8.9 C
Alger
vendredi, mars 1, 2024

La police de Biskra ne voulait pas arrêter Farès Cherfeddine, mais l »Ordre vient d’en haut »

Ce n’est pas la police de Biskra qui est à l’origine de l’arrestation du sociologue et enseignant universitaire originaire de Biskra, Farès Cherfeddine Choukri, a appris Algérie Part au cours de ses investigations. Les services de sécurité de Biskra entretenaient des relations très cordiales avec cet objecteur des consciences qui s’est illustré à travers ses multiples vidéos consistant à décrire la situation sanitaire catastrophique dans cette wilaya sud-est de notre pays. 

Malheureusement, c’est une « instruction venue d’en haut » qui a obligé les policiers de Biskra de procéder à son interpellation et placement en garde-à-vue, a-t-on ainsi appris. Hier lundi soir, un policier s’est déplacé jusqu’au domicile familial de Farès Cherfeddine Choukri pour demander à ses proches de lui faire parvenir des vêtements et ses médicaments car il est en état d’arrestation depuis la fin de l’après-midi d’hier lundi.

Les policiers de Biskra n’ont fourni aucun motif pour justifier l’arrestation de ce sociologue qui a gagné l’adhésion populaire dans sa région natale en raison de son militantisme pacifique en faveur de l’amélioration de la situation sanitaire. Des policiers ont même reconnu discrètement à sa famille qu’ils ont reçu « un ordre qui vient d’en haut » pour l’interpeller et le faire taire ! Cela signifie clairement qu’il s’agit d’une autorité politique qui a usé de son pouvoir et influence afin de bâillonner un sociologue instruit qui a commencé à déranger certains hauts responsables en raison de son discours pédagogique sur les réseaux sociaux.

dernières nouvelles
Actualités