21.9 C
Alger
mercredi, juin 12, 2024

Exclusif. Un responsable du service informatique de Sonatrach incarcéré à la suite d’un intriguant piratage des ordinateurs des cadres supérieurs de la compagnie

Un responsable du service informatique de Sonatrach a été incarcéré récemment après avoir été présenté devant le tribunal de Bir Mourad Rais à Alger en raison de sa supposée implication dans une vaste opération de piratage ayant ciblé les ordinateurs de nombreux cadres dirigeants de la compagnie nationale des hydrocarbures, a pu confirmer Algérie Part au cours de ses investigations. 

Le responsable du service informatique de Sonatrach a été arrêté à la suite d’une enquête qui a été diligentée par les services secrets algériens, a-t-on encore pu confirmer au cours de nos investigations. Cette enquête a commencé dés que des alertes aient été lancées sur des intrusions non-autorisées détectées par un système de protection informatique interne relevant de la Direction Centrale Informatique et Système d’Information de la direction générale de Sonatrach.

Les enquêteurs dépêchés par une direction des services secrets algériens au siège de la direction générale de Sonatrach ont rapidement identifié un responsable du service informatique comme étant à l’origine de ces intrusions non-autorisées dans les fichiers internes des ordinateurs de tous les 8 vice-présidents de Sonatrach ainsi que les PC de plusieurs autres directeurs centraux de la compagnie.

Les motivations du « pirate » demeurent inexpliquées et mystérieuses. Mais selon nos investigations, à la suite de son incarcération, l’épouse de l’accusé a révélé aux avocats chargés de préparer sa défense que cet acte de piratage intriguant aurait été commandité par le PDG de Sonatrach en personne, à savoir Toufik Hakkar. Une thèse qui parait « plausible » ont jugé plusieurs sources proches de ce dossier contactées par Algérie Part car aucun préjudice n’aurait été commis par cet acte de piratage.

D’ailleurs, lors de son audition par le magistrat en charge de ce dossier troublant, l’accusé a confirmé qu’il voulait uniquement « espionner » et « surveiller » les activités des dirigeants de Sonatrach dont les ordinateurs personnels ont été ciblés par cette opération de piratage. Pourquoi un chef de service informatique aurait manigancé pour « espionner » des cadres dirigeants de la compagnie nationale des hydrocarbures s’il n’avait pas été préalablement instruit de mener cette action en toute discrétion par une autorité hiérarchique incarnée, à titre d’exemple, directement par le PDG de la compagnie ? Pour l’heure, ni la Justice ni les services de sécurité ne semblent avoir privilégié cette piste pour élucider cette étrange affaire de piratage.

dernières nouvelles
Actualités