27.9 C
Alger
samedi, juin 15, 2024

Mohammed VI et son fils le prince héritier Moulay Hassan attendus à Alger : la symbolique qui va attirer tous les projecteurs

C’est « officieusement » confirmé. Le Roi du Maroc, Mohammed VI, fera le déplacement à Alger le 1er et 2 novembre prochain à Alger pour participer officiellement aux travaux du 31e sommet des Chefs d’Etat de la Ligue Arabe. Le monarque marocain devra être accompagné par son fils le prince héritier Moulay Hassan. Cette information a été, pour le moment, confirmée par plusieurs sources médiatiques et diplomatiques à la fois marocaines et aussi algériennes. 

Mais, pour l’heure, aucune annonce officielle n’a été faite par les autorités marocaines ou algériennes. A Alger, ce sujet suscite une gêne sans précédent et peu de sources officielles veulent commenter la venue du Roi marocain qui marquera un tournant majeur dans les relations algéro-marocaines. Et pour cause, le monarque marocain va débarquer à Alger alors que l’Algérie et le Maroc sont au bord d’une guerre fratricide à cause de plusieurs malentendus et problèmes géopolitiques notamment le conflit entourant le Sahara Occidental.

Depuis la rupture des relations diplomatiques, à la fin du mois août 2021, avec le Maroc, l’Algérie considère officiellement son voisin comme un adversaire géopolitique et une source potentielle d’agression étrangère. Le langage très musclé adopté depuis fin 2020 par les dirigeants algériens et l’incessant renforcement des dispositifs militaires visant à se préparer contre d’éventuels affrontements militaires sur le « front ouest », à savoir à la frontière algéro-marocaine, donne inévitablement à cette visite de Mohammed VI à Alger une dimension géopolitique exceptionnelle.

L’arrivée prochaine du monarque marocain à Alger se distingue d’ores et déjà par sa forte symbolique qui va attirer les projecteurs du monde entier et détournera tout simplement l’attention des médias ainsi que les observateurs internationaux sur les efforts de l’Algérie à obtenir le consensus au sein des pays arabes au sujet des dossiers les plus sensibles comme celui de la Libye, la Syrie, le Liban ou la très dangereuse guerre en Ukraine.

Plus de 500 journalistes étrangers sont attendus pour la couverture du sommet de la Ligue Arabe d’Alger, a-t-on pu confirmer auprès de plusieurs sources concordantes. Les autorités algériennes sont entièrement mobilisées pour assurer le succès de cet événement politique international qui est le plus prestigieux depuis l’entrée en fonction du président Abdelmadjid Tebboune fin décembre 2019. En revanche, la présence du monarque marocain risque de gâcher « cette grande fête » à Alger car le conflit algéro-marocain pourrait primer, malheureusement, sur toutes les autres occupations de l’agenda tracé par les organisateurs de ce sommet. Mohammed VI, l’ennemi juré du régime algérien, va voler la vedette à Abdelmadjid Tebboune et les caméras seront braquées en permanence sur la délégation marocaine pour scruter la moindre réaction qui pourrait alimenter le « buzz » ou susciter la controverse diplomatique.

L’attitude des autorités algériennes envers le monarque marocain et sa délégation sera également soigneusement étudiée ou surveillée et à la moindre maladresse, l’Algérie pourrait être épinglée et discréditée pour avoir échoué à garantir « l’hospitalité » à ses hôtes au moment où elle s’est engagée à œuvrer pour l’unification des rangs des pays arabes dans un moment troublant, bouleversé par les mutations internationales les plus houleuses.

En clair, les regards seront croisés sur les relations algéro-marocaines et les autres enjeux de ce sommet arabe d’Alger seront relégués au second plan.  Ce qui constituera une cruelle désillusion pour les autorités algériennes qui rêvaient de réhabiliter le prestige du pays à travers ce sommet très attendu de la Ligue Arabe.

Rappelons enfin que l’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison de profonds désaccords sur le Sahara occidental et du rapprochement sécuritaire entre Rabat et Israël. Les frictions diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc autour du Sahara occidental débordent régulièrement hors du cadre bilatéral pour impacter leurs relations avec d’autres pays en fonction de leur position sur cette question.

 

dernières nouvelles
Actualités