23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Paiement en ligne en Algérie : Benabderrahmane prend des chiffres ridicules pour les présenter comme une énorme performance

C’est sidérant. Tout est bon pour servir la propagande officielle du régime algérien. Même les chiffres les plus insignifiants sont faussement interprétés et détournés de leur véritable sens pour servir les intérêts des autorités actuelles aux commandes du pays. Le paiement en ligne illustre parfaitement cette alarmante et immorale posture du régime algérien. Explications. 

Le Premier ministre et ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane a dévoilé, dimanche dernier à Alger, que durant l’année 2021, plus de deux (2) millions d’opérations commerciales via les TPE (Terminaux de paiement électronique) ont été enregistrées, avec un montant global de près de 15 milliards de DA, soit une hausse estimée à 220 %, par rapport à 2020 où le montant global a atteint 4,7 Mds de DA, résultat de 711.000 opérations.

Dans son allocution d’ouverture de la cérémonie de signature de la convention relative au lancement officiel de l’interopérabilité entre les plateformes d’Algérie Poste et des banques, dédiées au paiement par internet, organisée au Centre international des conférences (CIC), le Premier-ministre algérien a voulu se targuer d’un bilan très encourageant concernant les évolutions du paiement en ligne en Algérie. Pour impressionner l’assistance, Aïmene Benabderrahmane a indiqué que le paiement par internet a connu une évolution encourageante, sachant qu’il est passé de 3,3 millions d’opérations en 2020, à plus de 6,3 millions d’opérations en 2021 où les montants en circulation ont dépassé 8 Mds de DA alors qu’ils étaient à 4 Mds de DA en 2020.

Or, en vérité, ces chiffres n’illustrent aucune avancée majeure. Pis encore, ils illustrent que l’Algérie est très en retard dans le développement du paiement en ligne. 15 milliards de Da de paiements par les TPE, c’est à peine 96 millions d’euros. Un chiffre totalement ridicule pour un pays comme l’Algérie qui compte… 45 millions habitants. Un chiffre encore plus ridicule lorsqu’on le compare  à l’utilisation massive du cash par les consommateurs algériens pour s’acquitter de leurs dépenses quotidiennes. Ainsi, rien que durant le premier trimestre de 2021, plus de 349 milliards de Da ont été retirés par les algériennes et algériens auprès des distributeurs automatiques de billets dont le nombre ne dépasse pas, pourtant, les 3.030 à l’échelle nationale. Ce qui est un autre chiffre scandaleusement ridicule pour un pays de la taille de l’Algérie.

En résumé : les Algériens dépensent durant toute l’année 2021 15 milliards de Da pour des transactions commerciales via des TPE, et 8 milliards de Da via directement le paiement en ligne sur des sites marchands, mais retirent en cash en seulement 3 mois plus de 349 milliards de Da pour faire des achats et couvrir des dépenses classiques. Cela signifie clairement que le paiement en ligne comme l’usage des TPE ne représentent même pas 1 % de l’usage global de l’argent en Algérie.

En plus, le nombre de terminaux de paiement électronique (TPE) demeure très faible en Algérie. Jusqu’à fin mars 2021, 38.144 TPE ont été recensés en Algérie. Entre mars 2020 et mars 2021, le parc des TPE a été renforcé par 8.675 nouveaux équipements mis en exploitation. Un autre chiffre ridicule au regard  du nombre global des commerçants enregistré au niveau du Centre national du registre de commerce (CNRC) qui a atteint fin février 2021 2.145.067 commerçants.

Et même s’il y a officiellement en Algérie pas moins de 1.681.995 cartes.bancaires CIB, leur utilisation est très illimitée en raison du nombre très dérisoire des TPE dans le secteur du commerce sur l’ensemble du territoire national. La voici la vérité amère que tente d’étouffer scandaleusement le Premier-ministre algérien pour maquiller le sous-développement numérique dont souffre cruellement l’Algérie.

Une petite comparaison avec les pays voisins va encore renforcer ce constat amer. En Tunisie, sur les dix premiers mois de 2020,  le recours aux paiements électroniques a explosé : +43,8% en nombre d’opérations à 3 353 800 et le volume de ces transactions s’est élevé à 195,5 millions de dinars tunisiens, soit l’équivalent de plus de 60 millions d’euros. L’Algérie ne fait donc pas mieux que la Tunisie voisine, un pays de petite taille et frappé de plein fouet par une quasi-faillite de son système économique et financier.

En revanche, le Maroc a enregistré pas moins de 14,9 millions d’opérations de paiement en ligne via cartes bancaires, marocaines et étrangères atteignant un montant global de 5,7 milliards de DH, soit l’équivalent de 540 millions d’euros, durant les neufs premiers mois de l’année 2021, en croissance de 48,4% en nombre et 30,5% en montant par rapport à la même période de l’année 2020, selon les dernières statistiques du centre monétique interbancaire (CMI).  C’est dire enfin que l’Algérie a énormément de retard à rattraper en matière de paiement en ligne et électronique. Et ce n’est pas avec de gros mensonges médiatiques que ce retard sera remédié.

dernières nouvelles
Actualités

3 تعليقات

  1. Merci Algerie Part pour ces informations mais vous perdez un peu votre temps avec ces incultes de ministres incapables de distinguer entre une variation absolue et une variation relative. Ce 1er ministre a été recruté par la junte car c’est un inculte comme l’est kelboune…

    Madania machi askaria
    Généraux criminels
    DRS terroristes

  2. Pour relativiser ce chiffre, ça fait 200 DA/an/habitant, soit moins d’un €uro/an/habitant !
    En regard du système « Chkarra » qui ne se laissera pas détrousser par le FMI !
    C’est juste un peu de poudre aux yeux pour éloigner les envieux !
    L’avenir est à nous, rien qu’à nous !
    Inal Li Ma Ihabnach !