23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Fodil Boumala revient en prison parce qu’il a refusé de céder aux pressions et menaces des services de sécurité

Le journaliste et intellectuel Fodil Boumala a été incarcéré une nouvelle fois ce jeudi 16 septembre à la suite d’un mandat de dépôt émis par un juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger. Fodil Boumala, l’une des figures emblématiques du Hirak, le mouvement populaire algérien qui appelle au changement pacifique pour le départ du régime algérien, a été arrêté le mardi 14 septembre dernier et les services de sécurité ont perquisitionné son domicile personnel. 

Selon nos investigations, Fodil Boumala a été interpellé et incarcéré une nouvelle au lendemain de son refus catégorique de céder aux menaces et pressions des services de sécurité qui ont exercé à son encontre un harcèlement caractérisé depuis plusieurs semaines afin de le contraindre de retirer son soutien aux militants et activistes du Hirak. A maintes reprises, Fodil Boumala a été contacté par des représentants des services de sécurité pour subir des intimidations et des injonctions dans le seul but de l’obliger à se retirer de la scène publique.

Pis encore, Algérie Part a pu confirmer auprès de plusieurs sources proches de l’entourage de l’opposant algérien, que les services de sécurité accusaient violemment Fodil Boumala d’oeuvrer clandestinement pour le retour des manifestations publiques et populaires du Hirak en entretenant des échanges réguliers avec des activistes à Kherrata et Béni Ourtilane, les deux localités qui continuent de résister contre le blocus sécuritaire instauré par le régime algérien afin d’empêcher le retour des marches pacifiques du Hirak.

Face à ces menaces et cet harcèlement incessant, Fodil Boumala s’est accroché à ses valeurs et principes d’opposant honnête et patriote. Il a refusé de rompre avec les activistes du Hirak et a poursuivi ses publications sur les réseaux dans lesquelles il dénonçait vigoureusement l’illégitimité du pouvoir algérien actuellement aux commandes du pays.

Malheureusement, cet engagement honorable n’était pas du goût du pouvoir totalitaire algérien qui a fini par exécuter ses menaces en procédant, d’abord, à l’arrestation musclée de Fodil Boumala avant, ensuite, de le placer en détention pendant une période qui demeure indéterminée. Cette dérive est une nouvelle atteinte caractérisée contre les libertés publiques civiles en Algérie. Plus aucune opposition n’est, désormais, tolérée par le pouvoir algérien.

Politologue et intellectuel populaire en Algérie, Fodil Boumala a séjourné d’ores et déjà à deux reprises en prison.  Le 18 septembre 2019,  il avait été arrêté par des agents de la police en civile à son domicile. Il avait été jugé le 23 février 2020 au tribunal de Dar El-Beida lors d’un procès qui est restera inscrit dans l’histoire des annales de la Justice algérienne. Ce jour-là, Fodil Boumala s’est distingué avec son plaidoyer remarquable qui avait suscité un tonnerre d’applaudissements de l’assistance.

Le 14 juin 2020, il avait une nouvelle fois arrêté et placé sous mandat de dépôt. Il était accusé d' »incitation à attroupement non armé », « outrage à corps constitué » et « présentation de publications de nature à nuire à l’intérêt national ». Le 18 juin, un magistrat du tribunal de Dar El Beïda à Alger a ordonné sa remise en liberté. Aujourd’hui, Fodil Boumala est redevenu… un détenu politique.

 

 

dernières nouvelles
Actualités

8 تعليقات

  1. La junte doit choisir entre aller au Mali ou remonter le temps vers les 1990 !
    Y’a juste un détail de taille, c’est que les auteurs de cette tragédie ont pris
    31 ans de plus aux compteurs, pendant que les enfants traumatisés de
    l’époque, sont en pleine force de l’âge. La roue a tourné. Gare aux conneries !

  2. @Boussad
    La junte pour venir a bout devra faire des rafles par dizaines de milliers et des kidnapping par milliers puis les déporter dans les camps de concentration pour espérer arrêter la révolution du Peuple Algérien… les généraux doivent faire piper dans leurs pantalons car ils savent qu’ils vont finir leurs vies dans les prisons qu’ils ont construites ou sinon ils vont finir lynchés et brûlés comme le héros Jimmy mais eux seront jetés à la poubelle de l’Histoire!
    DRS TERRORISTES
    JUNTE d’Alger = Talibans de Kaboul

  3. Il faudrait 45 millions pour que le pouvoir vacille et encore , mais pas avec la petite promenade du vendredi ni avec les cris , souffler de l’air n’apporte rien puisqu’il souffle depuis 2 années ,le pouvoir a bardé ses fenêtres il n’entend rien ,il faut passer a une étape sans ça c’est mieux d’aller se coucher .