23.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Exclusif. Les propos très graves, et censurés par la Présidence, de Tebboune sur l’Égypte, les Émirats, les BRICS et l’ONU

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a reçu mardi 3 octobre dernier des éditeurs de la presse nationale. Lors de cette rencontre qui a duré près de 4 heures, plusieurs sujets ont été abordés. Mais cette rencontre, filmée et enregistrée, n’a toujours pas été diffusée ou retransmise par les télévisions algériennes contrairement à toutes les précédentes entrevues accordées par le Chef de l’Etat à des médias nationaux. La raison à l’origine du blocage de la diffusion de cette entrevue médiatique est pour le moins que l’on puisse dire… inédite.

Et pour cause, la Présidence de la République essaie de censurer, de supprimer et d’effacer des propos très graves et controversés tenus par Tebboune sur plusieurs pays partenaires de l’Algérie et impliqués dans des dossiers géopolitiques très sensibles. Il s’agit notamment de la France, les Émirats Arabes Unis, l’Égypte et les puissances des BRICS, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations.

Même le rapporteur spécial de l’ONU en visite récemment en Algérie du 16 au 26 septembre dernier n’a pas échappé à la vindicte et au mépris ouvertement assumé d’un président algérien visiblement incapable contrôler ses nerfs et de peser ses mots lorsqu’il aborde des thématiques hautement sensibles engageant les intérêts suprêmes de l’Etat algérien. Selon nos investigations, Abdelmadjid Tebboune a utilisé des qualificatifs très injurieux à l’égard de l’Egypte pour dénoncer leur intégration au sein du club des pays BRICS alors que la candidature de l’Algérie avait été rejetée par le club de ces puissances émergentes. Abdelmadjid Tebboune croit savoir que les égyptiens sont un peuple très pauvre qui peine à se nourrir et de ce point de vue, à en croire Tebboune, la place de l’Egypte au sein des BRICS n’est nullement justifiée et ses indicateurs économiques ne sont absolument pas meilleurs que ceux de l’économie algérienne.

Mais les propos les plus virulents ont été réservés par Tebboune aux Emirats Arabies Unis. Le Président algérien a accusé lors de cette entrevue avec les médias nationaux les autorités émiraties d’être principalement à l’origine de l’exclusion de la candidature de l’Algérie aux BRICS. Abu Dhabi est considérée, désormais, comme le diable en personne par Abdelmadjid Tebboune qui est allé jusqu’à accuser, devant des journalistes et des patrons de presse médusés, les Emirats d’inciter le Maroc à lancer une agression militaire contre l’Algérie pour provoquer une guerre qui servira les intérêts d’Israël.

S’agissant du Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et à la liberté d’association, M. Clément Nyaletsossi Voule, qui avait effectué une visite officielle en Algérie, du 16 au 26 septembre 2023, Tebboune a estimé que ce responsable onusien a été « actionné » par des lobbys étrangers pour déstabiliser l’Algérie à cause de l’incarcération du journaliste El Kadi Ihsane, l’une des bêtes noires du régime Tebboune. Des accusations gravissimes qui risquent de susciter un mécontentement général au sein du Conseil des Droits de l’ONU où l’Algérie a été élue le 11 octobre 2022.

En raison de ses multiples dérapages qui peuvent provoquer d’intenses polémiques et discréditer l’Etat algérien, les services du Palais Présidentiel d’El-Mouradia hésitent énormément à valider la diffusion de tout le contenu intégral des échanges d’Abdelmadjid Tebboune avec les patrons des médias publics et privés conviés à sa rencontre le 3 octobre dernier. Selon nos sources, il est fort probable que l’enregistrement de cette entrevue médiatique ne soit jamais diffusée ni rendue publique pour éviter de véritables scandales politiques avec les pays et instances attaquées véhément par un Abdelmadjid Tebboune très remonté et incontrôlable.

dernières nouvelles
Actualités