23.9 C
Alger
mercredi, juin 19, 2024

Enorme pagaille à l’aéroport de Marseille à la suite de l’annulation surprenante d’un vol de Vueling vers Alger

L’aéroport Marseille-Provence a vécu hier samedi 10 juillet au rythme d’une énorme et inédite pagaille provoquée par l’annulation surprenante et inattendue d’un vol de la compagnie espagnole Vueling Airlines vers Alger. Selon les informations que nous avons pu recueillir auprès de plusieurs sources concordantes, le vol prévu hier samedi 10 juillet a été annulé à la dernière minute par les autorités algériennes qui n’ont pas pu garantir la disponibilité des chambres au sein des hôtels sélectionnés pour l’organisation du confinement sanitaire obligatoire d’une durée de 5 jours. Faute d’hôtels disponibles pour accueillir de nouveaux voyageurs, les autorités algériennes ont décidé tout bonnement d’annuler le vol de Vueling Airlines.

Plus de 200 passagers ont été ainsi abandonnés à leur sort à l’aéroport de Marseille-Provence et plusieurs familles n’ont pas retenu leur colère face à ce traitement qualifié de méprisant et d’humiliant par les voyageurs algériens. Beaucoup d’entre eux se sont déplacés depuis plusieurs régions lointaines et distante de plusieurs centaines de KM de Marseille dans l’espoir de monter à bord de l’avion de la compagnie espagnole afin de retrouver enfin leur pays d’origine après une séparation brutale qui dure depuis la mi-mars 2020.

Vueling Airlines a pu obtenir les autorisations nécessaires de la part de la Direction de l’Aviation Civile et de la Météorologie (DACM) du Ministère des transports pour déployer un seul vol commercial hebdomadaire reliant Marseille à Alger. La première desserte aérienne s’est déroulée le plus normalement du monde le samedi 3 juillet dernier. Mais pour la deuxième fréquence de ce vol de Vueling Airlines, les autorités algériennes ont changé radicalement d’avis prétextant une forte tension sur les hôtels aménagés pour les besoins du confinement sanitaire obligatoire, une mesure drastique qui perturbe fortement la gestion de l’ouverture partielle des frontières aériennes du pays faute d’un nombre suffisant ou satisfaisant d’infrastructures hôtelières capables d’appliquer le protocole médical du confinement sanitaire dont le but est d’endiguer la propagation de l’épidémie de la COVID-19.

Signalons enfin que même le vol d’Air Algérie prévu hier samedi 10 juillet à 17 H 40 depuis Marseille n’a pas pu décoller et il a enregistré un retard monstrueux qui a duré jusqu’à 20 H 30. Et pour cause, de nombreux voyageurs en colère ont bloqué l’accès aux comptoirs d’enregistrement correspondant au vol d’Air Algérie. La compagnie aérienne nationale devait gérer une liste d’attente contenant pas moins de…. 400 voyageurs ! Cette confusion a aggravé la colère des passagers et de plusieurs familles algériennes qui ont crié au scandale pour dénoncer l’opacité avec laquelle Air Algérie attribue les billets d’avion aux voyageurs désireux retourner dans leur pays.

 

dernières nouvelles
Actualités

2 تعليقات

  1. En Algérie le pouvoir a appris à être informé qu’à la dernière minute comme pour la forêt de Khenchla , c’est après 3 jours ,une fois que le feu à dévoré les arbres que Tebboune a entendu par du feu il a envoyé ces ministres pour contempler le travail du feu et aujourd’hui 1 semaine après il vient d’envoyer l’armée , la rapidité chez nous est a désiré , imaginez vous si un pays nous frappe , nous aurons le temps de laisser celui là prendre du thé tranquillement. Merci Tebboune pour la nouvelle vieille Algérie ,nous n’avons pas fini de découvrir des évènements avec vous , votre niveau de scolarité devient de plus en plus très visible, profitez tant qu’ils des peureux qui ont que la langue pour manifester leurs désarroi pour montrer leur mécontentement.

  2. Toujours le pouvoir algérien qui fout la honte à l’étranger et affiche sa communauté par sa gestion systématiquement calamiteuse et minable. Aucun respect.Toujours le fait accompli et circulez il n’ y à rien à voir. La hogra de préférence devant les occidentaux qui rient sous cape devant tant d’incurie.