30.9 C
Alger
dimanche, juin 16, 2024

Industrie, commerce ou BTP : Comment la crise a totalement grippé la machine économique en Algérie

Une nouvelle étude vient de démontrer la gravité de la situation économique en Algérie. La machine économique est totalement grippée à cause d’une crise qui ne cesse de durer dans le temps et faute d’un sérieux de plan de relance économique nationale. C’est ce qu’on peut déduire des résultats de l’étude sur les perspectives de recrutement 2022 réalisée par eTalent, un cabinet de conseil en ressources humaines et spécialiste en recrutement, filiale du groupe Emploitic, la première plateforme dédiée à l’emploi et au recrutement en Algérie.

Cette étude nous apprend ainsi qu’en difficulté depuis au moins deux ans avant le début de la pandémie, le secteur du BTP reste le plus affecté par la crise en Algérie puisque pas moins de 70% des entreprises sondées dans le cadre de cette étude ont confié avoir totalement gelé ou décalé leurs recrutements.  D’autre part, seulement 38% des entreprises du secteur Informatique et 46% du secteur Banques et Assurances ont maintenu leur plans de recrutement prévus depuis le second semestre de 2021. Cela signifie qu’au moins 60% des entreprises activant dans ces deux secteurs n’ont pas pu profiter d’une reprise de leurs activités économiques.

Depuis le début de l’année 2022, au moins 51 % des entreprises activant dans le commerce demeurent frappées de plein fouet par les conséquences de la crise économique qui dure depuis le début de la pandémie en Algérie. Par ailleurs, 46 % des entreprises algériennes relevant du secteur de l’industrie demeurent toujours paralysées par les impacts de la crise et mêmes les entreprises du secteur des services ne s’en sortent pas mieux que leurs consoeurs en Algérie puisque 58 % d’entres elles continuent de souffrir  de l’impact de la crise.

Ces données reflètent parfaitement l’actuelle situation économique et financière du pays avec des secteurs encore sous le choc, voire paralysés entièrement par une crise qui dure depuis plus de 2 ans. Avec une croissance économique en berne, l’Algérie peine à relever les défis que posent ses besoins en développement. Dans ce contexte, le chômage va repartir à la hausse et la précarité sociale va connaître une inquiétante expansion.

Preuve en est, seulement 37% des entreprises questionnées par cette même étude envisagent de recruter durant ce 1er semestre 2022 alors que 46 % des entreprises algériennes ont pour seule priorité de conserver leurs effectifs et de le stabiliser faute de perspectives heureuses pour le futur proche.

 

dernières nouvelles
Actualités