25.9 C
Alger
samedi, juin 22, 2024

Le FMI met en garde l’Algérie contre sa politique « anti-importations » et ses conséquences néfastes sur le quotidien de la population

La politique restrictive menée par les autorités algériennes contre les importations risque de produire des effets très néfastes sur la stabilité économique et financière du pays. Des experts du Fonds Monétaire International (FMI) ont fortement mis en garde l’Algérie contre les conséquences très négatives de cette politique « anti-importations » qui pourrait susciter des dérapages inquiétants au niveau macroéconomique.

Dans son dernier rapport datant de décembre 2021 concernant les consultations de 2021 au titre de l’article IV avec l’Algérie, le FMI explique effectivement que le maintien des mesures de compression des importations pourrait avoir des effets néfastes. « Les autorités ont pris des mesures visant à maîtriser les importations. Ajoutées à des facteurs conjoncturels, ces mesures ont contribué à réduire fortement les importations de biens, ramenées de près de 60 milliards de dollars en 2014 à 45 milliards de dollars en 2019 et 35,5 milliards de dollars en 2020 », note, d’abord, le FMI dans son rapport pour signifier qu’il ne néglige pas les aspects positifs de cette politique hostile aux importations.

« À partir d’informations communiquées par les autorités, les services du FMI évaluent actuellement que ces mesures ne constituent pas des restrictions de change », se réjouit encore le dernier rapport de cette prestigieuse institution internationale qui s’efforce de faciliter le commerce international, de promouvoir l’emploi et une croissance économique durable, et de faire reculer la pauvreté dans le monde.

Cependant, « les services du FMI ont cependant souligné que le recours prolongé à ces mesures risquerait de réduire la concurrence sur les marchés de produits, de faire monter les prix et de compromettre la croissance », indique ainsi la même source.

Ces observations ont été confirmées par de nombreux observateurs de la situation économique actuelle en Algérie. La politique restrictive imposant des limitations drastiques aux importations est à l’origine de plusieurs pénuries de produire de première nécessité à l’image de l’huile de table qui manque cruellement sur les étals des marchés algériens. Pour équilibrer la Balance Commerciale du pays et économiser les dépenses en devises, les autorités algériennes ont pris le risque de réduire drastiquement les importations de plusieurs produits qui ne sont pas produits localement à l’image du lait, de l’huile et des viandes ou des fruits et légumes.  Ce qui a perturbé fortement l’approvisionnement des consommations algériens sans oublier la flambée des prix qui ne cesse de s’aggraver de jour en jour en Algérie à cause de la pénurie des produits les plus consommés dans le pays.

Il est à noter en dernier lieu que les pénuries de plusieurs produits constatés sur les marchés algériens s’est nettement renforcé au cours du dernier trimestre de l’année 2021 à cause des nouvelles exigences imposées par les autorités algériennes aux importations qui sont contraints, désormais, de se « spécialiser » en s’inscrivant pour les importations avec des codes homogènes d’activité répartis par sous-groupe de produits (2021).

dernières nouvelles
Actualités

1 تعليق