25.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Malgré ses atouts et la beauté de ses paysages, l’Algérie totalement absente de l’Indice mondial de développement des voyages et du tourisme 2021

C’est une véritable débâcle pour le tourisme algérien. En dépit de la beauté majestueuse des paysages de notre pays, du prestige de nos nombreux sites culturels et historiques, de la diversité inédite de notre territoire et de la richesse de nos traditions humaines, notre pays, l’Algérie, ne figure même pas parmi les 117 pays étudiés et évalués par l’Indice de développement des voyages et du tourisme 2021. C’est une véritable honte pour un pays aussi grand, beau et sublime que l’Algérie. 

En effet, l’Algérie a été écartée du classement des 117 pays dans l’Indice de développement des voyages et du tourisme 2021 (Travel & Tourism Development Index 2021) qui vient d’être publié par le Forum économique mondial (WEF). Il s’agit du rapport mondial le plus complet et approfondi et le plus crédible sur le développement du tourisme dans la planète. Cet indice repose sur cinq critères. Il s’agit de l’environnement favorable ; la politique relative aux voyages et au tourisme ; l’infrastructure ; les moteurs de la demande de voyages et de tourisme ; et la durabilité des voyages et du tourisme.’

Force est de constater que l’Algérie figure parmi les pays ayant connu des guerres, des crises politiques majeures, des conflits armés ou des incertitudes sur leur stabilité à l’image du Burkina Faso, Burundi, Démocratique République du Congo, Éthiopie, Eswatini,
Gambie, Guinée, Haïti, Iran, Jamaïque, Libéria, Mauritanie ou le Mozambique. Les experts du Forum économique mondial (WEF) n’ont pas expliqué pourquoi l’Algérie a été exclue de facto des 117 pays concernés par le Travel & Tourism Development Index 2021, mais il est évident que les troubles politiques ayant déstabilisé notre pays depuis 2019 et la politique radicale de l’enfermement sur soi décidée par le régime algérien en 2021 à travers la fermeture hermétique des frontières du pays ont mis l’Algérie sur la touche des Nations alors que nos pays voisins directs, la Tunisie et le Maroc, continuent d’être considérés comme des destinations touristiques beaucoup plus attrayantes et intéressantes.

Preuve en est, le Maroc est classé 71e sur 117 pays dans l’Indice de développement des voyages et du tourisme 2021 (Travel & Tourism Development Index 2021). Il a, certes,  régressé de 4 rangs par rapport au classement 2019, mais il demeure être considéré comme la 3ème meilleure destination en Afrique et 7ème dans la région Moyen-Orient et Afrique  du Nord (MENA). Les Émirats arabes unis (25e au niveau mondial), l’Arabie saoudite (33e), le Qatar (43e), l’Égypte (51e), Bahreïn (57e) et la Jordanie (64e), sont les pays arabes les mieux notés et classés par le Travel & Tourism Development Index 2021. De son côté, la Tunisie figure à la 80e place devant le Koweït (86e), le Liban (94e) ainsi que le Yémen (116e).

La Turquie est l’un des pays qui a enregistré de prometteuses performances en gagné quatre places dans l’indice de développement des voyages et du tourisme (TTDI) 2021. La Turquie, qui s’est classée 49e en 2019, a maintenant grimpé de quatre places pour atteindre la 45e place du dernier indice.

À l’échelle mondiale, le Japon s’empare de la tête du classement, devant les États-Unis, l’Espagne, la France et l’Allemagne, tandis que la Suisse se classe sixième et l’Australie au 7ème rang. Selon l’indice, la pandémie du coronavirus constitue l’un des plus grands défis auxquels est confronté le secteur du tourisme et des voyages. Faisant référence à l’invasion russe de l’Ukraine, les auteurs du rapport ont expliqué que «de tels chocs mondiaux entraînent plus d’instabilité supplémentaire et perturbation économique qui pourraient ont des effets à long terme sur le secteur».

Malgré cela, le rapport indique que le tourisme et les voyages se redressent lentement après une stagnation qui se poursuit depuis l’émergence du Covid-19, et souligne qu’«il sera essentiel de tirer les leçons des crises passées et actuelles, afin de prendre des mesures à long terme qui garantissent l’inclusivité, la durabilité et la flexibilité du secteur qui fait face à des défis et des risques avancés».  « Le tableau était très différent deux ans plus tard, alors que les fermetures de COVID-19 frappaient durement le secteur du voyage et du tourisme. Rien qu’en 2020, il a fait face à des pertes de 4,5 billions de dollars et 62 millions d’emplois, affectant le niveau de vie et le bien-être des communautés à travers le globe », a déclaré ainsi le WEF dans un communiqué.

« Les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 18 millions en janvier 2022 par rapport à l’année précédente. Cela équivaut à l’augmentation pour l’ensemble de 2021 par rapport à 2020, mais les chiffres de janvier étaient toujours inférieurs de 67% au même mois en 2019, selon l’OMT », a-t-il ajouté en faisant savoir que le TTDI 2021, qui couvre 117 pays, avait été collecté avant la guerre en Ukraine, il a donc retiré la Fédération de Russie et l’Ukraine du classement, affirmant que les données de ces économies ne reflètent plus les tendances et les conditions actuelles ou à plus long terme.

dernières nouvelles
Actualités