29.9 C
Alger
samedi, juillet 13, 2024

Exclu. Rebrab arrêté et placé sous contrôle judiciaire parce qu’il a payé les avocats de Ghediri

Nouveau rebondissement dans l’affaire de l’opposant et ancien candidat aux élections présidentielles d’avril 2019 Ali Ghediri. L’homme d’affaires, la première fortune en Algérie, Issad Rebrab a été arrêté le 17 mai dernier par les enquêteurs de l’Office Central de lutte contre le crime organisé de Saoula.

Après avoir été auditionné durant toute la journée, il a été relâché pour être convoqué le lendemain 18 mai dés les premières heures de la matinée pour être présenté devant le Procureur près le tribunal de Sidi M’hemed à Alger qui a décidé de le placer sous contrôle judiciaire dans une affaire liée à des transactions financières et commerciales avec des entités basées à l’étranger. Mais en réalité, le véritable motif de cette nouvelle arrestation d’Issad Rebrab est liée à une manœuvre purement politique. C’est en effet le Président Abdelmadjid Tebboune et son entourage qui ont demandé à ce que les services de sécurité malmènent le milliardaire Issad Rebrab pour le punir d’avoir payé les honoraires des avocats du général à la retraite et détenu politique Ali Ghediri, l’homme qui devait être libéré le 13 juin prochain pour participer éventuellement aux élections présidentielles de 2024. Le clan Tebboune a interprété ces financements octroyés par Issad Rebrab aux avocats de Ghediri comme l’enclenchement d’un nouveau processus de soutien financier et logistique à un candidat qui pourrait bloquer et empêcher son controversé projet de 2e mandat présidentiel à la tête de l’Etat algérien.

Et c’est pour faire barrage à ce scénario jugé dangereux par les tenants du pouvoir actuel au Palais Présidentiel d’El-Mouradia que le milliardaire Issad Rebrab, officiellement en retraite de la vie publique et économique du pays depuis le 30 juin 2022, s’est retrouvé une nouvelle fois interpellé et intimidé par les services de sécurité ainsi que l’appareil judiciaire. Pour rappel, Issad Rebrab a été auparavant placé en détention en avril 2019, suite à des accusations liées aux “fausse déclaration relative aux transferts illicites de capitaux et vers l’étranger, surfacturation d’équipements importés et importation de matériels d’occasion alors qu’il avait bénéficié d’avantages douaniers, fiscaux et bancaires”. Il a été libéré le 31 décembre 2020, après 8 mois de détention.

abdousemmar #pouvoir_algérien #tebboune #algérie #alger #algériens #chengriha #rebrab #cevital #elections2024

dernières nouvelles
Actualités