23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Leçons du Hirak : le changement ne pourra venir que de l’intérieur du régime algérien

Le changement politique et démocratique ne pourra se concrétiser en Algérie qu’avec le concours des décideurs du pouvoir algérien. Le changement réel en Algérie est possible seulement de l’intérieur du « système » et ne pourra pas se réaliser avec une révolution ou un soulèvement populaire. C’est du moins ce que conclut l’Académie de Géopolitique de Paris qui vient de consacrer une publication spéciale exclusivement consacrée au bilan des 60 ans de l’Indépendance de l’Algérie. Et dans cette publication, de nombreux experts et observateurs ou connaisseurs avertis de l’Algérie ont planché sur la question du changement ou remplacement du régime algérien tel qu’il a été préconisé et désiré par les foules ayant participé depuis 2019 aux manifestations du Hirak.

Dans l’une des contributions publiées par cet ouvrage spécialisé, il est relevé que l’Algérie ne dispose pas d’une scène politique suffisamment bien structurée pour relayer les revendications démocratiques des foules du Hirak.  « L’observation de la scène politique jusqu’à la veille du déclenchement du mouvement populaire ne permet pas de répondre positivement » à ces revendications, fait remarquer une analyse approfondie de la situation actuelle de notre pays publiée par l’Académie Géopolitique de Paris, réputée pour la qualité de ses programmes académiques ainsi que l’organisation de séminaires, de conférences et ses publications sur les études diplomatiques.

« Les partis politiques et les associations opposés au système ont été souvent réprimés ou fragilisés. Leur représentativité est souvent contestée. Leur capacité de mobilisation ne parait pas de nature à conduire une bataille aussi difficile que celle impliquée par les objectifs du mouvement populaire », fait encore savoir la publication entièrement dédiée au bilan des 60 ans de l’Indépendance de l’Algérie.

L’une des thèses défendue par cette publication est l’importance d’une prise de conscience au coeur du régime algérien pour réussir le changement démocratique en Algérie.

« Il en résulte que dans les rapports de force existant actuellement, il faudrait que « les tenants du pouvoir réel », comme on dit en Algérie, décident de transformer le système de façon substantielle pour avancer vers un compromis », explique dans cette publication l’Académie Géopolitique de Paris dont les ouvrages sont devenus  une référence dans le domaine de l’analyse des grands équilibres et déséquilibres géopolitiques du monde contemporain.

La même source fait remarquer enfin que « ce n’est pas la voie qui est actuellement choisie
puisque même les organes spécialisés des droits humains du système des Nations-Unies continuent de dénoncer la répression qu’ils observent en Algérie ». « Si défaire un système autoritaire exige, comme on vient de le dire, un long travail de construction du tissu démocratique dans des formes appropriées tout en dénonçant les différents mécanismes du système autoritaire, le mouvement populaire du 22 février 2019 n’était lui-même qu’un des aspects et une étape de cette préparation », conclut en dernier lieu cette publication.

 

dernières nouvelles
Actualités