVID-19 et ses conséquences sur l’économie mondiale. Cette baisse est en partie provoquée par l’incroyable explosion de la consommation interne et nationale du pétrole et du gaz. Et cette frénésie nationale pour les hydrocarbures a commencé depuis 2019… bien avant l’avènement de la pandémie de la COVID-19.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

25 تعليقات

  1. @mouloud
    Tu nous fais rire avec ton commentaire a 2 balles… le talent d’Achille du régime est qu’il s’est entouré d’incultes comme ce mouloud, kelboune, ouyahia, sellal,…
    Merci Algérie Part pour ces informations qui montrent clairement que les jours de la junte sont comptés car elle n’a plus de compétences autour d’elle, plus d’argent, et elle a perdu le soutien de l’international car elle n’a plus rien a donner a FAFA a part de l’immigration clandestine qui fuit la dictature d’Alger !
    Bravo le Hirak qui est en train de réussir quelque chose d’extraordinaire : mettre fin au régime politique militaire installé par de gaulle en 1962

  2. @karim70
    Tout le monde sur ce site sait que tu es un troll marocain, médiocre et méprisable. Retourne dans ton trou et vas lécher le cul de ton maître homo6.
    Tes maîtres t’ont ordonné de lâcher tes vomissements sur moi? Vous êtes si faciles à débusquer, vous utilisez tous les mêmes éléments de langage, c’est grossier. Cela prouve la nullité de vos ordonnateurs.

  3. Malheureusement même chez nous l’esprit « harki » persiste. Malgré toutes les souffrances subies, beaucoup de  » nos frères et soeurs » sont en admiration béate devant la France. Quand tu vois des algériens et algériennes supplier les ONG étrangères d’intervenir dans leur pays. Irresponsabilité , aveuglement et lâcheté, pas autre chose.

  4. Lo-ji si tu avais réalisé le 1/10 ème de ce que j’ai fait
    tu te prendrais pour le plus patriote des patriotes. J’ai foutu le camp parce que j’étais fatigué et je ne voulais pas que mes enfants, des filles, prennent le botti. Je n’avais pas le droit de les sacrifier, il y a des milliers d’algériens dans mon cas.

  5. Ils se trouvent de pseudos algériens, grands donneurs de leçons, que même la pluie, ne parvient jamais à mouiller.
    Ils s’arrangent toujours à passer aux travers des gouttes. Pour eux, tout est permis. Ils te diront toujours avec aplomb, « faites ce que je vous demande mais ne faites pas ce que je fais » !
    Durant l’occupation, les supplétifs, facilitateurs de colonisation, ont lapé la gamelle avec la France avant de faciliter à nouveau le passage de relais à leur progéniture qui nous étouffe encore. Les coutumiers du fait ont pris l’habitude de manger à tous les râteliers, avec un art consommé de la dissimulation. Pour ces gens là, rôdés qu’ils sont, en matière de manipulation, ils t’insultent la France le jour, et ils la retrouvent la nuit, avec gourmandise, à l’abri des regards !
    Mais, à présent, le peuple a compris. Fakkôô bikoum !!!
    Et la violence, toutes les violences ne résoudront rien !!!

  6. Vas te coucher @boussad, c’est bien toi qui a affirmé, haut et fort, que l’avenir de l’Algérie se conjuguait avec la France. Sois conséquent avec toi-même, assume (revois tes posts récents).
    Je ne vis pas en France, j’aurais pu y aller avant que tu naisses peut-être sans AUCUNE FORMALITÉ, Après mon bac, j’aurais pu partir avec une simple carte d’identité.
    Des types comme toi, pédant , arrogant et vide de consistance sont le principal obstacle à une culture démocratique chez le peuple algérien

  7. Moi, je sais ce que je veux. La France, il fallait que vos supplétifs de parents la rejettent au moment où elle leurs accrochait les médailles du mérite sur la poitrine. Aujourd’hui, après 60 ans de compromission, vous découvrez, comme par enchantement, qu’il faille jeter le bébé avec l’eau du bain ! Quelles conneries d’immatures ! Moi, pour ta gouverne, à l’instar des enfants de paysans et d’ouvriers, tels les Abane Ramdane ou les Larbi ben M’hidi qui suppliaient les pseudos oulamas et les badissistes de les rejoindre au maquis, allant parfois jusqu’à la menace pour les faire bouger, en vain… ; je m’inspire de leur pragmatisme. Je me sens francophone et pourquoi pas francophile puisque ce n’est pas incompatible, mais en aucun cas, francophobe ; car, je n’aimerais pas aussi être victime d’algérophobie !
    Moi, je suis du genre à travailler d’égal à égal avec la France, sans complexes, ou avec d’autres, sans avoir à me défausser tout le temps sur les autres de mes problèmes. Le trait de caractère défaitiste de gens qui n’assument pas, ne se guérit pas en changeant de pays ou en changeant de langue. Il est ancré en vous à jamais. Tu as sûrement entendu parler (même en étant athée) de ce hadith du Prophète Mohamed (SAAWS) :
    « Si tu entends un jour qu’une montagne à changé de place, crois-le ; mais en aucun cas, s’agissant du caractère d’un individu ou d’un groupe d’individus » !
    Il est grand temps pour ceux qui ont mené l’Algérie vers le précipice de passer la main pour sauver ce qui peut l’être encore au lieu de tout le temps prétexter la rage aux autres … !

  8. Tu devrais consulter, il y a une terrible confusion dans ton crâne. Nos parents supplétifs? Des dizaines sont tombés au champ d’honneur, d’autres écoeurés (membres de la willaya iv), dont mon frère aîné, ont abandonné armes et bagages durant « la guerre des willayas » quand tes parents de l’armée des frontières, des vautours, sont venus récupérer le butin des colons.
    Harkis vous êtes, harkis vous resterez. Je souhaiterais que toi et moi, nous puissions nous adresser aux jeunes du quartier des « trois horloges », bab el oued ou bachdjarah, le vrai quartier populaire d’Alger,, je suis né et ai grandi à La Glacière, fief de toutes les résistances contre la France, la SM de boumedienne ou Chadli. Nous verrons la réaction de ces jeunes, tu seras traîné dans la boue en tant que traître. Les Algériens haïssent le régime en place mais ils haïssent plus les ennemis de l’Algérie qui se cachent derrière la demande d’un « régime civil et non militaire ».
    Tu as dit « fakou » exact FAKOU!

  9. L’année dernière la demande et les prix mondiaux se sont effondrés
    Rien ne servait de produire plus pour le vendre à perte
    L’Espagne a préféré le gaz de schiste américain bradé au Gaz Algérien, pire elle a demandé à revoir les prix à la baisse
    Le 1er Janvier Sonatrach va demandé que les prix du contrat soient revus à la hausse mais en position de force
    J’ai déjà donné les classements des pays exportateurs de pétrole et Gaz dans le monde et on est loin, même très loin d’être un pays riche en pétrole
    Pour le Gaz :
    1- Russie 20 % des exportations mondiales
    2-USA un peu moins que 20 %
    3- Canda
    4- Qatar
    5- Iran
    6- Norvege
    7- Chine
    8- Arabie
    9-Algérie
    10- Indonésie
    Pour le Pétrole l’Algérie est classé 16eme exportateur
    En Afrique c’est le Nigéria qui est classé premier, devant l’Angola et la Libye
    Dire que l’Algérie est un pays pétrolier est une blague…le principale Gisement de pétrole est le même depuis les années 50, celui de Hassi Messaoud
    La donne pourra changer quand l’Algérie rejoindra des pays comme l’Australie, les Usa, Le Canada ou le Vénézuela et d’autres pays pétroliers et gaziers , et exploitera ses propres gisements de Gaz et de pétrole de schistes
    Selon le département américain de l’énergie , l’Algérie a la 3eme réserve mondiale de Gaz de schiste ( de quoi produire la quantité actuelle pendant 150 ans) et la 7eme de pétrole de schistes soit triplé les exportations actuelles ( 960.000 barils jours)
    La demande intérieur croit rapidement car les besoins intérieurs sont importants ; 90 % de la production électrique avec une croissance de 5% l’an, le gaz de ville dans les foyers (pour le chauffage notamment) et le gaz butane
    Pour l’essence, c’est pareil, le parc augmente , la demande aussi
    Ce qui handicape le plus ce pays, c’est les prix subventionnés
    A parti de 2030 , si de nouveaux gisements ne sont pas découvert et exploités , le pays aura l’obligation d’exploiter ses gisements de pétrole et de gaz de schistes, pas pour subventionnés les importations cette fois enfin on l’espère mais pur financer sa Diversification économique

  10. Je crois que tu perds le fil, l’armée des frontières, c’est celle que tu défends bec et ongles et qui squatte toujours le pouvoir. Moi, mes parents n’ont jamais quitté le pays pendant la guerre. Ils ont combattu dos au mur contre l’ennemi français jusqu’à l’extrême limite avant que tes usurpateurs de l’armée des frontières viennent leur porter le coup de grâce pour les effacer ainsi que leurs noms qui les dérangeaient tant, pour occuper leurs places.
    Le mensonge, ce n’est pas bien, ta langue témoignera contre toi !
    En fait de confusion, c’est apparemment bien chez toi qu’il faut s’en préoccuper le plus !

  11. Avant de se quitter, une petite dernière pour le voyage :
    Comment peux-tu concilier une chose et son contraire à deux posts d’intervalle ?
    Juges-en toi même :

    1) à 18h57 « Des types comme toi, pédant , arrogant et vide de consistance sont le principal obstacle à une culture
    démocratique chez le peuple algérien »

    et le deuxième,

    2) à 20h36 « Les Algériens haïssent le régime en place mais ils haïssent plus les ennemis de l’Algérie qui se cachent
    derrière la demande d’un « régime civil et non militaire ».

    Tu interprètes depuis ton antre du Canada la pensée de jeunes à mille lieues de tes préoccupations de nanti.
    arrêtes de délirer sur des jeunes qui ne penses qu’à fuir mais dont tu as toujours refusé de regarder la réalité en face.

  12. ???depuis combien de temps n’as-tu pas visité le pays?
    J’y vais tous les deux ans et je me replonge dans mes origines avec humilité , loin de tout délire. Délire qui colle plus à ta pensée de frustré, enfermé dans ta bulle de monsieur « je sais tout ».. Soigne-toi! Avant que ce ne soit trop tard.
    Si tu mets mes deux posts cités en opposition, c’est que tu es un idiot fini, aveuglé par la suffisance et plus grave l’inculture caractéristique d’une partie des « algériens »

  13. Et toi, grand manipulateur au service de la junte de grabataires-dictateurs à vie se disant indispensables. Même l’herbe ne repoussera plus après votre passage. Si tu trouves ton compte avec les prédateurs, évites au moins par décence de parler au nom des jeunes que vous avez sacrifiés par couche successives depuis 1962 !

  14. @lo ji@ Moi je dis à ce mec…casses toi pauvre con…la situation qu’on vit actuellement est du au management de Sonatrach ses 10 dernières années…baisses des investissements, baisses de la production et importation d’essence et de diesel…un pays pétrolier, le comble …
    `tout dépend du prix du gaz sur le marché…en peut parier que son prix va se maintenir haut ses prochaines années grace à une demande mondiale forte ( transition énergétique en Europe et marché asiatique )
    Sonatrach n’ira pas seul, elle n’a ni l’expertise, ni les Moyens …elle est de s’associer avec des majors comme Total , ENI EXXON CHEVRON ou d’autres…
    Ce qui est vrai c’est que les petits gisements ne seront pas rentable…sauf que Total et Sonatrach ont trouvé un gisement important
    « Le 27 décembre dernier, la Sonatrach a mis en service le premier puits-pilote algérien d’exploration de gaz de schiste dans le bassin d’Ahnet, dans la région d’In Salah (Sud de l’Algérie). Le ministre de l’Energie Youcef Yousfi a salué « le succès » du premier forage pilote qui « confirme l’existence de réserves importantes de gaz de schiste dans le bassin de l’Ahnet » et marquerait l’entrée du pays dans l’ère de l’exploitation de ces ressources gazières non conventionnelles. Selon une enquête du Monde, les travaux d’exploration du site avaient été lancés il y a quatre mois par Sonatrach en association avec le pétrolier français Total. Les estimations réalisées par les ingénieurs annoncent 200.000 milliards de m³ de réserves de gaz dont 10% seraient récupérables, soit 20.000 milliards de m3. Une phase de développement de trois ans est prévue avant l’entrée en production du site d’In Salah, précise le quotidien. La commercialisation ne sera décidée que si « la rentabilité du gaz de l’Ahnet est prouvée », a néanmoins averti M. Yousfi. »

    L’Algérie explore « avec succès » son gaz de schiste – Actu …https://www.actu-environnement.com › news › algerie-…
    12 janv. 2015 — Saïd Sahnoun, PDG du groupe pétrolier public algérien Sonatrach, a confirmé dimanche 11 janvier vouloir investir « 70 milliards de dollars sur 20 …