21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Exclusif. Un fils de Gaid Salah placé sous contrôle judiciaire et un deuxième en état d’arrestation

L’un des fils du défunt Chef d’Etat-Major de l’Armée Nationale et Populaire (ANP), Ahmed Gaid Salah, a été placé sous contrôle judiciaire par le tribunal militaire de Blida après avoir été interpellé par les services de sécurité, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations.

En effet, le 25 février 2024, Mourad Ahmed Gaïd a été placé sous contrôle judiciaire en compagnie de son beau-frère chez lequel il avait trouvé refuge alors qu’il était activement recherché par les services de la Gendarmerie Nationale à la suite de son refus de répondre par sa présence aux diverses convocations qui lui ont été adressées par les magistrats militaires en charge d’une vaste enquête sur des faits de corruption et d’enrichissement illicite impliquant 3 fils du défunt d’Ahmed Gaïd Salah. Il s’agit de Mourad, Adel et Boumediene. Si le premier se retrouve sous contrôle judiciaire, Adel Ahmed Gaïd, le deuxième fils de l’ancien puissant patron de l’Institution militaire qui est à l’origine de l’ensemble des bouleversements politiques secouant l’Algérie depuis la crise politique de 2019, a été arrêté au début de ce mois de mars par les éléments de la Gendarmerie Nationale, a-t-on pu encore confirmer au cours de nos investigations.

Adel a été mis en état d’arrestation et il a été longuement placé en garde-à-vue au niveau d’une brigade spécialisée de la Gendarmerie Nationale. Néanmoins, pour le moment, rien n’a filtré sur le sort que veut lui réserver la Justice Militaire qui n’aurait pas encore pris de décision définitive concernant son inculpation officielle pour « corruption », « trafic d’influence » et « enrichissement illicite ».

Quant au troisième fils d’Ahmed Gaid Salah, à savoir Boumediene, il demeure encore introuvable et les services de sécurité poursuivent sa traque dans le but de procéder à son arrestation et ensuite le présenter au tribunal militaire de Blida. L’affaire des fils d’Ahmed Gaïd Salah est l’un des dossiers les plus sensibles et les plus ténébreux qui est en ce moment en cours de traitement par la Justice militaire. Un black-out total est imposé par les autorités militaires à ce dossier hautement sensible où les informations fuitent très difficilement à cause du contrôle très strict exercé par les juges militaires ainsi que les responsables de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA) sur l’ensemble des acteurs concernés de près comme de loin par les procédures de l’instruction judiciaire en cours.

Pour rappel, les fils d’Ahmed Gaid Salah ont été cités dans des affaires de corruption et d’enrichissement illicite par le général Sofiane Aouis, ex-responsable de la Direction Centrale d’infrastructures militaires et ancien responsable de Etablissement Central de Construction, une société appartenant au ministère de la Défense Nationale et spécialisée dans les Travaux d’ouvrages d’infrastructure (Bâtiments, Hydraulique, Travaux Publics), qui avait défrayé la chronique à la fin du mois de septembre 2023 lors de la découverte dans l’une de ses villas perquisitionnées par les éléments de la Direction Centrale de la Sécurité de l’Armée (DCSA) d’une cachette spécialement aménagée pour dissimuler des sacs d’argent liquide.

Le cash saisi lors de cette perquisition dépassant le montant colossal des 300 milliards de centimes, une découverte qui témoigne de l’ampleur considérable de la fortune acquise par le biais des trucages ou détournements des marchés publics du ministère de la Défense Nationale. Le général Sofiane Aouis a été longuement interrogé et auditionné durant les mois d’octobre et novembre 2023 à propos de ses complices dans les passations illégales et opérations illicites caractérisant l’attribution des marchés publics des chantiers du BTP du ministère de la Défense Nationale.

Et c’est dans ce registre que les fils de Gaid Salah ont été cités par le général Sofiane Aouis comme étant ses principaux appuis au plus haut sommet de l’institution militaire afin de couvrir ses agissements mafieux et véreux dans la réception de pots-de-vin en échange de l’attribution de marchés onéreux au profit d’entreprises privées nationales et étrangères.

Dans ce podcast vidéo, notre Directeur de Publication, Abdou Semmar, explique les tenants et aboutissants de nos révélations tout en apportant un rectificatif détaillé au sujet des dernières informations que nous avons publié sur ce dossier très complexe au cours du mois de février dernier. La difficulté d’accéder à des informations fiables et de faire parler des sources proches de ce dossier est extrême et inédite à cause de la renommée des personnalités impliquées dans ce scandale politico-financier qui ébranle de l’Institution Militaire algérienne. Et pour cause, le père des 3 individus inculpés dans ce scandale, à savoir Ahmed Gaid Salah, est l’homme qui a dirigé d’une main de fer l’Armée algérienne de 2004 jusqu’à 2019. Ahmed Gaid Salah est également l’architecte de cette « Nouvelle Algérie » dirigée par Abdelmadjid Tebboune qui a vu le jour au lendemain du Hirak et de la chute du régime Bouteflika. Ahmed Gaid Salah est le dirigeant qui avait lancé officiellement une purge massive au nom de la lutte anti-corrutpion au sein des institutions civiles et militaires de l’Etat algérien conduisant à l’emprisonnement de plusieurs dizaines de ministres, généraux, hommes d’affaires et officiers supérieurs de l’Armée. En 2024, ce sont ses propres enfants qui se retrouvent sur le banc des accusés dans un gros scandale de corruption. N’est-ce pas là un cruel retournement de l’Histoire ?

abdousemmar #pouvoir_algérien #alger #algériens #tebboune #algeriepart #algérie #blida #armée #chengriha #gaïdsalah #corruption #annaba #justice #enquêtes #constantine #revelations #bouteflika #hirak

dernières nouvelles
Actualités